AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Journée Commençait Pourtant Pas Trop Mal...

Aller en bas 
AuteurMessage
Peter Parker
Neutre de catégorie 4
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7
Age : 26
Date d'inscription : 26/06/2008

MessageSujet: La Journée Commençait Pourtant Pas Trop Mal...   Jeu 3 Juil - 23:04

Le réveil sonna six heures et demie, réveillant aussitôt Peter. Cette nuit encore, il avait tenté d’élaborer une solution chimique dérivée de la colle universelle qu’avait découvert son père. Et, une fois n’étant pas coutume, il s’était endormi sur son travail. L’esprit embrumé, il mit plusieurs minutes à complètement émerger de ses rêves. Il s’étira en baillant et jeta un coup d’œil distrait à son réveil ; il ne comprit pas immédiatement ce que signifiait l’inscription de lumière jaune 07 : 06. Il alla prendre sa douche doucement. Puis, il cria. Réalisant à quel point il allait être en retard, le jeune homme avait multiplié par trois sa vitesse pour agir. S’il ne se dépêchait pas de se préparer, il allait manquer le bus, une nouvelle fois. Il acheva sa toilette précipitamment, pris des affaires propres sans vraiment y réfléchir et s’habilla en toute hâte. Il fila dans la cuisine, où sa Tante May était déjà en train de manger son petit déjeuner. Peter prit son pancake, le porta à sa bouche, puis repartit aussitôt pour sa chambre. Là, il entendit sa Tante lui dire qu’il allait être en retard. Il le savait, et ce simple fait le désespérait, mais il articula un bruyant « Je serais à l’heure ! » tandis qu’il attrapait son sac. Il avalait sa dernière bouchée de pancake quand il passa à nouveau devant May qui l’attendait devant la porte de l’entrée. Il lui sourit, lui dit qu’il l’aimait, lui souhaita une bonne journée, et sortit.
Dehors, Peter vit loin devant lui une forme jaune s’éloigner rapidement de lui. Exaspéré, il soupira :

« Non, pas quatre fois de suite… »

Alors, il se mit à courir. Lentement d’abord, puis de plus en plus vite. Rapidement, il rattrapa le bus. Encore quelques secondes, et Peter le dépasserait. Cela semblait parfait. Mais le jeune Mutant se mit à ralentir. Ils venaient d’arriver dans une zone du Queens très fréquentée, même aussi tôt dans la matinée. Se tenant les côtes, il finit par s’appuyer sur un réverbère, la tête penchée vers le sol. Il fulminait. S’il était sorti de chez lui une minute plus tôt, il aurait pu prendre le bus sans se faire voir par des civils. Le véhicule était à présent hors de son champ de vision. Ce fut à ce moment qu’il releva la tête et se remit en marche. Il marcha quelques mètres avant de s’engouffrer dans une ruelle sombre et sans issue. A présent, s’il voulait arriver à l’heure au lycée, il allait devoir emprunter un chemin que personne d’autre que lui ne pouvait emprunter. Il rampa vivement le long d’un mur et arriva sur le toit d’un petit immeuble. Il reprit alors sa course vers le bus, sautant de toit en toit, toujours plus vite. A cette hauteur, il doutait que des gens « normaux » puissent le distinguer. Heureusement pour lui. Du coin de l’œil, Peter vit le car scolaire en contre bas. Et, souriant, il le dépassa.

A l’instar des trois jours précédents, il arriva au lycée dix minutes avant les autres élèves. La journée de cours se passa sans trop d’accrocs. Flash Tompson essaya plusieurs fois de mettre une raclée au jeune Mutant, sans effet. Cette piqûre d’Araignée était finalement une très bonne chose pour le dernier des Parker. A quinze heures, il prit la route pour aller travailler. Peu de jours auparavant, il avait été remarqué par une compagnie de catch indépendante, qui semblait bien plus honnête que celle qui l’avait arnaqué quelques semaines plus tôt. De plus, cette compagnie lui avait offert un costume bleu et rouge pour son personnage d’ « Homme Araignée ». Dans les vestiaires, il enfila sa tenue et rentra sur le ring. Comme prévu, il écrasa ses adversaires, professionnels et membres du public. A la fin de sa deuxième journée de travail, il avait remporté soixante dix dollars.

Une nouvelle fois dans la rue, Peter regarda l’heure. Il était dix sept heures trente trois. Il devait être rentré à dix neuf heures. Le jeune Mutant estima qu’il avait le temps de patrouiller un peu, pour se dégourdir les jambes. Le pauvre jeune homme dut se changer caché derrière une poubelle. L’odeur écoeurante le quitta heureusement une fois qu’il fut assez éloigné.

Bondissant de building en building, Spider-Man guettait le moindre délit. Mais étrangement, il n’y avait rien. On aurait dit que New York était, l’espace d’une journée, devenue une ville parfaite. C’était assommant. Après une heure de recherches infructueuses, il décida de rentrer chez lui par la voie des airs. Toujours vêtu de son costume, il se dirigeait vers sa maison, dans le quartier du Queens.

Ce fut alors qu’il vit ce qu’il cherchait depuis si longtemps. En dessous de lui, une demie douzaine de jeunes cagoulés entouraient un vieillard tétanisé. Un reflet lumineux fit comprendre à l’Homme Araignée que ces vaillants membres de gang étaient armés d’armes blanches superbement aiguisées. Du haut de son gratte ciel, il se laissa tomber avec grâce vers le sol. A cinq mètres du bitume fatal, il se rattrapa à un drapeau américain. De ce point, il sauta une nouvelle fois vers les agresseurs et atterrit derrière les dos de la moitié d’entre eux. Il croisa les bras, guettant une réaction de leur part, mais rien ne se produisit. Peter soupira :

« Dîtes… C’est pas un peu abusé comme réaction ? J’veux dire… »

Tandis qu’il parlait, Spidey commençait à cogner ces petits délinquants.

« D’accord, il a pas de montre… D’accord, il a donc pas pu vous donner l’heure… Hiiiiiiiiiiiiiiii !!! »

Un coup de feu retentit, et la balle siffla tout près de son oreille. Peter n’en croyait pas ses oreilles… Il venait de crier comme une fille.

« Okay… Le premier d’entre vous qui rapporte que j’viens de crier comme une fillette… J’le t… Hiii !!! »

Deuxième détonation. Ca commençait à faire beaucoup. Il y avait des civils à l’entour. C’était trop dangereux. Il décida alors à ne pas faire traîner ce simulacre de combat plus longtemps. Il acheva rapidement de corriger ces truands et aida le vieil homme à rentrer chez lui. Alors, une troisième détonation retentit. Peter ne cria même pas. Il se contenta de se retourner et leva ironiquement les bras au ciel. Un des policiers s’avança vers lui. Alors qu’il allait lui mettre les menottes, le jeune Mutant s’écria :

« Perdu ! Dommage, t’y étais preeeeeeeesque ! »

Aussi, l’Homme Araignée sauta sur un mur, et y rampa le plus rapidement possible. Il était déjà l’heure du couvre feu ? C’est fou ce que le temps passe vite lorsqu’on s’amuse ! A présent, il devait échapper aux forces de police… Et pour ça, il devait redevenir Peter Parker. La difficulté consistait à semer les forces de l’ordre, trouver un endroit discret pour se changer, et ne plus attirer l’attention. Ca n’allait pas être la chose la plus aisée du monde…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blood
Elève X-men expérimenté de catégorie 3
avatar

Masculin
Nombre de messages : 375
Age : 31
Camp + groupe : X-men
Pouvoirs : Hémokynésie et Boost des capacités physiques
Date d'inscription : 23/05/2008

Mutant life
Métier: Aide à la police
Jauge de pouvoirs:
100/100  (100/100)
Relations:

MessageSujet: Re: La Journée Commençait Pourtant Pas Trop Mal...   Sam 5 Juil - 0:20

Blood se promenait depuis quelques heures en pleine ville. Faisant partie de l'Unité Spéciale pour les Mutants, il disposait d'un laissez-passer lui autorisant de déambuler dans la ville pendant le couvre-feu. Un avantage non négligeable, vu la surchage de travail qu'il avait ces temps-ci : Les problèmes entre humains et mutants ne semblait cesser d'augmenter.
Y aurait-il un jour ou l'autre un moyen de mettre en place un semblant de paix entre ces deux espèces à la fois si semblables et différentes ?
Comme si cela ne suffisait pas, il devait faire face à une hausse de la criminalité chez les mutants, qui se mettaient de plus à attaquer les honnêtes gens, qu'ils soient ou non humains.

Alors qu'il marchait, l'esprit obscurci par de sombres pensées, une détonation, aussi violente qu'un coup de tonnerre, tandis qu'il sentit quelque chose lui siffler aux oreilles.

Tournant la tête vers l'origine du bruit, il eut le loisir d'y apercevoir un mutant vêtu d'une combinaison. Mais les hommes avec qui il luttait étaient armés, et un coup était déja partit. Et vu comment était positionnée l'arme, si le mutant esquivait à nouveau le projectile...
Réagissant au quart de tour, Jake attrapa par le col une petite fille et la traîna hors de la trajectoire possible d'une balle perdue. Bien lui en prit, car une seconde plus tard, un trou apparut dans un mur, précisément là ou se trouvait l'enfant un instant plus tôt.

Relevant la tête vers la scène de combat, Sword put constater que tous les adversaires du mutant avaient été mis à terre, et celui-ci venait d'échapper à un policier, et se mit à ramper sur le mur à une vitesse effarante...

Comme une araignée...

Impressioné, Blood se lança à sa poursuite : il n'avait pas l'intention de laisser un criminel user de ses pouvoirs pour causer des problèmes en ville, et, activant son Boost, sauta aussi haut qu'il le put. Ce faisant, il dépassa le mutant, qu'il attrapa par la nuque, l'emportant sur le toit de l'immeuble, peu élevé, avec lui. En effet, la tenue du jeune homme était incroyablement moulante, ce qui empêchait le jeune apprenti-policier de le saisir directement par les vêtements...


*Oser sortir avec ça sur le dos...*

Le lâchant en plein vol, et se doutant qu'il pourrait se rétablir de lui-même, une goutte de sang apparut soudainement dans sa main. S'allongeant, s'épaississant, ce fut bientôt une énorme épée rouge vif qu'il tenait désormais dans sa main, et qu'il tourna dans la direction de son adversaire, prêt à l'embrocher s'il tentait de s'enfuir.

"Si on veut qu'un jour il y ait moins de problèmes entre les humains et les mutants, alors il faut arrêter de commettre des crimes, mon vieux...
Alors mon boulot, c'est de t'arrêter."


Il ne bluffait pas, il l'avait vu assommer plusieurs personnes, et l'avait vu refuser de se soumettre à une arrestation procédée par un policier. Cependant, il ignorait quel était le potentiel de son adversaire et, par conséquent, s'il serait de taille à l'affronter. En d'autres termes, il n'avait pas le choix.

Cependant, il ne pouvait s'empêcher de se sentir intrigué par la tenue très tape-à-l'oeil du jeune mutant, mais très instructive. Les motifs désignaient une araignée au centre de sa toile, ce qui indiquaient quelles étaient les pouvoirs du jeune homme.


*Admettons qu'il soit l'équivalent d'une araignée de taille humaine...*

A l'aide d'un rapide calcul mental, il estima à l'à peu près sa force et sa vitesse, bien supérieures aux siennes, même en activant son Boost. Il devait également être capable de synthétiser de la toile d'araignée. Se doutant que celle-ci devait être extrêmement gluante, Blood analysa les moindres possibilités du combat, les attaques ou feintes dont pouvait user l'adversaire.

Après tout, comme Magnéto lui avait si bien appris, un combat est comme un jeu d'échec... Prévoir les attaques de l'adversaire, et les retourner contre lui est le meilleur moyen de gagner.


"Sympa, ton costume..."

Après tout, il pouvait bien se moquer : Se promener avec une telle tenue, le mutant ne devait pas craindre le ridicule, visiblement... Si tous les mutants en venaient à l'imiter, là Jake serait d'accord pour dire que son espèce n'était pas supérieure à celle des Homo Sapiens...

"Maintenant, tu garde les mains bien en vue, et tu ne fais pas le malin. J'ai suffisament de problèmes ces temps-ci pour m'occuper d'un petit criminel qui n'a rien d'autre à faire de ses soirées...
Compris ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/x-men-f38/jake-sword-t265.htm
Peter Parker
Neutre de catégorie 4
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7
Age : 26
Date d'inscription : 26/06/2008

MessageSujet: Re: La Journée Commençait Pourtant Pas Trop Mal...   Ven 11 Juil - 18:14

Aussi vite qu’il le pouvait, Peter rampait le long de ce mur. Il devait disparaître rapidement s’il ne voulait pas se faire arrêter. Une nouvelle détonation retentit et une balle alla se ficher juste en dessous de son pied gauche. C’était passé près. Trop près. Il voulu regarder les policiers qui lui tiraient dessus en contrebas quand un sifflement insistant retentit derrière son oreille. L’instant d’après, le jeune homme fut projeté sur le toit. Quelque peu sonné, il mit une poignée de secondes à comprendre ce qui lui arrivait. Il se redressa, serrant les poings, paré à répondre à toute autre agression. L’homme qui se tenait devant lui semblait se vider de son sang. Sa main était en effet ouverte en un point bien précis et du liquide rouge s’échappait de cet orifice, pour former ce qui ressemblait fortement à une épée. Peter lâcha un murmure :

« C’est… écoeurant… »

Tout en pointant son arme vers lui, l’étranger se mit à prendre la parole. Il lui fit un sermon assez étrange et l’Homme Araignée eut besoin d’un peu de temps pour comprendre où il voulait en venir. Lorsqu’il saisit le sens de ses attaques, le jeune homme ne put s’empêcher de soupirer. Pourquoi était ce toujours lui qu’on prenait pour un criminel ? Tout ce qu’il avait fait, c’était sauver un vieillard et mis à mal quelques policiers… Ok ! Mais c’était pour sauver sa vie tout de même. Et maintenant, il se retrouvait sur le toit d’un petit immeuble, en train d’être menacé par un Mutant policier hémokinésiste. De plus, il avait crié comme une fille devant des témoins et il allait être en retard pour le dîner… Encore une fois. Il aurait vraiment du rester couché ce matin.

Peter se détendit, desserra les poings et croisa les bras. Que lui voulait il ? Simplement lui faire peur ou vraiment l’affronter ? De toutes façons, le jeune homme n’avait pas de temps pour aucune des solutions, et, étrangement, il sentait qu’il ne s’en sortirait pas facilement. Il déglutit avec peine et s’avança vers lui. Sous son masque, il sourit à sa remarque sur son costume. Ce à quoi il lui répondit du tac au tac :

« Sympa, ta coiffure »

Quand l’inconnu armé lui demanda de garder ses mains en évidence, Peter avait déjà avancé de plusieurs pas vers lui. Il n’y avait à présent plus qu’un minuscule mètre entre eux deux. Il le regarda droit dans les yeux.

« Bon, écoute moi bien. J’suis pressé, j’suis innocent et je sens que ni toi ni moi n’avons envie de savoir qui tape le plus fort… Alors tu vas être gentil et me laisser te donner ma version de l’histoire avant de décider si oui ou non, on devra se mettre sur la tronche… Okay ? En fait, j’me moque de ton avis, j’te laisse pas le choix… »

Et, d’un bond élégant, Peter arriva sur le toit d’un immeuble, légèrement plus en hauteur que celui sur lequel l’autre Mutant se tenait. L’Homme Araignée s’accroupit alors sur le rebord. Sans même regarder son interlocuteur, il reprit la parole :

« Alors, j’vais sans doute commencer par le début, pour que ce soit plus simple pour toi de comprendre… Dooooonc… J’me baladais dans la ville, à la recherche de gens super normaux à sauver, pendant que toi et tes potes devaient être en train de vous goinfrer de donuts quand je suis arrivé ici. Tu sais quoi ? Devant tout le monde, six mecs étaient en train d’agresser un vieil homme. Ca s’est passé en public ! Et personne n’est intervenu ! Des fois, j’ai honte de mes concitoyens… Bref ! J’ai fait ce que personne n’a eu le cran de e faire. J’ai protégé cet homme. Un mec du gang m’a tiré dessus deux fois. C’est alors que toi et tes potes policiers, vous intervenez. Sous prétexte que moi, j’porte un costume, j’suis forcément un super criminel. Hey, mec ! T’as vu une arme sur moi ? Nan, c’est contre mes principes. On me tire dessus et on me prend pour un terroriste… J’te jure, c’est n’importe quoi, Machin. Dis, j’peux t’appeler Machin au moins ? »

Peter se releva et s’approcha au maximum de Machin. De cette position, il le surplombait d’environ deux mètres. Il haussa les épaules puis finit par conclure :

« T’as pas l’air vachement convaincu par ce que j’te dis… Ca veut dire que tu veux vraiment te fritter ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blood
Elève X-men expérimenté de catégorie 3
avatar

Masculin
Nombre de messages : 375
Age : 31
Camp + groupe : X-men
Pouvoirs : Hémokynésie et Boost des capacités physiques
Date d'inscription : 23/05/2008

Mutant life
Métier: Aide à la police
Jauge de pouvoirs:
100/100  (100/100)
Relations:

MessageSujet: Re: La Journée Commençait Pourtant Pas Trop Mal...   Ven 11 Juil - 20:48

Lorsque l'Homme-Araignée se moqua à son tour, de la coiffure de Blood, cette fois-ci, Jake leva pendant un instant les yeux sur les cheveux qui lui tombaient sur le front, mais recentra presqu'immédiatement sa vision sur le mutant. Mieux valait ne pas lui laisser la moindre occasion de s'enfuir.
Il préféra au contraire s'expliquer sur ce qui venait de se passer, et expliqua par la même occasion qu'il n'avait pas la moindre envie de se battre. Tant mieux. Jake aussi avait eu droit à une journée pourrie.
Faisant quelques moulinets avec l'enorme lame, il finit par la planter dans le sol... Enfin, dans le toit...

Même enfoncée de près de dix centimètres, l'épée persistait à dépasser en taille son créateur. La seule lame devait être aussi grande que Blood, et devait faire près de trente centimètres de large, et se terminait par une courbe tranchante et pointue.

L'hémokynésiste s'appuya alors négligemment sur son arme et lança au mutant qui lui faisait face :


"Vas-y. Explique-toi, Tisseur ! J'ai rien de mieux à faire de toute façon..."

Celui-ci sauta sur un endroit plus élevé, et s'accroupissant, il commença à raconter ses déboires de la journée. En fin de compte, si Jake était arrivé quelques secondes plus tôt, il aurait pu avoir accès à l'intégralité de la scène et, par conséquent, qui était véritablement responsable dans cette histoire.

Blood pouvait comprendre ce qu'il racontait. Lui aussi, autrefois, avait voulu défendre les faibles des méchants. Devenir une sorte de super-héros, quoi...

Seulement voilà... Peut-être que personne ne mérite ça, mais Jake n'était plus du genre à vouloir se sacrifier pour les autres. Il avait subi trop de désillusions, trop de pertes. Et surtout, il ne voulait plus le moindre bien aux humains. Rares étaient ceux qui pouvaient mériter son amitié ou son affection, comme ses collègues de l'USM, ou sa famille.

Le reste détestait trop les mutants pour qu'il éprouve ne serait-ce qu'un soupçon de compassion pour ce qui pouvait leur arriver.
C'est alors que l'Homme Araignée finit par lui demander s'il pouvait l'appeller Machin. Ce mutant avait décidément un sens de l'humour très particulier !


"Oui, t'as le droit. Je peux t'appeller Monsieur SM ?"

Bizarrement, Jake ne semblait pas convaincu aux yeux de Mr SM, qui demanda alors si le combat serait inévitable.

"Parce que tu pense vraiment être de taille face à moi ? Quand je t'ai attrapé, j'ai déposé quelques gouttes de mon sang sur ta nuque. Il me suffirait d'une petite pensée pour faire de toi un gothique ayant enfilé son collier clouté à l'envers... Tu tiens vraiment à l'essayer ?"

Sacré Jake. Agissant toujours comme un joueur d'echecs, il prévoyait toujours au moins un coup d'avance, histoire de garder un avantage sous le coude. Cependant, comme l'avait précisé le Tisseur, ni l'un ni l'autre n'avait la moindre envie de se battre. Tant qu'il ne l'attaquerait pas, Mr SM n'aurait strictement rien à craindre de lui, puisqu'il n'était pas le moins du monde en danger.

Toujours appuyé sur son épée aux proportions monstrueuses, Blood réflechit rapidement. Certes, il croyait l'histoire de l'Homme-Araignée, et il le croyait également lorsqu'il affirmait ne faire qu'aider les gens, ce qui permit à Sword de lui lâcher :


"Ok, j'te crois... Mais y a un truc très étrange..."

Il regarda alors l'homme en combinaison moulante, et lui lâcha :

"Comment tu fais pour ne pas mourir de honte avec un costume pareil ?"

Certes, il comprenait qu'un mutant préfère dissimuler son identité pour ne pas révéler à tous sa véritable nature, mais aller jusqu'à enfiler un truc aussi moulant... Là, il était clair que Blood doutait que son interlocuteur soit sain d'esprit, ne serait-ce que pour avoir imaginé un costume de ce genre !

"Je fais partie de l'Unité Spéciale pour les Mutants. Mon boulot, c'est d'arrêter les mutants qui s'en prennent aux humains, et les humains qui s'en prennent aux mutants. J'arrête ceux qui le méritent, histoire que les Humains apprennent à faire la différence entre les gentils et les méchants mutants. Mais je sais que ça ne sert à rien...
Et toi ?
Tous les Humains veulent notre peau, y compris la tienne, parce qu'on leur fout la trouille, et toi, tu les protège bien gentiment ! Tu serais pas masochiste, des fois ?"


Certes, il avait la façon de penser d'un Confrériste, et ce n'était pas pour rien qu'il en avait fait partie, quelques temps auparavant, mais il refusait de s'en prendre à tous les Humains, et encore moins aux mutants, ce qui avait contraint Jake à quitter la camp de Magnéto, et à rejoindre l'Institut Xavier, bien que sa manière de penser soit toujours aussi différente de celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/x-men-f38/jake-sword-t265.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Journée Commençait Pourtant Pas Trop Mal...   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Journée Commençait Pourtant Pas Trop Mal...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une maison de Blythe trop belle....
» La vie est trop courte pour lire de mauvais livres
» Journée exceptionnelle en région Chartraine
» A TROP AIMER
» [Soucy, Gaétan] La petite fille qui aimait trop les allumettes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{ X-Men : The Cure :: { Whole World :: New York :: Autres-
Sauter vers: