AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Petit déjeuner en tête à tête... [Kitty]

Aller en bas 
AuteurMessage
David Green
X-men expérimenté de catégorie 3
avatar

Masculin
Nombre de messages : 54
Age : 32
Camp + groupe : X-Men... mais est-ce définitif ?
Pouvoirs : Se transforme en un monstre vert gigantesque et puissant lorsqu'il perd son calme
Date d'inscription : 25/06/2008

Mutant life
Métier: Assistant médical
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Petit déjeuner en tête à tête... [Kitty]   Mer 16 Juil - 2:28


    Découvrez System of a Down!


    Le jour s’était levé sur l’institut Charles Xavier. Un jour sombre et pluvieux dont le bruit des gouttes tapotant avec vigueur sur la fenêtre des diverses chambres vinrent réveiller notre jeune ami. En effet, notre ami s’était éveillé hier dans la matinée à l’infirmerie du centre, accueillit par un charmant médecin qui répondait au nom du Docteur Grey. Dire que c’est grâce à cette femme, en partie, qu’il avait pu être ramené des contrées proche de Wakita et de se réveiller dans un lieu sur et sans danger pour lui. D’ailleurs, lorsqu’il avait appris qu’il pourrait désormais séjourner dans cet institut, son cœur s’était senti on ne peut plus soulager, un peu comme s’il n’aurait plus à affronter ses crises de colère insoutenables et intenses qui lui faisait à chaque fois perdre le contrôle de lui-même pour pouvoir laisser place au démon génétique que l’on avait créé à partir de son corps. Oui, séjourner ici était presque un synonyme de paix et de bien être mais, peut-être également la fin de ses transformations qu’il redoutait tant et, ce, à chaque nouveau jour que le bon dieu, s’il existe, réalisait sur cette terre…

    Quoiqu'il en soit, bien blottit dans ses draps, David ouvrit lentement les yeux, ces derniers trahissant un léger manque de sommeil auquel notre ami aurait bien voulu palier si cet évènement météorologique ne s'était pas déclenché. Néanmoins, il fallait faire avec et, désormais, il fallait bien se lever. Il faut dire que David était conçu de telle manière qu'il obéissait au même comportement que toutes ces personnes qui, une fois réveillées pour une raison X ou Y, n'arrivait plus à se rendormir et, ce, quoi qu'elles puissent faire. Mais bon, relativisons, cela lui permettrait ainsi de profiter plus de sa journée pour visiter l'institut et, peut-être, rencontrer quelques personnes. S'en faire des amis? Oui et non, disons que David préférait éviter. Après tout, même s'il avait un bon fond et qu'il aimait pouvoir être proche des gens, il devait se refuser bon nombre de contact humain pour éviter les tensions et les disputes que ces derniers pouvaient générer afin de ne pas prendre le risque de perdre son sang froid. Rien que pour cela, il aurait bien aimé pouvoir se maîtriser avec plus d'efficacité mais, il avait encore beaucoup de chemin à accomplir pour pouvoir réaliser cet exploit...

    Posant sa main lourdement sur le réveil électronique qui reposait sur la table de chevet, il constata alors avec un certain sentiment de déception qu'il n'était que 5h43...


    "Hum... Et mer**..."

    Murmura-t-il en soupirant avant de laisser tomber sa tête sur son oreiller, rajoutant alors deux trois nouveaux soupirs de contrariété. En même temps, cela était facilement compréhensible pour cet homme qui ne réussirait plus à dormir et qui deviendrait bien attendre au moins deux bonnes heures pour être au coeur d'une quelconque activité et, de ce fait, essayer de se sentir moins à l'écart même s'il était l'unique responsable des barrières qui existaient entre lui et les autres. Deux bonnes heures où il n'aurait rien d'autre à faire que d'explorer l'institut en tentant de s'y retrouver et, si le coeur lui en disait, se poser dans un endroit et ne rien faire en attendant la première personne réveillée. Mais, d'un autre côté, on ne sait jamais, peut-être que quelqu'un d'autre aurait eu le même problème que lui et se mettrait déjà en route à cette heure si matinale. On ne sait jamais !!!

    De toutes façons, il n'était pas question pour lui de rester dans son lit sur lequel il vint se mettre en position assise tout en repoussant la couette dans le sens opposé où il se redressa. Les cheveux quelque peu en pétard, ses yeux verts se trouvant encore à moitié endormi, il passa ses mains vigoureusement sur son visage comme pour bien se réveiller avant de lacher un petit baillement.


    "Allez, c'est parti..."

    Proclama-t-il en finissant par se relever. Cette habitude de se parler à lui-même lorsqu'il faisait certaines choses était, en grande partie, due à la vie solitaire qu'il menait quotidiennement. Se refusant tout contact mais ayant déjà passé toute son enfance dans un mutisme forcé, il s'était décidé à profiter de ces merveilleux organes que se trouvaient être ses cordes vocales. Ainsi, chaque jour, il parlait, soit à lui-même; soit dans le vide ou, de temps à autres, avec quelqu'un. Ce qui est anecdotique, c'est que lorsqu'il fut libre, adorant tellement pouvoir parler et profiter des bienfaits de notre voix, il s'était même mis à fréquenter pas mal de soirée karaoké dans lesquelles il faisait office de coqueluche ambulante. Et pour cause, ayant déjà une voix agréable au naturel, le destin semblait l'avoir gâté pour que, avec un peu de chance, plus tard il puisse faire de la musique. Bien évidemment, cela n'était que l'une de ses idées saugrenues comme les autres mais, ce genre d'objectif personnel faisait du bien à David. Quelque part, cela lui permettait de se sentir humain, de se sentir normal... Et non être tel le petit cobaye scientifique qui ne servait qu'à recevoir divers traitements nocifs...

    Un petit passage par les douches pour revenir directement dans sa chambre, notre ami prit les affaires qui lui avait été déposé la veille par l'un des pensionnaires. Il s'agissait d'un jean's dés plus classiques et d'une chemise blanche qui lui allait assez bien, il fallait le reconnaître. A croire que ledit pensionnaire était connaisseur en mode ou possédait un compas dans l'oeil car les vêtements allèrent parfaitement à notre cher ami. Vous allez me dire, par simplicité, il aurait du venir avec ses vêtements à lui... Le seul hic c'est qu'il n'avait pas une garde robe à chaque instant sur la main et que, lorsqu'il subissait ses transformations, une fois revenu à son état normal, il se trouvait sans papier, sans vêtements, sans portable, sans absolument rien. Oui, la seule chose qu'il possédait encore dans ces circonstances n'était autre qu'un caleçon pour le moins large qu'il avait acheter expressément pour ne pas se retrouver totalement nu à chacune de ses métamorphoses...

    Un petit coup de peigne sur ses cheveux châtains, un réajustemment de sa chemise de dernière minute accompagné d'un dernier regard dans la glace et notre ami pu se mettre en route. Il referma doucement la porte de sa chambre afin de ne pas faire de bruits et s'aventura alors tout simplement dans les méandres des couloirs de l'institut Xavier. Ces derniers lui semblait à la fois courts et interminables, tombant une fois sur un petit couloir par plus grand qu'une passerelle et marchant d'autres fois dans un chemin long de plusieurs mètres. L'unique avantage, c'est qu'il était difficile de se perdre entre les différents étages, un grand escalier central et divers ascenceurs se trouvant présent ça et là. D'ailleurs, lorsqu'il vit la première rampe d'escaliers, il la descendit sans se poser de question. Après tout, s'il devait se perdre, de un, il chercherait de quelle manière retrouver son chemin et, de deux, dans le pire des cas, un étudiant le retrouverait une fois réveillé...

    Sa petite marche prit alors bientôt fin, notre ami arrivant dans la cuisine de l'institut. Ladite cuisine rappelait vaguement cette sorte de croisement entre les cantines des universités américaines mais, également, ces cuisines que l'on voyait dans des lofts à chaque jeu de télé-réalité auquel l'on pouvait assister devant la télé. D'ailleurs, il était assez étonnant que l'on ai pas encore créer de jeu de télé-réalité avec des mutants. Après tout, les mutants n'étaient-ils pas devenus la menace de cette nouvelle époque? Cela aurait permi aux gouvernements et autres autorités de les sacrifier en direct et de montrer le potentiel de danger qu'ils représentaient tous pour la société. Certes, donc, c'était étonnant mais, également un soulagement que cela ne soit pas encore créer. Le jour où ce sera le cas, alors là, ...

    Bref, tiraillé par la faim, mais avec un peu de culpabilité, David ouvrit le frigo et pris un petit sandwich déjà tout préparé qui semblait avoir été réalisé la veille. Et, comme accompagnement, il saisit la brique de jus d'orange qu'il posa aussitôt sur le plan de travail. Fort heureusement, avant de refermer le frigo, il constata que plusieurs sandwichs semblables au sien étaient présents. Autrement dit, ils n'étaient pas nominatifs et, de ce fait, David devait pouvoir se servir en toute tranquilité. Soit, il se tourna alors vers l'armoire pour venir saisir un verre et remplit ce dernier du jus qu'il avait soigneusement choisi avant de ranger machinalement la brique au frigo. Sur ce, il s'assit et n'avait plus qu'à profiter de ce petit déjeuner made in institut Xavier...


Dernière édition par David Green le Jeu 17 Juil - 5:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/x-men-f38/david-green-t470.htm
Kitty Pryde
Elève X-men expérimenté de catégorie 3
avatar

Féminin
Nombre de messages : 178
Age : 32
Camp + groupe : x-men
Pouvoirs : Traverse la matière
Date d'inscription : 31/05/2008

Mutant life
Métier: etudiante à l'institut
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Petit déjeuner en tête à tête... [Kitty]   Mer 16 Juil - 3:10

L'adolescente, de 16 ans, semblait errée dans les couloirs de l'institut. Le visage un peu livide par un manque de sommeil assez important, enfait elle n'avait pas trouver le sommeil cette nuit, elle marcha sans réellement avoir de but. Ses pensées étaient nombreuses, confusent, embrumées. Des images de la journée d'hier repassait en boucle dans sa petite tête. cette ruelle qu'elle avait du emprunter après s'être paumée dans les rues de New York. La peur qu'elle avait eu en priant pour ne pas avoir à faire de mauvaise rencontre. Le sursaut qu'elle avait eu en voyant un truc bouger subitement au sol, sans avoir le temps de l'identifier avant que l'ombre disparaisse. Ses pas peu assurés pour sortir de cette ruelle qu'elle trouvait de plus en plus sordide. La vive douleur qu'elle avait ressentit au niveau de la cheville et qui lui avait fait devier son regard vers un rat qui se fasait la malle, comme si il avait accomplie son devoir et qu'il pouvait maintenant rentrer chez lui. Le cri qu'elle avait poussé à ce moment précis. La course qu'elle avait entammée, frénétique et haletante, jusqu'à la sortie de la rue. Le bans, au parc, ou elle s'était assise pour voir quelques petits points de sang sécher sur sa cheville. La crainte ressentie quand elle comprit ce que cela pouvait bien vouloir signifier...

Elle n'avait pas mit longtemps à revenir à l'institut, enervée, inquiète, stressée. On passera sous silence son entrevue avec Malicia qui n'était pas des plus zen ce jour là. Kitty avait décider de ne rien dire, de voir la façon dont allait évoluer les choses. Elle se donnait encore jusqu'à demain pour prendre une decision. En parler, ou ne pas en parler. Apriori, c'est la deuxième solution qu'elle allait choisir. Incapable d'être responsable de l'inquiétude des gens à son sujet, et des choses qu'ils pourraient mettre en oeuvre pour l'aider. Puis, elle se confortait dans le fait que tout cela n'avait peut etre rien d'important. Oui des rats transmettaient un virus, mais pas TOUS les rats. Alors, ses chances restaient grandes qu'elle ne puisse rien avoir. Juste une bonne grosse peur qui lui avait ait passé une nuit blanche à se tourner et se retourner dans son lit. A lui faire mettre et enlever la couverture sous le coup des sensations de froid puis de chaud qu'elle ressentait.

Alors elle continuait de marcher, de couloirs en couloirs, de pieces en pieces en ne sachant sachant pas vraiment depuis combien de temps elle faisait cela. Mais, comme si elle voulait une réponse, ses pas l'amenèrent au salon ou une horloge se trouvait. 5h30. Le temps semblait defiler à la vitesse d'un escargot à peine eveillé. Ce faisait maintenant deux heures qu'elle avait quitter son lit, sa chambre, pour aller faire quelque chose sans savoir ce qu'elle voulait vraiment. Une chose était sur, elle n'avait croiser personne malgré le fait qu'elle avait longtemps tourné en rond. D'ailleurs c'était peut etre cela qui lui avait permit de ne croiser personne, si elle était toujours rester au même endroit cela aurait été bien différent. Une chose est sur, elle ne s'en plaignait pas. Elle savait pertinemment, que pour les gens qui la connaissait elle semblerait bizare, avec moins d'entrain. Sans parler de sa tenue de nuit. Elle avait enfiller un jean et un debardeur. Mais elle s'était surpise à sentir une chair de poules naissante sur les bras -drole de sensation en vue de la periode de l'année- alors, en fouillant dans ses tirroirs elle avait degotter un pull. Enfin, c'était pas vraiment le sien, elle avait du l'emprunter une fois à Bobby et avait oublier de lui rendre. Moralité, il était trois fois trop grand pour elle, lui retombant au niveau des genoux, et ses mains étaient perpétuellement cachée dans les manches.

Elle fixa les aiguilles de l'horloge un bon moment, ne s'en rednat même pas compte en fait. Elle percuta qu'elle n'avait pas bouger quand la grande aiguille indiqua qu'il était presque 6h. L'adolescente soupira un instant. Pourquoi n'arrivait-elle pas à trouver le sommeil. Pourquoi se sentait-elle obliger de se torturer le crane en s'imaginant le pire par rapport à ce rat. Un peu plus, et elle pouvait se conciderer comme parano. Elle haussa les épaules. Peut être qu'il fallait juste qu'elle mange un truc. Pas pécialement faim, mais bon elle savait plus vraiment quoi essayer. Au debut, elle s'était imaginer que de marcher sans but l'aiderait à se fatiguer d'avantage, mais non. Impossible d'avoir un soupçon de fatigue. En tout cas mentalement, physiquement c'était une autre paire de manche. Angoisser et stressé par ce qui pouvait lui arriver, elle avait le visage un peu livide et les traits un peu tirés. Mais rien de bien grave, elle pouvait justifier cela par un manque de sommeil consequent. Manger, un truc... Idée de base, il fallait qu'elle si tienne.

Etrange, les idées, les pensées se succedèrent dans sa tête, mais aucune ne semblait restées bien longtemps. Elle avait de plus en plus de mal à mettre de l'ordre dans son cerveau ce qui la troublait particulièrement. Kitty avait été "diagnostiquer surdouée" depuis très jeune. Sa capacité à reflechir et comprendre les choses etaient assez au dessus de la moyenne. Mais là, elle semblait incapable d'analyser la moindre idée, incapable de comprendre quoi que ce soit se passant dans son esprit. Tout cela la rendait un peu mal à l'aise. Mais ca lui passerait, elle en était persuader... Ou voulait s'en persuader..

La jeune mutant arriva à la cuisine, persuader de n'y trouver personne elle ne percuta même pas que la lumière était allumée. Elle n'avait même pas songer à balayer la salle des yeux pour regarder si quelqu'un était là. Perdu et absente, elle se contenta de se fixer sur son objectif. Manger. Bien qu'en arrivant à la cuisine, l'idée de boire quelque chose semblant plus approprié. Elle tendit le bras pour attraper un verre, mais s'apercevant que la manche de son pul l'en empecher elle laissa retomber son bras. Dans un soupir determiner, elle releva cette foutue manche et recommença l'opération pour prendre le verre dans les mains. Sourire satisfait aux lèvres, elle fit couler l'eau pour remplir le recipient. A aucun moment encore elle ne s'était retourner et n'avait apercçut l'homme assis un sandwich et un verre de jus d'orange devant lui.

Oui, Kitty restait dans son monde, contente d'avoir vaincue sa manche de pull, brandissant son verre commesi elle l'avait vaillament gagné. Limite si elle ne sautait pas de joie. Hallucinant ce qu'elle pouvait se contenter de peu. Elle se retourna subitement pour deguster ce verre d'eau, quand elle vit une silhouette assis tranquillement sur une chaise. Une vision qui n'était absoulment pas prévu dans son programme. Une vue qui la fit sursauter.


"Haaaaa" Lacha t-elle dans un hocquet de surprise.

Le verre glissa de ses mains -a moins que ce soit ses mains qui lachèrent le verre- et se fracassa au sol. Super, trop surprise, pas de pouvoir enclenché. Elle était pied nue. Autant dire qu'elle sentit le verre passer quand il se fraccassa. Elle resta interdite dans une legre grimace de douleur. Elle ne pouvait pas faire le moindre mouvement pour ne pas risquer de se couper d'avantage en marchant dans le verre brisé. Bien que ces coupures restaient carrement superficielle. Ce qui avait de vraiment etonnant, quand on la connaissait, c'est qu'a aucun moment elle ne songea à utiliser son pouvoir pour s'eloigner de bout de verre.


"C'est malin ça... pfff" Lança t-elle à elle même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/acceptation-de-vos-personnages
David Green
X-men expérimenté de catégorie 3
avatar

Masculin
Nombre de messages : 54
Age : 32
Camp + groupe : X-Men... mais est-ce définitif ?
Pouvoirs : Se transforme en un monstre vert gigantesque et puissant lorsqu'il perd son calme
Date d'inscription : 25/06/2008

Mutant life
Métier: Assistant médical
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Petit déjeuner en tête à tête... [Kitty]   Jeu 17 Juil - 5:59

    Hum... Un délicieux sandwich jambon fromage avec une fine tranche de salade aromatisé d'un doigt de mayonnaise. Un petit déjeuner énergique qui devait certainement sembler on ne peut plus naturel pour les membres de cet institut mais qui représentait un luxe bien trop rare que David n'avait su consommer comme il l'aurait souhaité durant sa jeune vie. La première fois qu'il en avait mangé un, c'était deux mois après sa fuite du complexe militaire dans lequel on l'avait enfermé. En effet, trouvé sur le chemin à des centaines de kilomètres de son ancienne prison, il fut récueilli par un jeune homme qui avait perdu son fils il n'y a guère longtemps. En prenant soin de notre cher David, c'est un peu comme s'il avait récupéré son propre fils. Quoiqu'il en soit, un beauté matin, alors qu'il venait à peine de se réveiller, David, encore adolescent à cette époque, c'était avancé timidement vers le sandwich qui avait été préparé à son attention, comme si ce bout de pain avait quelque chose de mystique. Il l'observa sous toutes les coutures puis, timidement, s'était mis à en prendre une bouchée avant de venir le dévorer très goulument. Un souvenir qui fit d'ailleurs apparaître un sourire sur le visage de notre ami qui s'appréta à enfiler sa première bouchée...

    Cependant, à cet instant précis, alors qu'il entrouvrit la bouche pour venir mordre le bout de nourriture qu'il avait au creux de ses mains, une jeune adolescente entra dans la pièce. Mais, chose amusante, elle n'avait pas vu notre cher ami en train d'essayer de déjeuner tranquillement. Comme quoi, lui qui s'était juré qu'il ne croiserait certainement personne à cette heure si matinale c'était pour le moins trompé. Quoiqu'il en soit, d'après ce que laissait apparaître son apparence, cette jeune demoiselle ne devait pas avoir plus de 15 ou 16ans et, à en juger le chandail beaucoup trop large qu'elle portait sur son dos, elle devait certainement avoir, ou avoir eu récemment un petit ami. Des suppositions dont David était sûr et qu'il ne relèverait pas. Après tout, chacun avait droit à son petit cocon, à son petit cercle de vie intime et, lui-même serait on ne peut plus contrarier si on tentait de s'incruster à l'intérieur. Cela dit, pour ce qui est de ses certitudes, les quelques personnes qu'il a pu jadis rencontré ont toujours remarqué son excellent sens de l'observation. Et pour cause, lorsque vous êtes enchainé pendant les quinze premières années de votre vie, à part regarder autour de vous et tenter de comprendre les choses telles qu'elles sont, on ne peut faire grand chose d'autre...

    Quelque part amusé par ce petit cinéma que réalisa alors la jeune fille d'une manière qui semblait pour le moins machinale, la petite barbiche de quatre jours de notre ami épousa parfaitement la forme de sa bouche qui s'était lassiée aller à un léger sourire amusé. Il décida alors de redéposer son sandwich et de croiser ses bras sur la table, tout en gardant toute son attention fixée sur la jeune mutante. Bien évidemment, le but du jeu serait de voir combien de temps elle mettrait à se rendre compte qu'elle n'était pas toute seule. D'ailleurs, à ce niveau là, l'on pu dire qu'elle prit bien son temps, réglant d'abord ses problèmes de pull avant de venir enfin l'objet de sa quête, à savoir un verre, qu'elle remplit automatiquement d'eau. Au moment où elle réalisa cela, David s'était dit que c'était maintenant qu'elle l'apercevrait, un peu comme dans ces mauvais épisodes de série télé dit d'horreur où la future victime se retournait toujours après un quart d'heure d'espionnage pour se rendre compte que l'assassin était juste à côté d'elle. Mais, là, même pas, non. Ce fut plus amusant puisqu'elle attendit que ledit verre soit rempli et, là, bam, l'accident !!!


    "Bonj..."

    S'était doucement lancé notre ami lorsqu'elle se retourna vers lui mais, le bruit du verre se fracassant contre le sol interrompit le ton enjoué de notre ami qui afficha aussitôt une minde désolée. Devait-il s'en vouloir? Et bien, d'un côté oui, après tout, il aurait très bien pu l'avertir plutôt de sa présence au lieu de s'amuser à voir combien de temps elle mettrait pour voir qu'elle n'était pas seule. C'est vrai que sur ce coup là, David se sentit quelque peu stupide. Sur ce, la mutante ne tarda pas à râler évidemment, ce qui amena David à avoir plus de remords à intérieurement. Mais, au lieu de se lancer dans des excuses trop rapides, notre ami prit la peine de se relever et de venir constater l'ampleur des dégâts. Aussitôt, il remarqua alors que la nouvelle venue était à pieds nus, contrairement à lui qui avait pour habitude de toujours se déplacer avec une petite paire de chaussures bon marché aux petons. Et oui, David ne faisait pas partie de ces personnes pouvant se permettre de claquer des tonnes d'argent dans la mode. Pourquoi? Et bien, toujours à cause de son satané pouvoir. Une transformation et, hop, une garde robe qui volait à la poubelle...

    Un crissement vitreux lui fit alors comprendre qu'il venait de marcher sur quelques éclats de verres éparts non loin de la demoiselle. Continuant alors à se déplacer avec prudence, il se pencha, s'accroupit à moitié et tenta de voir la zone principale où se trouvait les bouts de verres. Cela ne lui prit d'ailleurs que quelques secondes. Kitty avait bien eu raison de ne pas avoir le réflexe de se déplacer en avant car c'était surtout là que tout se trouvait. Il se redressa alors et vint sourire de manière un peu embêtée...


    "Pardon, je suis vraiment désolé... Je vous ai vue entré et, je sais pas pourquoi, j'ai pas eu le réflexe de vous prévenir. Mais, ne bougez pas, je vais ramasser, ça va aller. Il y a eu plus de peur que de mal comme on dit..."

    Il s'était exprimé doucement, de manière calme et posée et, malgré la justesse des paroles utilisées, il avait encore cette désagréable impression que ce qu'il venait de dire ne rimait à rien ou ne ressemblait, en tout cas, pas à grand chose. Oui, ses quinze années de mutisme forcé le tiraillait et le poursuivait encore, au point tel que, par moment, il avait même la peur de parler, se souvenant certainement de manière inconsciente de tout ce qu'on lui infligeait pour qu'il reste silencieux et docile.

    "Par contre, si vous saviez où se trouve la ramassette, s'il y en à une dans le coin...?"

    A nouveau, il se sentit idiot, sa position trahissant son ressentiment puisqu'il passa une main derrière sa nuque, le coude relevé et l'air un peu perdu. Il n'y avait pas de doutes et, surtout, il ne fallait pas être Albert Einstein pour se rendre compte que ce jeune homme ne devait pas être arrivé à l'institut depuis bien longtemps. Mais bon, fort heureusement, l'air plus ou moins amical et naturellement social qui semblait se dégager de son interlocutrice détendait quelque peu notre 'dangereux' mutant qui, contrairement à d'habitude, ne se sentait pas trop stressé de vivre un contact social, ou rapport humain appeler cela comme vous voulez, avec une personne qui lui était totalement inconnue. Une personne qui aurait très bien pu lui en vouloir d'ailleurs et en arriver à être méchante avec lui. Mais, espérons que cela ne soit pas le cas, tout d'abord pour lui mais, également pour l'architecture et les pensionnaires de cet institut qui pourrait bien risquer gros si David devait en venir à faire une mauvaise rencontre pour le moins facheuse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/x-men-f38/david-green-t470.htm
Kitty Pryde
Elève X-men expérimenté de catégorie 3
avatar

Féminin
Nombre de messages : 178
Age : 32
Camp + groupe : x-men
Pouvoirs : Traverse la matière
Date d'inscription : 31/05/2008

Mutant life
Métier: etudiante à l'institut
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Petit déjeuner en tête à tête... [Kitty]   Jeu 17 Juil - 6:45

Kitty se mise à grimacer doucement en relevant, légèrement, les gros orteils de pieds. En fait, ça la piquait un peu, de légères et superficielles coupures rendaient les choses peu agréables. Et surtout, elle avait fini par perdre le verre d'eau qu'elle avait été si victorieuse de tenir dans ses mains. Elle regarda le sol avec perplexité, passant tous les petits bouts de verre en revue, comme pour se rendre compte de ce qui venait de se passer. Piouff, elle allait en plus devoir récupérer ses betisses avec tout ça. Mais, elle oublierai surement de faire mention de cet incident quand elle verrait Ororo. C'est vrai, c'était riddicule comme situation, se retourner pour sursauter à la vue d'une personne. Une personne ? Kitty releva soudainement le visage, en arquant un sourcil. Elle ne mit pas bien longtemps à tomber sur la silhouette du matinal qui lui avait procurer un sursaut, et des coupures aux pieds. Enfin, il était pas non plus réellement fautif, fallait pas exagérer. L'adolescente aurait bien pu se douter qu'il y avait quelqu'un en voyant la lumière allumée. Chose qui ne l'avait absolument pas interpeller sur le coup.

Kitty pencha la tête en suivant les mouvements de l'homme qui venait de se pencher sur le sol. Elle devait franchement avoir l'air un peu stupide, mais bon personne ne la voyait. L'homme semblait faire été des lieux, comme si il comptait reférencer le moindre éclats de verre. Quand il se releva, Kitty se redressa en le vixant l'air un peu interrogative. La mutante était là depuis de nombreuses années, elle connaissait ou avait vu un près tout le monde dans cette école. Mais lui, elle ne se souvenait pas l'avoir déjà croisé ne serait ce qu'une seule fois. Un nouveau ? Mhh ! La dernière fois qu'il y a eu un nouveau, dont elle avait remarquer l'apparition, c'était Logan. Autant dire -bien qu'elle adore ce type- que les nouveaux ont une tendance à apporter leurs bagages avec eux. Et par "bagages" Kitty ne faisait pas réflérences à des affaires, mais plutot a des problèmes. hey, hey, c'est bien pour ça que l'institut avait été mit sur pied.

Il ouvrit la bouche pour parler de manière calme, separant bien tous ses mots. Kitty se mise à sourire gentiment. Il s'excusait, en expliquant qu'il l'avait vu mais qu'il n'avait pas eu le reflexe de se faire savoir. La jeune fille marqua un sourire amusé. A sa place, elle se serait deplacé silencieusement pour aggriper la personne par derrière, histoire de lui foutre la peur de sa vie. Alors, il avait pas vraiment de raison de s'excuser et de se justifier. Il expliqua son envie de ramasser, en lui demandant de pas bouger et affirmant qu'il y avait plus de peur que de mal. Kitty baissa la tête vers ses pieds qu'elle remuaient doucement, sans pour autant qu'ils bougent de place. Plus de peur que de mal ? Mouais, elle aurait préférée ne pas avoir ses micro-coupure qui allaient se faire desagréables sous des chaussettes. Enfin, elle releva un visage souriant vers l'inconnu.


"Y a vraiment pas de quoi être désolé. J'aurai fait bien pire que de rester à ma place à votre place. J'avais qu'à ouvrir les yeux en entrant."

Dans son envie de nettoyer les betisses de la jeune fille, il demanda bien vite ou se trouvait la ramassettre. Elle arqua un sourcil, en se demandant si il était vraiment serieux, en disant qu'il voulait nettoyer ? Elle pouvait quand même le faire elle même. Kitty n'avait cas se dematérialiser pour se deplacer. c'est à ce moment qu'elle eue la furieuse envie de se foutre des tartes, elle aurait tout de même pu penser à cette option un peu plus tôt. ca aurait evité pas mal de désagréments. Enfin, maintenant que c'était fait, elle pouvait plus y faire grand chose vu qu'elle n'avait pas le pouvoir de remonter le temps. Elle hocha finalement la tête.

"Ouep, y en à une par là bas. Bouge pas, j'y vais."

Hallucinant la façon dont elle pouvait tutoyer les gens dès la première rencontre. Bon, c'était pas un manque de respect ou un truc dans le genre. Juste son jeune age qui ne lui faisait pas toujours prendre conscience qu'il fallait vouvoyer ses ainés, et encore moins quand il est tôt le matin et qu'elle n'a pas fermée l'oeil de la nuit. Fallait pas lui en vouloir.

Quoi qu'il en soit, à peine avait-elle finit de parler qu'elle se deplaça en direction d'un placard, de l'autre coté de la pièce. Chose qui pouvait surprendre étant donné qu'elle était entourée de bout de verre. Rien à voir avec du masochisme, ou du "jme suis deja coupée, jcrains plus rien". Ses gestes avaient été fait en connaissance de cause. aucun grissement de verre ne se fit entendre, d'ailleurs même en écoutant attentivement et en ayant une ouïe super devellopée, il était impossible d'entendre des bruits de pas provenant d'elle. S'étant dematérialisé, elle ne pouvait pas craindre de nouvelles coupures.

Elle ne mit pas longtemps à retrouver sa densité de base et a ouvrir le placard en question pour en sortir une balayette et une pelle. Elle retrouna donc sur les lieux de l'incident, mais restant cette fois attentive à là où elle marchait. Si elle voulait rammaser, il n'était pas question pour elle de rester dématérialisée. Bref, elle se retrouva accroupie à ramasser les bouts de verres, pour enfin les jeter dans une poubelle. Et, elle se redressa finalement, en frottant son avant bras sur son front, pelle et balayette encore en main. Kitty se tourna finalement vers l'inconnu.


"C'était pas vraiment a vous de la faire ! J'm'appelle Kitty."

Instinctivement elle tendi sa main en direction de l'inconnu, mais se trouva un peu stupide quand elle s'aperçu qu'au bout de cette dernière se trouvait une pelle. Elle se retracta en s'excusant brievement et calla la pelle sous son autre bras, pour tendre à nouveau la main. Truc de base quand on rencontre quelqu'un. Genre, on sert la main, on balance un prenom, on met tout le monde à l'aise et après on pose des questions. Enfin, un truc dans le genre quoi.

"Z'êtes nouveau, non ? Jvous avais jamais vu avant !"

Ok, logiquement, elle aurait du attendre qu'il decline son identité. Mais Kitty et les convention sociales c'était pas au point. Trop bavarde et interessée par tout pour devoir attendre avant de poser une question qui lui traverse l'esprit. C'était pas méchant, fallait juste si faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/acceptation-de-vos-personnages
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petit déjeuner en tête à tête... [Kitty]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Petit déjeuner en tête à tête... [Kitty]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'ami du petit déjeuner
» J'ai raté mon petit déjeuner!!!
» [Capote, Truman] Petit déjeuner chez Tiffany
» Verrines croustillantes pour le petit déjeuner
» Petit Déjeuner chez Tiffany, de Truman Capote.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{ X-Men : The Cure :: { Institut Charles Xavier :: Rez de chaussée :: Cuisine-
Sauter vers: