AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Petite faim [PV David Haller]

Aller en bas 
AuteurMessage
Leia Troy
Elève X-men expérimenté de catégorie 2
avatar

Féminin
Nombre de messages : 34
Age : 37
Camp + groupe : X-men
Pouvoirs : Copie des pouvoirs et Détection des Mutants
Date d'inscription : 14/06/2008

Mutant life
Métier:
Jauge de pouvoirs:
5/100  (5/100)
Relations:

MessageSujet: Petite faim [PV David Haller]   Dim 22 Juin - 19:03

Leïa était un peu faigué par son entraînement quelque peu solitaire dans la forêt de l'institut. Elle revenait tranquillement, sans se preser, mais un bruit dans son estomac, lui fit comprendre, qu'elle avait faim. Et donc au lieu d'aller se changeait dans sa chambre, Leia préféra se diriger vers la cuisine. Elle traversa donc le parc, sans même observer la nature, contrairement à ce qu'elle faisait d'ordinaire, mais là son ventre semblait sur le point de hurler, tellement il faisait de bruit. Elle n'avait pas vu l'heure, car son entraînement avait duré plus longtemps, qu'elle ne l'avait supposée. Mais bon ce n'était pas grave, enfin si, car elle n'avait pas était en cours de toute l'après-midi, mais cela valait le coup, car au moins elle commençait vraiment à bien se sevir de ses pouvoirs. Mais là n'était pas la question pour le moment, en cet instant c'était son ventre qui commandait. Elle entra donc dans l'institut, parcouru les couloirs, qu'elle ne connaissait pas encore très bien, mais elle savait où se trouvait la cuisine, alors sans hésitation, elle se dirigea droit cers la porte et l'ouvrit. Elle jeta un coup d'oeil dans la pièce, elle était déserte. Elle entra donc, toute heureuse et ouvrit le frigo. Elle chercha un truc pas trop copieux, mais très bon et là, elle vit ce qu'elle préférait une plaque de chocolat lui tendait les bras. Elle la sortit du frigo et prit également une bouteille de lait. Ele referma la porte du frigo avec son pied et alla poser son ravitaillement sur la table. Puis, elle entreprit de trouver quelque chose qui se mélangerait bien avec son chocolat. Elle ouvrit un placard et trouva du pain de mie, ce qui ferait l'affaire. Elle prit un verre dans un autre placard et alla les mettre sur la table avec le reste. Puis, elle se servit un grand verre de lait et alla le remettre dans le frigo. Elle vint ensuite s'asseoir sur une chaise, ouvrit la plaque de chocolat et le paquest de pain, et se fit comme un petit sandwich. Elle croqua dedans avec plaisir et son ventre cessa de faire du bruit. Arriver à la moitié de son sandwich, Leïa but une petite gorgée de son verre de lait et au moment où elle allait rattaquer son sandwich au chocolat, la porte s'ouvrit, alors qu'elle n'avait entendu aucun bruit venant du couloir. Elle attendit de voir qui pouvait bien avoir un petite faim, à la même heure qu'elle ?

*Tient on dirait que je ne suis pas la seule, à avoir un petit creux !!*


Dernière édition par Leia Troy le Ven 27 Juin - 2:00, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/x-men-f38/x-leia-troy-t393.htm
David Haller
Professeur d'éveil psychique
X-men confirmé de catégorie 4
avatar

Masculin
Nombre de messages : 67
Age : 33
Camp + groupe : X-men off course !
Pouvoirs : Télépathie, Télékinésie, Pyrokinésie et Voyage Temporel
Date d'inscription : 14/06/2008

Mutant life
Métier:
Jauge de pouvoirs:
5/100  (5/100)
Relations:

MessageSujet: Re: Petite faim [PV David Haller]   Mer 25 Juin - 1:23


Découvrez VNV Nation!




9h48, Institut Xavier, New York City
_________________________________

Il n’y avait qu’une surface lisse et immaculée qui occupait la vision de David quand celui-ci ouvrit les yeux. Une surface appelée communément « plafond ». Il mit un temps avant de se rappeler de l’endroit où il se trouvait. Mais malheureusement ce fut sans compter sur les deux fourmis hystériques qui se baladaient dans son esprit. « Fourmis » appelées aussi Wayne et Cindy. Heureusement, Karami les fit taire d’un bon coup de télépathie. Ainsi il était dans une chambre ménagée dans l’Institut exprès pour lui, même si c’était un gentille attention, une part de lui s’en contre fichait ou pour l’instant en tout cas. Sa seule envie dans l’immédiat, était de rencontrer son père qui dirigeait l’Institut et le même genre de subterfuge que celui que l’on lui avait adressé le jour d’avant - comme quoi il était trop occupé pour pouvoir le recevoir - ne marcherait pas deux fois. S’il ne voulait pas le voir, qu’il le dise tout de suite, cela lui éviterait de perdre davantage son temps avec ce genre d’idiotie, s’il l’avait tué accidentellement dans un monde parallèle c’était uniquement de sa faute, s’interposer pour protéger quelqu’un comme Magnéto.
Légion secoua la tête comme pour balayer ces pensées un futiles qui ne faisaient que le plonger un peu plus dans l’ennui et le désarroi, il ne savait plus vraiment quel sens donner à sa vie, rester avec les X-men ou partir de cet époque pour trouver une autre plus clémente envers lui et les siens. Son pouvoir lui donnait tellement de possibilités que ça en devenait presque ennuyeux. Il enfila une chemise noire, ainsi qu’un jeans et des chaussures légères, avant de prendre son long manteau de cuir. Puisqu’il devait attendre que son père irresponsable se « désoccupe ». Il porta la main sur sa poitrine et utilisa son pouvoir temporel. Il savait que c’était dangereux, mais au moins ça lui donnerait de quoi s’occuper ; se laisser porter par le flux du temps mais il avait « réglé » son pouvoir pour que le temps ne change que de trois secondes, qui était un peu près le temps pendant lequel son pouvoir le portait entre l’espace et le temps.


9h45, New York, Zone Résidentielle
_________________________________

Dough McCawall s’était levé tôt. Il avait beau être détective privé depuis trois ans, ces temps il ne semblait plus que mandaté par une même personne qui était un sous-fifre du nouveau président. Même si cela ne lui plaisait pas, il était sans arrêt mêlé malgré lui dans des affaires sur les mutants qui le dépassait complètement, mais lorsqu’il vit la couleur du papier vert, tous ses soucis s’envolèrent et il acceptait n’importe quoi pour ce prix là. Il avait véritablement le profil type du vieux flic avec son ventre qui menaçait constamment les boutons de sa chemise de céder, son front dégarni et son cigare coincé entre ses dents. Mais même les piles de billets qu’ils recevait mensuellement ne suffisaient plus à Dough pour qu’il ne commence à s’inquiéter, toutes les infos qu’il avait recueillit jusqu’à maintenant sur les mutants qui rôdaient en ville bien après l’heure du couvre-feu établit par le gouvernement - qui se faisaient appelé Confréristes - semblaient être à l’origine de plusieurs séries de meurtres dont plusieurs militaires. De quoi alarmer le gouvernement. Mais il semblerais que certains autres mutants se seraient rassemblés autour d’un homme nommé Charles Xavier dans une institut portant son nom. De par ses informations, il avait apprit à se méfier des mutants, même son bon fond pouvait être trompé par le pouvoir en plus de l’argent et il n’hésiterait pas à enfermer un de ces monstres au moindre faux pas, c’est-ce qui l’avait mené à observer l’Institut Charles Xavier.
Ainsi, il avait prit la route dans sa Chevrolet en direction dudit institut. Ses derniers jours d’enquêtes avaient été fructueux, mais avaient aussi eut un certain impact sur son moral et il décida donc de prendre un chemin certes plus long, mais qui lui éviterait de passer par le centre ville où il avait passé plus d’une nuit blanche.
Mais le destin en décida autrement, la route fut coupée pour des travaux. Il s’approcha un maximum et klaxonna.


Hey, cette route n’était pas fermée la semaine dernière et je dois passer par là pour aller travailler !

Un ouvrier qui devait être le chef de chantier s’approcha de sa voiture et le dévisagea avant de lui dire sur un ton posé, mais toutefois un peu las :

Ben désolé m’sieur, mais il va falloir que vous fassiez un détour. N’est-ce pas plus rapide en passant par le centre ville ?

A vrai dire, j’aurais préféré l’éviter…

L’ouvrier retourna à son travail et Dough fit marche arrière en grommelant. Il fit demi-tour et passa par le chemin qu’il avait cherché à éviter un quart d’heure plus tôt.

11h58, New York, Ruelles
_________________________________

La petite escapade de David dans le flux temporel ne dura malheureusement qu’un temps, puisque comme d’habitude - il devait commencer à penser qu’il devait avoir aussi le don d’attirer la malchance et de finir toujours dans une situation embarrassante - les choses se déroulèrent tout sauf de la façon que David aurait espéré. L’aura bleutée de son portail ne s’était même pas encore dissipée, que David entendu le bruit d’une personne crampé sur sa pédale de frein. S’il ne serait pas un mutant, David serait certainement mort sur le coup, mais c’était sans compter sur la télékinésie de David qu’il utilisa sans même la « permission » de Wayne. La voiture décolla du sol et se roues se bloquèrent comme oppressée par une force invisible. D’un autre geste nonchalant, il fit un geste nonchalant de la main et la voiture suivit le même mouvement rejoint le bitume dans un bruit sourd, annihilant la force qui aurait dut envoyer valser le mutant à plusieurs mètres au-dessus du sol. Dough McCawall était tout déboussolé dans sa voiture, il n’avait pas rêvé, il y avait un homme, puis il eut une sensation au niveau du nombril pareille à celle qu’il avait déjà ressentie en prenant l’avion pour la première et seule fois de sa vie. Toujours est-il que c’était scientifiquement impossible qu’une voiture puisse faire un bon sur place pour revenir ensuite sur le sol comme si rien ne c’était passé. Mais par expérience, Dough avait apprit qu’à New York rien n’était impossible. Il venait de tomber par pur hasard sur la plus belle piste depuis le début de son enquête, le gros détective, sortit de sa voiture en ayant visiblement de la peine a extraire son ventre de la voiture et brandit tant bien que mal son arme de service sur David.

Ne bouges pas, tu est en état d’arrestation !

David pointa son index sur le détective et son revolver s’échappa de sa main pour s’abattre contre la paroi du bâtiment le plus proche et se désagrégea en plusieurs morceaux. Les yeux de David étaient passés du bleu habituel au marrons avec le même éclat de folie que ceux de Wayne, mais celui-ci ne se laissait pas dominer pour autant par son alter ego.

Je dois vous remercier, monsieur le policier, m’attaquer aussi soudainement me permet d’affuter mes dons de la même manière qu’un rasoir.

Son regard ne changea pas de couleur, mais d’expression, Wayne essayait en permanence de prendre le contrôle, ça il le savait, mais il ne savait pas qu’il pouvait influencer son comportement. Le détective avait prit un air effrayé et la panique le faisait suer à grosses gouttes.


Tu es donc un de ces mutants, un Confrériste, c’est ça ?

David sentit son cœur se serrer, ses yeux virèrent au jaune et il put lui répondre sur un ton posé, mais bourré d’ironie.

Oh, mais c’est insultant ce que vous dites Mr McCawall, je suis tout sauf un Confrériste, mais dites moi, vous sembler être un peu moins ignorant que les autres humains.

L
e détective sentit pendant un bref laps de temps comme si sa tête pesasse plus lourd, ou plus exactement comme si son cœur semblait complètement ouvert aux yeux de cet homme. Il sentit comme une gêne, toutes ses pensées, souvenirs ect. semblaient être comme lue par le mutant devant lui.

Qu… Comment connaissez-vous mon nom ?

David le voyait et n’était pas idiot ; McCawall avait ressentit la lecture de son esprit et semblait comme paralyser de peur. Les gens normaux ne ressentaient jamais de sensations agréables durant le processus, quoique… David entra dans son esprit. La première chose qu’il remarqua fut que le sol était en fait un billet de banque gigantesque. Il avait déjà vu des esprits cupides, mais celui-ci semblait vraiment dépasser la moyenne. Au centre de la pièce, David aperçu un bureau ovale, pareil à celui de la Maison Blanche, où se tenait le détective.

Voici donc ton esprit…

Le gros bonhomme semblait toujours autant terrifié.


Que me voulez-vous ?

Le regard de David passa de nouveau au violet.

Je vais me présenter tout d’abord. Je suis David Haller et je suis venu te proposer un marché.

L’impression d’anxiété disparut sur le visage joufflu du vieux détective. S’il pouvait faire un marché avec un mutant, il pourrait certainement subtiliser des infos sur les mutants et ainsi arriver à enfermer les X-men et un raccourcis pour sa promotion. Mais c’était mal connaitre David, il avait un projet en tête et ce vieux flic lui semblait parfait pour jouer les agents double. David sortit de l’esprit du détective. Les deux hommes se serrèrent la main. David lui adressa un sourire, sans qu’il ne s’en rende vraiment compte, il avait laissé dans son esprit une empreinte télépathique qui influençait ses décisions.


Alors, marché conclu ?

12h34, Institut Charles Xavier
_________________________________

Même si finalement, David avait trouvé un moyen de se distraire alors que la journée semblait être destinée à être fade et sans porter le moindre intérêt. Mais la combinaison télépathie/télékinésie l’avait affamé et avait l’estomac dans les talons. De plus, sa mauvaise maîtrise de la temporalité le conduisit peut-être au bon endroit, mais avança d’un quart d’heure dans le temps, ce qui ne fit qu’appréhender la sensation de faim de David. Il arriva juste devant la porte de la cuisine, il avait souhaité arriver en premier lieu dans l’enceinte de la pièce, mais il trouva que se serait impoli de sa part si quelqu’un se trouvait dans la pièce de surgir comme ça de nulle par. Il poussa la porte de la cuisine et vu qu’une personne était effectivement déjà en train de grignoter un morceau. Il était passé midi et il aurait pensé que tout le monde dans l’Institut avait déjà prit son déjeuné, mais il y avait des exceptions à voir.
Il ouvrit le frigo, se servit d’un yogourt qui allait certainement lui faire office de petit déjeuné et de déjeuné. Il se saisit d’une cuillère, la mis dans la bouche et s’assit finalement à table et s’adressa à la jeune personne.


Salut

I
l entama son maigre repas tout en se permettant un regard furtif auprès de la jeune femme présente dans la pièce qui semblait pas vraiment se préoccuper de sa présence, il se contenta d’hausser les sourcils et se concentra sur son yogourt.

[HJ : Peux tu changer le mode libre du sujet en privé ?]


Dernière édition par David Haller le Jeu 26 Juin - 9:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/acceptation-de-vos-personnages
Leia Troy
Elève X-men expérimenté de catégorie 2
avatar

Féminin
Nombre de messages : 34
Age : 37
Camp + groupe : X-men
Pouvoirs : Copie des pouvoirs et Détection des Mutants
Date d'inscription : 14/06/2008

Mutant life
Métier:
Jauge de pouvoirs:
5/100  (5/100)
Relations:

MessageSujet: Re: Petite faim [PV David Haller]   Mer 25 Juin - 2:52

La personne entra dans la cuisine et ouvrit le frigo, comme ce n’était pas polie de regarder quelqu’un fixement, Leïa retourna à son propre festin, mais elle avait quand même eut le temps d’apercevoir, le jeune homme. Elle le trouvait bien plus séduisant que les autres X-men, mais ne fit rien pour qu’il la remarque, elle se sentirait gêner si jamais si il apercevait de quelque chose. De plus, elle était nouvelle ici. Mais, elle fit comme-ci le garçon lui était indifférente. Et pourtant, elle n’était ni de glace ni de marbre, elle était comme toute jeune fille et oui, même si elle ne le connaissait pas, elle le trouvait très craquant.

Elle le regardait de temps en temps, quand il avait les yeux ailleurs que sur elle. Il vint s’asseoir à la table et entreprit de manger, ce qu’il avait sortit du frigo. Leïa lui fit un sourire timide, il était peut-être temps, qu’elle fasse connaissance avec quelqu’un et comme ce jeune homme était le premier avec lequel, elle se retrouvait en tête à tête, elle ne savait pas trop comment s’y prendre. Le jeune homme lui dit salut. Leïa qui le regardait de près pour la première fois, fut troubler par son regard. Elle le regarda mais ne put soutenir son regard très longtemps.


« Salut. »

Répondit-elle tout simplement, elle était un peu gêner d’avoir dévisageait le jeune homme de cette façon. C’était très bizarre, car d’habitude, elle n’était pas du tout timide, mais lui il dégageait une force inconnu, ce qui la surprenait un peu. Elle but une gorgée de son lit, qui lui fit une moustache, mais elle ne l’avait pas remarqué. Leïa n’était pas faite pour rester solitaire, mais elle n’était pas très doué pour engager une conversation avec un inconnu. De plus, elle était un peu fatigué.

Mais, après ce petit repas tout devrait rentrer dans l’ordre. Lorsqu’elle eût fini son sandwich au chocolat, elle se leva et alla chercha de la chantilly dans le frigo. Elle entreprit de se faire un nouveau sandwich, elle mit deux barres de chocolats dans le pain de mie et recouvrit le chocolat de chantilly, mais pas trop pour pas que ça déborde du pain. Une fois fini avant de croquer dedans à pleine dents, elle se rendit compte que ce qu’elle faisait était très mal élevé.

« Tu veux un bout de chocolat ? »

Elle se trouvait ridicule de poser la question, mais c’était normal de partager, quand on vivait en collectivité. Elle ne savait pas si le jeune homme lui répondrait, mais pour elle, il était normal de lui demander au moins. Même si elle avait vécu longtemps toute seule dans les rues, avant d’arriver ici, elle n’en avait pas moins gardait ses bonnes manières. Ce fut à ce moment là, qu’elle se rendit compte, qu’elle ne s’était même pas présenté. En revanche, elle n’avait toujours pas remarqué sa moustache de lait. Elle allait encore une fois, se rendre bien ridicule. Mais au fond ce n’était pas de sa faute, si ce jeune homme lui plaisait autant.

« Au faite, je m’appelle Leïa, Leïa Troy et toi ? »

Leïa ne voulait pas ennuyer le garçon, mais si elle devait devenir ami avec quelqu’un ou plus, se serait bien de connaître au moins son nom. Enfin, c’était son avis et tant pis si les autres n’aimait pas sa façon de se comporter. Au moins, elle faisait ce qui lui semblait bien, elle n’était pas encore très à l’aise à l’institut. Peut-être que cela viendrait avec le temps. En attendant que le garçon se décide ou non où lui répondre, elle croqua dans son sandwich et comme elle l’avait prévus la chantilly sortit du sandwich et coula sur la table.

Elle se leva pour trouver un chiffon, pour essuyer le chantier, qu’elle venait de faire. Leïa devint légèrement rose sur les joues, elle se tapait la honte devant le plus gosse de l’institut. Vous y croyait ? La honte. Leïa essuya la chantilly et mit un morceau de papier absorbant sur la table, pour le cas où la chantilly viendrait encore à couler. Elle rebut un peu de lait, ce qui lui rajouta de la moustache. Dont elle ne s’était toujours pas aperçut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/x-men-f38/x-leia-troy-t393.htm
David Haller
Professeur d'éveil psychique
X-men confirmé de catégorie 4
avatar

Masculin
Nombre de messages : 67
Age : 33
Camp + groupe : X-men off course !
Pouvoirs : Télépathie, Télékinésie, Pyrokinésie et Voyage Temporel
Date d'inscription : 14/06/2008

Mutant life
Métier:
Jauge de pouvoirs:
5/100  (5/100)
Relations:

MessageSujet: Re: Petite faim [PV David Haller]   Jeu 26 Juin - 10:48


Découvrez mc chris!




David eut, sans vraiment l’avoir remarqué un petit sourire amusé. L’avantage de maîtrise la télépathie était qu’il sentait les émotions des gens, mais sans toutefois lire automatiquement ses pensées. Il avait ainsi perçu les battements du cœur de la jeune personne prendre un rythme plus pressé. Il sentait une démangeaison derrière la tête à chaque fois qu’il essayait de prendre une bouchée de son yogourt et se figeait alors sur place et reposa sa cuillère pour observer la mutante en face de lui. Mais la mutante semblait regarder ailleurs. Il l’aurait pourtant juré, cette sensation… Il haussa les sourcils et se ressaisit de sa cuillère, mais à nouveau, au moment d’introduire son dû dans sa bouche, il ressentit la même sensation.

David : Ce n’est pas ça qui m’empêchera de manger mon premier repas de la journée !

Il enfourna sa cuillère dans sa bouche en sentit enfin l’agréable sensation d’avoir quelques calories à dépenser. Une fois son festin terminé, il tourna la tête vers la personne en face de lui et il jura la voir tourner la tête au dernier moment pour ne pas croiser son regard. Il le savait, elle l’observait comme il avait déjà vu des femmes regarder un homme qui leur plait, comment appelait-on ça déjà ? Une idole ? La jeune femme lui rendit finalement sa salutation, mais elle semblait un peu timide et David s’efforça de minimiser au maximum sa télépathie pour la mettre plus à l’aise, il avait horreur des mauvaises ambiances.
La jeune mutante retourna dans le frigo pour se refaire un festin et lui proposa aussi un p’tit quelque chose. Peut-être était-ce encore un peu récent pour lui, mais il voulu essayer d’utiliser sa propre télékinésie et non pas celle de Wayne.


Karami : N’en fait pas trop.

David : Je sais bien !

Cindy : Et pour une fille, en plus !

David entendit Cindy se moquer de lui dans son esprit. Il ferma les yeux et soupira pour ne pas s’énerver et fit un geste du doigt au frigo qui s’ouvrit sous la force de son esprit et prit une branche de chocolat. Au même moment il sentit du sang couler de son nez.

David : Mince, il ne se passe rien quand j’essaie de soulever une voiture et là, un simple morceau de chocolat suffit à…

David s’essuya le nez avec une serviette qui se trouvait sur la table et fit mine de manger son morceau de chocolat.

Non merci, je suis servi.

Il se leva ensuite de sa chaise pour aller prendre une boîte de biscuit, il aurait bien voulu s’en saisir par la pensée, mais préféra s’en abstenir, pour ne pas risquer de détruire son esprit à la longue.
Au même moment, David sentit la désagréable sensation de se faire observer par Wayne et eut l’impression qu’il profita de son instant de
faiblesse pour prendre possession de son corps.


Viens dans la force obscure…

David avait toujours sut que Wayne était un être dément qui avait toujours défendu les intérêts de la Confrérie plutôt que ceux des X-men, mais il aurait préféré qu’il s’abstienne de parler. Surtout pour dire une phrase aussi dénuée de sens. Il utilisa toute la force qui lui restait pour reléguer Wayne au second plan. Et ce ne fut que pour réfléchir à toute vitesse pour trouver comment faire pour faire passer la phrase de Wayne comme une simple phrase anodine tout en luttant contre la fatigue. Il ouvrit la boîte de biscuit.

… On a des cookies !

Il s’effondra par terre et commença avoir la vue qui se troublait alors que les sons se déformait, bref, son pouvoir l’avait assommé. Il perçu tout de même une personne s’approcher.

‘Chanté, moi… David… Haller

Alors qu’il ne distinguait plus que les couleurs autours de lui, il se concentra un peu pour que sa vue revienne à la normale et vit Leïa près de lui. Soit c’était sa tête qui tournait encore, ou alors une moustache avait poussé sur la lèvre supérieure de Leïa, une moustache blanche…

Tiens… Une femme à barbe…

Il était encore complètement sonné, mais ne pouvait pas s’empêcher de faire de l’humour, même dans un moment pareil. Il réunit assez de force, toutefois, pour bouger son bras. Et tendre son biscuit à Leïa.

Un cookie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/acceptation-de-vos-personnages
Leia Troy
Elève X-men expérimenté de catégorie 2
avatar

Féminin
Nombre de messages : 34
Age : 37
Camp + groupe : X-men
Pouvoirs : Copie des pouvoirs et Détection des Mutants
Date d'inscription : 14/06/2008

Mutant life
Métier:
Jauge de pouvoirs:
5/100  (5/100)
Relations:

MessageSujet: Re: Petite faim [PV David Haller]   Ven 27 Juin - 1:58

Leïa avait attendu que le jeune homme lui réponde, cependant, il avait déjà ouvert le frigo, sans même se déplacer et avait prit un morceau de chocolat. Elle le vit s’essuyer du sang qui avait couler de son nez. Il semblait très sympathique, malgré qu’elle ne le connaisse absolument pas. Elle essayait toujours de ne pas se faire repérer, car le jeune homme quand elle l’observait, mais elle cessa se petit jeux, car elle se dit qu’elle-même détesterait ça, qu’on la regarde puis qu’on tourne la tête, une fois qu’elle aussi regardait la personne.

Alors, elle se concentra sur son sandwich qui faisait que dégoulinait sur la table, heureusement qu’elle avait laissé une serviette sous son casse-croûte. Mais tout d’un coup, elle releva la tête, au moment où le jeune homme s’était levé pour allé chercher la boîte de biscuits. Il dit une phrase que Leïa ne comprit pas, elle lui jeta un regard interrogateur, mais il lui tournait le dos.

*Viens dans la force obscure, on a des cookies ? Qu’est-ce que ça veut dire ?*

Leïa se promit de lui poser la question, mais à ce moment là, il tomba à terre. Leïa se leva et se précipita à ses côté, pour voir comment allé le jeune homme. Il avait l’air un peu mal en point, mais il réussit néanmoins à lui donner son nom. Leïa lui fit un sourire et lui dit qu’elle était enchanté. David dit ensuite encore une chose étrange, à laquelle Leïa ne comprit rien, il lui fallut un certain temps pour réagir. Elle sortit de la poche de son pantalon, un petit miroir et se regarda dedans, elle s’aperçut avec horreur de la moustache blanche, dû au verre de lait qu’elle était en train de boire.

Elle se releva, abandonnant David un cours instant pour aller se débarbouillait, elle prit une serviette sur la table, ma passa sous le robinet et se ressuya le visage avant de revenir au côté de David, toujours étendu par terre. Elle éclata de rire de bon cœur après qu’elle eût comprit pourquoi, il avait dit une femme à barbe. Elle ne put s’empêchée de rire, elle trouvait que pour une personne, qui était presque inconsciente, il était très drôle.

Et de le voir d’aussi prêts, ne fit que confirmait ce qu’elle pensait, il était vraiment très beau. Elle rougis légèrement et son cœur rata plusieurs battements, il avait des yeux magnifique. Elle se secoua intérieurement et fit un sourire timide à David qui lui tendait un cookie. Elle le prit gentiment en effleurant sa main, ce qui eut pour effet d’accélérer les battements de son cœur, cette fois. Elle était un peu déboussolé et du coup, elle sortit une énormité.

« Anakin… Euh pardon David. »

Rougit encore avant de reprendre la parole.

« Est-ce que tu as besoin d’aide, pour te relever ? »


Leïa s’inquiétait pour lui, car malgré qu’il faisait de l’humour, il n’avait pas l’air très bien. Mais, elle sentait aussi que vu la gentillesse et l’humour de David, si elle le fréquentait assez longtemps, elle finirait par tomber vraiment amoureuse du jeune homme. Leïa avait oublier ses propres pouvoirs, et donc ce qui devait arriver, arriva vu qu’elle était troublé.

Elle copier les pouvoirs de David, mais comme elle ne savait pas s’en servir et qu’elle n’avait eut qu’un petit aperçut, de ce dont il était capable. Espéreront qu’elle ne s’en servira pas, sans rendre compte. Car bonjour la catastrophe, mais bon peut-être… Ah non, je le dirait pas, vous verrait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/x-men-f38/x-leia-troy-t393.htm
David Haller
Professeur d'éveil psychique
X-men confirmé de catégorie 4
avatar

Masculin
Nombre de messages : 67
Age : 33
Camp + groupe : X-men off course !
Pouvoirs : Télépathie, Télékinésie, Pyrokinésie et Voyage Temporel
Date d'inscription : 14/06/2008

Mutant life
Métier:
Jauge de pouvoirs:
5/100  (5/100)
Relations:

MessageSujet: Re: Petite faim [PV David Haller]   Lun 14 Juil - 17:50

Timide. C’était le premier mot que David avait trouvé pour qualifier la jeune femme, mais il savait qu’il ne fallait pas juger les gens sur les apparences et donc il préféra changer immédiatement d’état d’esprit, même si ce n’était pas son genre. Leïa, au bout du compte, arrêta finalement de jouer à son petit jeux pour devenir -heureusement- plus lucide que tout à l’heure. Mais, il continuait à serrer les dents ; Wayne avait instauré une ambiance un peu embarrassante et David avait eut de la peine à trouvé une idée convenable pour détourner sa phrase en une déclaration anodine ; mais à voir l’état des choses, c’était loin d’être gagné. Toujours la mâchoire serrée, il crut avoir une crampe en découvrant le visage interrogatif de la jeune femme. Il commençait à avoir une boule dans l’estomac, signe qu’il commençait à craindre sa réaction.
David, toujours à terre sentait ses forces lui revenir peu à peu, une pareille utilisation de ses pouvoirs avait légèrement atteint ses réserves et il savait à présent qu’il pouvait utiliser tout ses pouvoirs à condition de passer par une des trois personnalité présente dans sa tête au risque d’entamer sa propre énergie vitale.
Ça ne lui arrivait pas forcément souvent de faire des blagues, mais il aurait au moins esperé que son interlocutrice serait assez loquace pour en comprendre le sens un peu plus vite. Au lieu de ça, pendant quelque instant, il se sentit plus embarrassé que jamais, mais émit un soupir de soulagement quand celle-ci revint dans son champ de vision et éclata de rire.


Anakin ? C’est qui ça ?

David avait à présent récupéré assez d’énergie pour bouger et arqua un sourcil. Leïa avait sans doute dut le confondre avec une autre personne. Anakin, c’était tout de même un nom étrange, il se demandait où elle avait put le pêcher. Lorsqu’elle vint se à son secours, leurs visages furent étonnamment près. Leïa était une belle jeune femme, mais il voyait qu’elle était peut-être un peu trop captivée par lui, car elle n’arrêtait pas de le regarder en rougissant.

Au fait, tu n’as pas cours ? Je suis un professeur de l’Institut, tu sais ?

Il préféra prendre un ton un peu plus sérieux, la plaisanterie n’avait fait qu’accentuer les choses. Il prit appui sur ses deux bras pour se mettre en position assise, il avait beau avoir réunit assez de force pour bouger, ça ne voulait pas dire qu’il était déjà près à remarcher. On lui avait toujours qu’il valait mieux faire des erreurs pour en tirer des leçons. Il était donc à présent vacciné contre l’utilisation trop fréquente de ses pouvoirs, de plus il n’en avait ressentit peut-être qu’une petite parcelle des conséquences, mais il recommencerait jamais une telle folie.

Non merci, ça devrait aller.

Il avait articulé sa phrase d’un ton monocorde, tout en sachant l’impact que pouvait avoir ses mots sur Leïa, mais il était déterminé et quand il avait une idée en tête il ne s’arrêterait certainement pas là.
Il se produisit alors un curieux phénomène, David sentit ses pouvoirs examinés jusqu’à leurs plus profondes racines et se faire copier avant d’être transmis à Leïa.


David : C’est donc ça son pouvoir, c’est encore pire que pour Nath… C’est la cata !

L’esprit de David était complètement déboussolé, il se demandait si seuls ses pouvoirs avaient été copiés où si la mutante avait également développée plusieurs personnalités. La meilleures solution restait de d’entrer dans son esprit pour clarifier les choses, mais David voulu attendre quelques instants, néanmoins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/acceptation-de-vos-personnages
Leia Troy
Elève X-men expérimenté de catégorie 2
avatar

Féminin
Nombre de messages : 34
Age : 37
Camp + groupe : X-men
Pouvoirs : Copie des pouvoirs et Détection des Mutants
Date d'inscription : 14/06/2008

Mutant life
Métier:
Jauge de pouvoirs:
5/100  (5/100)
Relations:

MessageSujet: Re: Petite faim [PV David Haller]   Jeu 17 Juil - 3:59

Leïa était un peu déboussolé par les récents événements, mais essaya de le cacher à David. Elle se sentait un peu idiote logique, elle l’avait appelé Anakin, qu’elle idiote. Mais d’où est-ce qu’elle pouvait bien sortir ce nom ? Aucune idée, peut-être qu’elle, elle le sait ? Enfin bref, revenons en à nos moutons.

Leïa était toujours accroupies auprès de David, qui essayait de se relever en douceur. Leïa s’écarta un peu pour le laissé respirer. Mais, ils étaient encore très proche l’un de l’autre, Leïa ne voulait surtout pas que David s’aperçoive de sa gêne. Elle essaya de reprendre une contenance et de paraître une fille normal. Elle lui fit un grand sourire et fut surprise par sa question. Zut elle qui pensait y échapper, raté.

« Euh, ben… Anakin ? Anakin, c’est personne ! »

*Arrête de mentir et dis lui vérité !*

Leïa se racla la gorge avant de continuer sur un ton encore plus gêner.

« En faite Anakin est mon personnage préféré, dans Star Wars ! Tu connais ? »

Et voilà, elle ne pouvait pas tomber plus bas. Elle repensa à la phrase que David avait dite avant de tomber.

*Viens dans la Force obscure on a des cookies ! Tu en veux un ?*

Elle réalisa donc soudain, que la force obscure, devait signifier le côté obscure de la Force pour elle. Elle éclata de rire à nouveau, quitte à passé pour une folle. Quand elle reprit enfin son calme, elle sourit à David.

« Je crois que c’est à cause, de la phrase que tu as dite tout à l’heure, qui m’a fait penser à ça ! Ais, moi j’aime pas le côté obscure, je préfère le côté lumineux de la Force. »

Leïa ne savait pas si il comprendrait ce qu’elle voulait dire, mais cela n’était pas grave. Puis reprenant son sérieux d’un coup, le jeune homme lui demanda, si elle n’avait pas cours, car il était professeur. Leïa le regarda surprise, n’était-il pas un peu jeune pour un professeur ? Elle haussa les épaules et lui répondit gentiment et avec le sourire.

« Non, pas avant plusieurs heures, professeur ! Et tu es enseigne quel matière ? »

Leïa ne s’était toujours pas rendu compte, qu’elle avait copier les pouvoirs de David. Elle ne s’en servit pas cependant, car elle n’avait pas remarqué et puis, elle ne maîtrisait toujours pas ses propres pouvoirs, se serait suicidaire d’essayer, après ce qui venait d’arriver à David. Leïa fut quand même un peu déçut que David fut un professeur de l’institut, car il lui plaisait vraiment.

Leïa se demanda si c’était la vérité, mais elle en aurait bien la preuve, quand il répondrait. En attendant, elle le regardait avec moins d’insistance, mais elle était très attirée par lui. Aurait-elle le courage de lui dire ? Non, pas si c’était vraiment un professeur, car ce genre d’histoire ne mènerait à rien.

Bien qu’ici tout était différent, mais elle ne savait pas très bien où elle en était, depuis qu’il lui avait dit cela. Après tout, si elle était vraiment amoureuse de lui, ce qui était beaucoup trop tôt pour le dire, cela n’empêcherait rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/x-men-f38/x-leia-troy-t393.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petite faim [PV David Haller]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Petite faim [PV David Haller]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Que mangez vous avant de vous coucher quand vous avez une petite faim ?
» Une petite faim? (aux stylos couleurs)
» Loi 2002/La grève de la faim/Miterrand/Voix du Nord
» DAVID, LES FEMMES ET LA MORT de Vanistendael
» Mes vendanges, c'est ma petite scène d'automne !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{ X-Men : The Cure :: { Institut Charles Xavier :: Rez de chaussée :: Cuisine-
Sauter vers: