AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Oppression rime avec rébellion (Libre)

Aller en bas 
AuteurMessage
Isatys
Modératrice
Confrériste de catégorie 3
avatar

Féminin
Nombre de messages : 244
Age : 30
Camp + groupe : Confrérie
Pouvoirs : Création d'électricité
Date d'inscription : 15/05/2008

Mutant life
Métier:
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Oppression rime avec rébellion (Libre)   Lun 9 Juin - 0:58

Le ferry s'arrêta au quai et une foule de touristes descendirent sur l'Île de la Liberté, sous l'oeil avisé d'un gardien armé d'un Uzi. Parmi eux, toutefois, se trouvait une fille qui était loin d'être une touriste. Elle avait de longs cheveux blonds, à l'exception d'une mèche rose, et portait des habits assez simples, à savoir une mini-jupe en jeans et un débardeur noir. Elle avait également un sac-à-dos apparemment bien rempli. C'est ainsi habillée qu'Isatys se mêla à la foule jusqu'à ce qu'elle arrive au pied de la statue la plus célèbre des États-Unis. Étrangement, celle-ci était plus petite que ce l'on voulait bien montrer à la télévision et dans les films. En fait, elle ne faisait même pas 50m de hauteur, c'était le piédestal qui la faisait sembler si grande.

Devant cette vision, Isa ne put retenir un petit rire sarcastique. Les États-Unis se disaient être une société où la liberté était plus forte que tout, mais à la première occasion ils s'en prenaient aux gens un peu différents. Jadis, ils s'en étaient pris aux Noirs. Par la suite, ça avaient été tous ceux qui ne correspondaient pas à leur vision du monde, que ce soient les Soviétiques ou les Arabes. Et aujourd'hui, les mutants étaient devenus leur cible. Bel esprit de liberté et de fraternité... C'étaient dans des jours comme ça que les Français devaient regretter d'avoir fait cette statue.

Isatys se rappelait encore parfaitement où elle était quand elle avait appris ce que le Président Stryker voulait faire à propos des mutants. C'était presque un hasard, en fait. Elle se promenait sur la 5th Avenue de Manhattan quand elle avait aperçu la première page du New York Times, sur la table d'un restaurant. C'était de justesse qu'elle s'était empêchée de tuer tout le monde autour d'elle. N'ayant jamais été à l'Institut Charles Xavier, Isa ne connaissait pas ce "Stryker", mais de retour à la Confrérie elle avait rapidement appris qui il était, ou plutôt qui son père était. En effet, l'histoire s'était répandue dans l'édifice, avec sans doute Pyro ou Magnéto comme origine puisqu'ils avaient été en contact direct avec William Stryker. Et son fils ne semblait pas être plus sain d'esprit, malheureusement.

Et c'était-là la raison de sa présence sur l'Île de la Liberté : il fallait qu'elle se défoule et elle n'avait trouvé aucun meilleur moyen. Isabel prit un air de "touriste vraiment impressionné par la Statue" et s'approcha jusqu'à la base du piédestal. Heureusement, un accès permettait de grimper le premier niveau de celui-ci, qui était en forme d'étoile. Toutefois, Isa se trouva aussitôt face à un mur lisse et trop élevé pour pouvoir l'escalader. Bon, elle allait devoir se contenter de ça... La mutante jeta un regard autour d'elle. Il y avait de nombreux touristes, ainsi que deux gardes armés eux aussi d'Uzi. Les choses seraient moins facile que ce qu'elle avait prévu, mais tant pis. Elle devait le faire.

Les gardes faisaient tranquillement le tour de ce niveau du piédestal et Isa compta environ 2 minutes entre chaque passage. Par la suite, la blonde s'arrangea pour trouver un coin assez tranquille. Une fois que ce fut fait, elle attendit que les gardes passent, puis elle se dépêcha d'ouvrir son sac-à-dos. À l'intérieur se trouvait une bonbonne de peinture rouge. Avec un sourire satisfait, Isatys se retourna vers le mur du piédestal et commença à écrire:

Stryker Will Die!
Supremacy Of The Mutants!


Isa était assez satisfaite et elle se préparait à tout remballer quand une voix se fit entendre.

- Hey ! Toi ! Tu mets les mains sur ta tête et tu ne bouges plus !

- Merde, Harry ! Regarde ce qu'elle viens d'écrire. C'est une de ces mutants ! Allez, à terre ! Ne fais rien d'anormal, où je tire !

Lentement, Isabel mit les mains sur sa tête. Mais, avant de se coucher au sol, elle fixa les deux gardes avec un regard glacial. Ceux-ci semblèrent déstabilisés un moment, nerveux, puis ils serrèrent leurs armes encore plus fort, comme si ce simple geste pouvait les protéger de la mutante.

« Qu'est-ce qu'il y a les gars, vous voulez pas jouer avec moi ? »

Le garde qui avait parlé en deuxième semblait être le plus nerveux des deux. Il devait avoir au moins quarante ans et affichait un bon surplus de poids. Son front attaqué par la calvicie était luisant, tellement il suait à cause de la nervosité. Le premier, celui qui s'appelait Harry, avait le look typique du "Bad Cop". Cheveux courts, noirs, avec une barbe de quelques jours, alors que son corps était tout en muscles. Malgré tout, ses jointures étaient blanches à force de serrer son Uzi. Avec un petit rire pas trop rassurant, Isatys décida de finalement se coucher, mais pas sans leur lancer un clin d'oeil. Pour le moment elle allait jouer le jeu, mais leurs fusils ne les sauverait pas bien longtemps...

[HJ: J'ai fait un test pour le graffiti... Est-ce que c'est une police spéciale qui s'affiche (celle que j'ai mise) ou alors c'est celle de base ?]

_________________
I'm Not As Innocent As I Look Like


Dernière édition par Isatys le Lun 9 Juin - 1:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/confreristes-f40/isatys-t198.h
Kronos
Confrériste expérimenté de catégorie 3
avatar

Masculin
Nombre de messages : 125
Age : 30
Camp + groupe : Confrérie
Pouvoirs : Chronokinésie
Date d'inscription : 05/05/2008

Mutant life
Métier: Chômeur
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Oppression rime avec rébellion (Libre)   Lun 9 Juin - 1:26

[HJ: On ne voit pas la police, pour ça, il faudrait que tous les utilisateurs aient la police dans leurs fichiers word. Ce que tu peux essayer de faire au pire, si tu veux absolument la mettre, c'est de l'enregistrer comme une image, puis de la mettre ici.
Je me permet de poster à la suite, si ce que j'écris ne te convient pas, n'hésite pas à me dire ce que je dois modifier.]

[Edit Isa (Ouais plus pratique que de poster XD) : C'est ce que je me disais... Bah tant pis, j'ai changé pour Impact^^]


Kronos observait la silhouette encapuchonnée de noir, dans sa veste plutôt moulante et sa jupe courte. Quand Isa avait déboulé à la Confrérie cette après-midi là, il avait surpris ses questions à propos de Stryker, c'est comme ça qu'il apprit lui aussi, que le fils caché de Stryker venait d'arriver au pouvoir...

Il avait faillit s'étrangler de rage, et avait eu beaucoup de mal à contenir sa colère. Il s'était étonné lui-même de régir aussi violemment. D'ordinaire, il montrait un calme serein, peu importait la situation. Mais cette situation était bien différentes des autres.
Un Stryker au pouvoir pouvait être bien plus dangereux qu'un Stryker agissant en secret. Et John Stryker semblait s'inscrire dans la digne lignée de son paternel. Foutus humains! Apprendre n'était pas dans leurs habitudes.
Puisqu'ils voulaient la guerre, ils l'auraient. James décida de tirer un trait sur ses bonnes résolutions, puisqu'il n'était plus possible de vivre libre, puisqu'il n'était plus possible d'être soi-même, il s'insirugerait et ferait payer ceux qui oseraient lui dicter sa vie.

C'est pour cela qu'il avait intercepté Isa dans la Confrérie, elle lui avait expliqué ses intentions, et il avait opiné gravement du chef. Ce n'était qu'un petit geste symbolique, rien de bien grand, mais les prémices d'une résistance. Il avait décidé avec elle qu'ils n'avanceraient pas ensembles.
Lui resterait en retrait, pour observer, son pouvoir ne lui permettait pas d'attaquer, ou du moins pas frontalement, et il n'agirait que si la situation l'exigeait.

Habillé d'une paire de jeans bleu clair, d'un t-shirt atrocement kitsch "I love NY", de lunettes de soleil et d'un bob marron, il portait lui aussi un sac à dos, où il avait mis lui aussi une bouteille de graff. Il restait assez loin d'Isatys, tout en gardant un oeil sur elle, quand elle quitta la masse des touristes pour s'éclipser et taguer Liberté.
Il vit également arriver les gardes et se prépara à la voir les expédier dans les air, ajoutant de jolis arcs éléctriques. Elle n'en fit rien, ce qui surpris le mutant.
Etonné, il décida de lui demander ce qu'elle faisait. C'est d'une façon quasi-naturelle qu'il l'arrêta le temps, figeant les gardes dans leur posture, sans même qu'ils s'en rendent compte, puis il s'approcha d'Isa, toujours à terre, passant entre les deux gardes toujours figés.

Baissant ses lunettes, il lui jeta un regard dubitatif par-dessus.


-J'peux savoir c'que tu fous? Je pensais que tu les aurais déjà tué...

Il n'aimait pas ces mots dans sa propre bouche. Projeter un meutre dépassait ce qu'il avait fait jusque là, mais il n'était plus aussi sûr de vouloir accorder un quelconque pardon aux humains. Ces deux gardes n'hésiteraient pas à l'abattre si elle faisait le moindre mouvement, et tout ça, parce qu'elle était mutante, pas parce qu'elle était subversive.
Alors pourquoi attendre qu'ils la tuent? N'était-il pas plus simple d'éliminer la menace avant même qu'elle n'en soit une?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/confreristes-f40/james-nogan-a
Lewis Mackoy
Neutre de catégorie 3
avatar

Masculin
Nombre de messages : 33
Age : 28
Camp + groupe : Neutre pour l'instant...
Pouvoirs : Rainbow Eyes et Technique de la légerté.
Date d'inscription : 02/06/2008

Mutant life
Métier:
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Oppression rime avec rébellion (Libre)   Lun 9 Juin - 2:50

[ Je m'incruste, ça ne dérange pas j'espère? C'est surtout parce que Kronos ma devancer que je dis ça, mais bon pas grave... S'il y a un problème, je changerai ou effacerai mon poste.]

[Oups!, J'ai édité Lol]

Dans une bibliothèque presque vide de New York, il était assis. Le regard bleu vert rivé sur l'écran. Il faisait des recherches sur un dénommé John William Stryker. L'homme qui avait gâché le reste de sa journée en un clin d'oeil. Débutant avec une belle journée et sa bonne humeur habituelle, elle était devenue moche à l'apparition de cet homme. Il marchait lentement pour aller à la bibliothèque du cartier quand il le vit dans le New York Times d'un dépanneur quelques heures plus tôt. C'était sur la première page et le visage de l'homme sur la photo lui piqua les nerfs solidement. Les mots sur la photo firent bouillir son sang et l'article lui donnait des envies de tout cogner. Cet homme avait carrément ruiné sa journée en faisant irruption dans son champ de vision et dans sa tête. Lui qui devait aller faire une recherche sur son projet scolaire laissa tout tomber à l'eau. Voilà pourquoi il était assis dans une bibliothèque du cartier et faisait des recherches sur ce vieux plouc qui se croyait tout permis. Il aurait pu le faire chez lui, mais l'envie d'avoir des réponses rapidement lui avait dicté d'aller à la bibliothèque. De plus, il préférait briser le clavier d'une bibliothèque que le sien. De la façon, dont il écrivait, ça résonnait beaucoup dans la bibliothèque et certains commençaient à se demander si les touches allaient tenir longtemps avec ce jeune frustré.

Il en avait déjà assez d'entendre les gens se plaindre des mutants et maintenant c'était ça! Un homme que Lewis pensait sérieusement à rencontrer en personne un moment donnée puisqu'il ne trouvait presque rien sur le NET. Les informations données n'existaient presque pas ou c'était simplement bidon. À voir le style d'écriture, les commentaires.. Cet homme était un ange descendu du ciel pour les humains peureux. Une veine grossit dans son coup et ces yeux s'injectèrent de sang. Il donna un bon coup créant une fissure dans le bureau qui alarma une bibliothécaire qui vint au pas de course.


— Est-ce que ça va, jeune homme?Demanda la vielle femme.

Il lui jeta un regard noir qui voulut tout dire et il tira son sac solidement. D'un pas bruyant, il quitta la bibliothèque en rage fonçant dans ceux qui osaient se dresser sur son passage. Plus d'un le reprit pour un pardon, mais le regard du jeune les dissuada bien vite. Il n'était vraiment pas content. Un peu d'air frais ne lui ferait pas de tort. Il marcha un moment pour finalement se retrouver à la statue de la Liberté sans vraiment y être vraiment. Cette chose qui fut construite autrefois, mais qui n'avait aucun sens aujourd'hui. Car cette supposée liberté que les États-Unis essayaient de nous montrer était un voile qui cachait une chaîne. Une chaîne indestructible qui voulait tout contrôler et manipuler. Une chaîne qui voulait étouffer la justice et créait la peur dans le coeur des gens normaux. Une peur qui donnait ce que cette homme avait fait. Il serra les poings et monta les marches lentement pour se frayer un chemin dans la foule. En hauteur, l'air allait être plus frais. Aussi bien, continuez à monter.

Il se rendit finalement compte qu'il ne suivait pas le groupe et qu'il était dans cette statue. Une statue qui le démoralisait énormément. Il décida finalement de quitter la place après avoir marché pendant cinq longues minutes. Mais, il changea bien vite d'idée. Sa journée fut agrémentée par la venue de cette fille en mini-jupe avec un débardeur noir. Une belle fille qui attira bien vite son regard. Elle était sur la droite près de la statue, elle semblait écrire quelque chose sur le mur. Il allait s'approcher quand ces yeux s'enclenchèrent et lui montra les deux gardes qui venaient. Ce fut à ce moment-là qu'il tourna les talons et continua sa route comme si de rien n'était. Les deux gardes passèrent à côté de lui pour finalement presser le pas pour arrêter la jeune fille. Pauvre toi ma jolie, songea-t-il d'un air peiné.

Il s'arrêta au coin et revint sur ces pas pour regarder la scène. S'il avait pu faire quelque chose il l'aurait... Il pouvait faire quelque chose. Il se leva, se concentra et au moment où il arrivait pour envoyer deux rafales de vent aux gêneurs et le temps se figea. Non pas pour lui, mais pour les gardes. Ces yeux se déclenchèrent encore une fois et fonctionnèrent à plein régime. C'était la première fois que ça lui arrivait, mais ce n'était pas douloureux. Un homme devait sûrement avoir un contrôle sur le temps comme lui pour resentir ce sentiment. Ce fut à ce moment que le fameux mutant fit son apparition. Lewis eut du mal à entendre les paroles de ce dernier parce qu'il était trop loin, mais en entendit des parties.

C'est à ce moment qu'il fit son entrée. Son corps bougea si rapidement quand même pas une ne seconde, il était près du jeune et de la blonde. Pour être plus exact, il avait les deux bras accotés sur les épaules des gardes figées et son regard arc-en-ciel était rivé sur la jeune fille à la mèche blonde. Ces yeux changeaient constamment de couleur partant du bleu à vert, vert à jaune, etc. ET du coin de l'oeil, il surveillait le jeune homme.


« Salut les amis! Je peux me joindre à la fête... dit-il avec un grand sourire malicieux. »


Dernière édition par Lewis Mackoy le Mar 10 Juin - 0:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/autres-f41/rainbow-alias-lewis
Isatys
Modératrice
Confrériste de catégorie 3
avatar

Féminin
Nombre de messages : 244
Age : 30
Camp + groupe : Confrérie
Pouvoirs : Création d'électricité
Date d'inscription : 15/05/2008

Mutant life
Métier:
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Oppression rime avec rébellion (Libre)   Lun 9 Juin - 19:30

[HJ: Lewis--> Je suis à l'extérieur de la statue^^]
Spoiler:
 

Les deux gardes n'avaient toujours pas bougé. Ils étaient trop effrayés pour tenter quoi que ce soit, surtout que pour le moment ils étaient seuls. Aucun touriste n'avait vu le drame qui se déroulait tout près d'eux. C'était normal, en quelque sorte. La plupart des gens restaient en face de la statue, alors qu'Isa s'était déplacée à l'arrière du piédestal. Aucun témoin, donc, sinon les gardes et quelques oiseaux dans le ciel. Même si elle était couchée au sol, Isabel continuait de fixer les deux gardiens de sécurité. Ce simple regard semblait les déstabiliser, puisqu'ils se rendaient bien compte qu'ils ne lui faisaient pas peur. En fait, c'était tout le contraire...

- Allez, Harry, va la chercher... Moi j'y touche pas.

- Fichu trouillard... Tu peux être sûr que les gars vont en entendre parler.

Même si Bad Cop ne voulait pas montrer sa peur, il n'avançait qu'à petits pas, très lentement. Ses jointures, déjà assez blanches tout-à-l'heure, semblaient avoir perdues toutes leurs couleurs. En fait, le gardien lui-même était devenu livide. Décidée à jouer avec eux jusqu'à ce que ça devienne vraiment trop dangereux, Isabel décida d'en rejouter un peu plus.

« Oh, c'est sûr qu'ils vont en entendre parler... à vos funérailles. Deux gardiens morts bêtement alors qu'ils essayaient d'arrêter une Confrériste ! »

Le mot "Confrériste" fit immédiatement son effet. Harry se figea et Isa aperçut même quelques gouttes de sueur, les premières sur lui... Au contraire de Bouboule qui affichait désormais de belles zones plus sombres sur son chandail, au niveau des aisselles et du torse. Et c'était sans parler de son front. Il était tellement luisant qu'Isa aurait pu s'y voir comme dans un miroir. La scène semblait s'être figée, alors qu'aucun des deux gardiens n'osait faire quelque chose. Le premier à réagir fut Bouboule qui, dans un élan de courage immense, poussa Harry vers la mutante...

- Je t'emmerde, Howard... Allez petite, tu vas venir avec moi et tu ne fais rien de stupide. Mon ami a son arme braquée sur ta tête...

Lentement, très lentement, Harry fit un nouveau pas vers Isa. Puis il s'arrêta de nouveau. Cette fois, par contre, la blonde décela un changement. Elle essayait, sans succès, de trouver de quoi il s'agissait et finalement elle comprit. Le bruit environnant avait disparu... Elle n'entendait plus les touristes, ni le vent, ni rien d'autre. La cause de tout ça n'était pas très difficile à déterminer, par contre. Cet après-midi, quand elle était retournée à la Confrérie pour en savoir plus à propos de ce John W. Stryker, elle avait croisé Kronos, le mutant qui pouvait arrêter le temps. Il avait décidé de l'accompagner jusqu'à l'Île, afin qu'ils laissent ce message de résistance. Bien sûr, c'était plus symbolique qu'autre chose, mais ce n'était que le début. Avec son couvre-feu, le Président avait réveillé une bête qui sommeillait en elle. Et cette bête réclamait la liberté. Isa pouvait accepter, bien que difficilement, que les humains n'aiment pas ce qu'elle était. Mais de là à essayer de les contrôler, c'était trop. La Ligue de Sécurité allait souffrir, ainsi que tous ceux qui se mettraient dans son chemin. Le sang allait couler.

C'est donc sans grande surprise qu'elle entendit la voix de Kronos, juste au-dessus d'elle. Il avait arrêté le temps pour savoir pourquoi elle n'avait pas encore tué les deux gardes. Isabel se retourna et s'assit, offrant un sourire sadique au jeune homme.

« Regarde-les... Quelques minutes de plus et Bouboule mouillait son pantalon. Je veux m'amuser encore un peu avec lui, l'autre je n'en ai rien à faire. »

Isabel se leva et se dirigea d'un pas un peu trop calme vers le dénommé Harry, s'apprêtant à lui envoyer une décharge fatale sans même qu'il ne puisse faire quoi que ce soit. Mais son geste fut interrompu par l'arrivée d'un autre homme... Pour qui le temps n'avait pas été arrêté. Isa jeta un coup d'oeil rapide vers Kronos, puis, voyant qu'ils se retrouvaient bel et bien devant un inconnu, la mutante fit apparaître quelques éclairs dans la paume de sa main.

« Et tu es... ? »

Ce qui frappa Isabel, se furent les yeux de l'inconnu. Ils ne cessaient de changer de couleur, comme s'ils étaient déréglés. Ce qui était sûr, en tout cas, c'était sa nature mutante, mais Isa restait méfiante... On ne sait jamais sur qui on peut tomber.

_________________
I'm Not As Innocent As I Look Like
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/confreristes-f40/isatys-t198.h
Lewis Mackoy
Neutre de catégorie 3
avatar

Masculin
Nombre de messages : 33
Age : 28
Camp + groupe : Neutre pour l'instant...
Pouvoirs : Rainbow Eyes et Technique de la légerté.
Date d'inscription : 02/06/2008

Mutant life
Métier:
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Oppression rime avec rébellion (Libre)   Ven 18 Juil - 2:58

[ Techniquement, je peux considérer que cette topic est morte ou...? car, je vais me mettre à jour et je veux savoir si je doit continuer à penser à cette topic où non...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/autres-f41/rainbow-alias-lewis
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Oppression rime avec rébellion (Libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Oppression rime avec rébellion (Libre)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» quand passion rime avec peur...
» Amour ça rime avec... Musique de Pierre CTRB
» Htc desire connexion bluetooh avec kit mains libre voiture difficile
» Bluetooth & partage des contacts avec kit mains-libre intégré Renault
» Garder le micro du diamond activé au lieu de celui du kit main libre filaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{ X-Men : The Cure :: { Whole World :: New York :: Autres :: Statue de la Liberté-
Sauter vers: