AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Barbe à papa et compassion... [completly free !]

Aller en bas 
AuteurMessage
Joan Brading
Confrériste expérimenté de catégorie 3
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15
Age : 29
Camp + groupe : Confrérie
Pouvoirs : Contrôle de la faune et de la flore
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Barbe à papa et compassion... [completly free !]   Jeu 5 Juin - 16:10

Il étai tôt cet après midi là. A peine treize heures. Comme pratiquement tous les jours, Joan descendait en ville, laissant derrière elle la confrérie jusqu’au soir. Ou peut être plus. Qui sait … Elle n’arrivait pas à se lasser de la ville. La Grosse Pomme, comme l’appelaient les étrangers, avait toujours des coins et des recoins à découvrir. Beau, mal famé, miséreux, étonnant, Joan voulait tous voir et tout l’intéressait. Son intérêt grandissant pour New York la surprenait elle-même. Elle qui était venue ici sans rien attendre, elle avait découvert un lieu qui éveillait au plus au point sa curiosité. Elle aurait voulu trouver un boulot, se remettre dans la vie active, mais elle en était pour l’instant incapable. Elle le ferait uniquement lorsqu’elle connaîtrait la ville sur le bout des doigts. Voilà la seule limite qu’elle s’était posée. Elle était cependant bien consciente que si elle ne se mettait pas un bon coup de pied bien placé, elle ne ferait pas grand chose avant plusieurs mois, voir quelques années … Ce n’était pourtant pas son principal soucis pour le moment.

Déambulant dans les rues, elle aperçut derrière des buildings étonnamment plus petits que les autres la grande roue du parc d’attraction. Un léger sourire s’afficha sur ses lèvres. Elle venait de trouver sa prochaine destination. Elle ne voyait pas tellement l’intérêt qu’elle pourrait avoir à y aller. Ca lui faisait juste envie. Et a cette heure là, où beaucoup de monde mangeait, le parc ne devait pas être bondé. Elle ne serait ainsi donc pas obligée de supporter l’excitation démesurée des humains. A vrai dire, peu importe les comportements qu’ils adopteront, cela l’exaspéra de la même manière. Joan en était sur, un jour elle en aura assez de prendre sur elle …

Voilà donc la jeune femme entrant dans le parc, les yeux grands ouverts face aux divers standes qui s’offraient à elle, à toutes les peluches et autres cadeaux plus ou moins utiles et aux friandises dont l’odeur sucrée mettraient l’eau à la bouche même au moins gourmand d’entre eux. Et comme Joan, elle, était gourmande, elle succomba finalement à la tentation, sans vraiment avoir lutté, il faut l’avouer. Elle se contenta cependant d’une simple barbe à papa, quelque chose de simple, mais tellement bon ! Et à peine commencée, que ses doigts plein de sucre, collaient déjà !

Mais peu importe puisque son attention fut bien vite détournée par des cages, mis un peu en retrait du parc. Elles renfermaient quelques animaux, rongeurs, oiseaux, deux trois singes et le clou du spectacle, un couple de félins : des servals.
Pas besoin d’être un expert et encore moins un mutant pour s’apercevoir que ces deux félins étaient dans de sales conditions. Si les animaux en eux même semblaient être bien nourris et traité, leur cages étaient bien trop petites pour eux : quatre minuscules murs et de la paille pour recouvrire le sol. De toute façon, pour Joan de voir des animaux en cage l’horripilait. Encore une idée stupide des humains ! Si au moins ils avaient un enclos, un endroit où ils pourraient se dégourdire les pattes et surtout voir la couleur du ciel ! C’est bien pour ça qu’elle évitait le plus souvent de se retrouver dans un zoo.

La jeune femme était bien plus sensible à la condition des animaux et de la nature en générale qu’à la condition des humains. Elle pouvait bien passer devant des miséreux sans avoir un regard de compassion, mais lorsqu’il s’agissait des animaux, c’était une autre affaire.
Sans vraiment s’en soucier ou peut être même inconsciemment, elle passa les barrières de sécurité qui séparaient les visiteurs des cages et s’accroupie pour être à la hauteurs des deux félins. Machinalement, elle passa un doigt que les deux animaux s’empressèrent de renifler et de lécher. C’était sucré. Joan sentait leur ennuie et leur envie de liberté. Ils étaient presque entrain de la supplié de les libérer.


"Je suis désolée … Murmura t elle les yeux brillant. La ville n’est pas non plus faite pour vous … "


Dernière édition par Joan Brading le Lun 9 Juin - 17:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/acceptation-de-vos-personnages
Lewis Mackoy
Neutre de catégorie 3
avatar

Masculin
Nombre de messages : 33
Age : 28
Camp + groupe : Neutre pour l'instant...
Pouvoirs : Rainbow Eyes et Technique de la légerté.
Date d'inscription : 02/06/2008

Mutant life
Métier:
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Barbe à papa et compassion... [completly free !]   Dim 8 Juin - 21:03

Par une belle journée, celle de Lewis commença à midi. Venant de se réveiller, aujourd'hui c'était cartier libre pour lui. Pas de boulot, pas de vole en préparation, pas d'école... La belle vie et la tranquillité sur tous les angles. Ayant travaillé la vielle sur son prochain projet d'école avec un ami jusqu'à la petite heure, aujourd'hui était un jour de repos et une petite balade en ville ne lui ferait pas de tort. D'ailleurs, pour une belle journée comme celle-ci, rester enfermé dans une maison était une possibilité à ne pas envisager pour Lewis. L'air frais et le beau temps était la source de son sourire charmeur et sa bonne humeur. Alors, à quoi bon rester enfermer dans une maison à écouter des films et jouer sur son ordinateur? La température extérieure était très chaude, mais pas assez pour l'étouffer et le faire suer à la grosse goûtent. De plus, habillé avec des pantalons courts et un simple chandail de sport blanc, le petit vent lui donnait un rafraîchissement dans ces vêtements légèrement moulants. En conséquence, cette journée était parfaite pour déambuler dans les rues de New York en lançant des beaux sourires à tout le monde. Il allait sûrement faire des boutiques pour s'acheter de nouveau vêtement et des paires de souliers. On pourrait presque dire que ça allait être une journée « shopping ».

Mais bon, puisqu'il n'était pas un grand adepte des vêtements, il tourna vers la gauche en voyant le parc d'attractions. La grande roue avait capté son attention en marchant sur une rue adjacente à celle du parc. Marchant d'un pas lent, il pensa, que c'était la meilleure place pour se détendre. Un parc d'attraction bourrée de monde qui crie et qui rit à tue-tête. Il est vrai qu'il aimait la tranquillité, mais pour ce genre d'évènement, le bruit était une sorte de réconfort. Sentir la bonne humeur des gens à travers leur voix était une source de plaisir inouï. Il aimait voir et entendre les gens heureux, ça lui donnait la joie en lui.

Il marcha encore un moment et décida de jouer à un jeu d'adresse. Un jeu de devinette pour être plus précis. Il y avait une table avec des trous dedans et quand la tête du panda sortait, il devait le frapper. Il gagna très facilement en utilisant son pouvoir. L'homme en face de lui ne sembla pas s'en apercevoir, alors il gagna facilement. C'était si facile de voir le tout en avance qu'à la fin, il gagna un grand toutou qu'il donna à un petit qui regardait la scène après avoir perdu dans un jeu à côté de lui.


« Tien petit, je n'aime pas vraiment les toutous. Dit-il avec un grand sourire amusé. »

Comme suite, la mère du petit vint et le remercia du cadeau. Lewis lui répondit qu'il aimait voir les petits heureux, alors aussi bien commencez à lui donner un beau grand toutou en peluche. Sur cette petite conversation d’une minute, il quitta le fils et la mère poliment et continua de marcher d'un pas imprécis dans le parc. Il marcha devant les cages qu'il fixa intensément. Pauvres bêtes, songea-t-il avec un petit sourire plaintif.

Ces êtres vivants étaient enfermés dans des cages à peine assez grandes pour eux et on voyait très bien qu'il ne s’y plaisait pas. Malgré que leur regard était difficile à déchiffrer, pour Lewis c'était très facile. Les yeux ne mentaient jamais et qu'il voyait le rendait mal à l'aise. Mais ce qui le faisait le plus mal, c'était de voir qu'il pourrait très bien devenir ce genre de bête si un jour il était capturé. Étant un mutant, aujourd'hui on les prenait pour des bêtes de foires qu'on enfermait dans des prisons par peur. Peur de voir les mutants se promener dans les villes. Peur de voir les mutants briser la sécurité des gens parce qu'il ne contrôlait pas son pouvoir ou était violent envers son entourage ou simplement parce qu'il était trop différent pour eux. Les hommes et les femmes d'aujourd'hui voyaient les mutants comme une menace. Une chose que Lewis aimerait bien leur faire avaler tout rond par moment, mais seul, ce n’était pas possible.

Toujours dans ces réflexions, il continua de marcher encore un moment. Les mains dans les poches quand il remarqua quelque chose près d'une cage ou plutôt dans une cage. Personne ne semblait avoir remarqué les gestes de la femme. Une femme qui devait être mutante pour entrer dans une cage de félins. Des félins que Lewis n'approcherait jamais de sa vie par peur de se faire bouffer tout rond. malgré qu'avec ces pouvoirs il pourrait très bien les immobiliser...

Il avança et s'arrêta à la limite ou la sécurité était un obstacle pour se rendre où cette femme était. Il la regarda un moment essayant de comprendre ce geste et finalement, il parla la mettant en garde.


« Tu savais qu'une grille de sécurité servait à empêcher les belles personnes de côtoyer des animaux sauvages? Dit-il sur un ton assez fort pour que cette dernière l'entende. Ça sert aussi à protéger et empêcher les petits et les personnes atteintes de problèmes mentaux d'aller s'amuser avec ces animaux. Il est vrai que c'est vraiment frustrant de les voir ainsi, mais je ne crois pas que c'est de notre ressort. Enfin, tu sembles une femme qui sait ce qu'il fait, mais quand la sécurité va venir dans quelques secondes. Ça me surprendrait qu'il te laisse sortir sans une amende et des problèmes qui vont beaucoup te déranger, je crois... Mais bon, c'est mon avis, tu dois sûrement savoir ce que tu fais? Ils vont être là dans quelques secondes. Je veux dire maintenant, ajouta-t-il en pointant l'endroit où les gardes apurent au moment précis où il pointait... »

Les gardiens tournaient au coin et s'avançaient dans leur direction d'un pas rapide et décidé. Il semblait de pas vouloir s'amuser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/autres-f41/rainbow-alias-lewis
Joan Brading
Confrériste expérimenté de catégorie 3
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15
Age : 29
Camp + groupe : Confrérie
Pouvoirs : Contrôle de la faune et de la flore
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Re: Barbe à papa et compassion... [completly free !]   Lun 9 Juin - 15:07

Joan avait fini par carrément rentrer dans la cage, via la petite porte qui se trouvait à l'arrière. Son pouvoir avait pris le dessus sur son bon sens et son comportement, ne pensant même plus aux conséquences que cela pourrait avoir pour elle. Si on voulait faire une comparaison, la jeune femme avait été attirée par eux de la même manière qu'une mère, voyant son rejeton en larme. Elle n'y pouvait pas grand chose, c'était comme un instinct. Assise en tailleur, dos à la vitrine qui permettait aux voyeurs de se délecter des animaux, Joan caressait de manière régulière l'un des servals pelotonné contre elle. La méditation était au bouddhiste ce que le contacte des animaux était pour Joan ! Une vraie relaxation qui lui permettait de se ressourcer.

Alors lorsqu'elle entendit une voix derrière elle, la jeune femme ne put s'empêcher de sursauter et par la même occasion d'effrayer les deux animaux qui se retrouvèrent calé dans un coin de leur cage avec un regard interrogatif. Ne changeant pas pour autant de sa position, elle tourna la tête pour voir que ce n'était qu'un jeune homme venue lui remettre les pendules à l'heure.


"Sauvage ? Laisse moi rire ..." Dit elle en regardant autour d'elle, comme si elle venait de se réveiller - C'était peut être un peu le cas.

Des animaux sauvages n'étaient pas enfermés dans des cages a longueur de temps. Ils n'étaient pas manipulés par des humains et étaient beaucoup plus difficile d'approche. Même pour elle. Alors oui, ils ne pouvaient être considérés comme des animaux domestiques, mais la liberté qui caractérisait les animaux sauvages, ils ne l'avaient jamais connu. Peut être n'était ce pas plus mal, d'ailleurs ... Au moins, ils ne pouvaient pas la regretter.


"Je rêve ou tu viens de me comparer à une malade mentale !" Rétorqua t elle avec un sourire amusé.

Elle pouvait cependant concevoir que de la voir ainsi, elle pouvait passer pour quelqu'un d'un peu asticoté du bulbe. Elle même s'était étonnée de se retrouver dans cette position quelques secondes plutôt. Alors lorsque l'intrus lui dis qu'elle semblait savoir ce qu'elle faisait, son sourire ne put que s'accentué. Non, elle ne savait pas tellement ce qu'elle faisait, mais tant pis. Est ce que ca dérangeait quelqu'un ? Même le jeune homme ne semblait pas en faire une maladie. Après réflexion, c'en était un peu bizarre ...
Quoi qu'il en soit, elle n'eut pas le temps de se retourner à nouveau pour l'observer d'un peu plus près puisque vraisemblablement les gardes arrivaient au pas de course.


"Magnifique ... Grogna t elle en s'extirpant de la cage, non sans mal. Celle ci était petite, après tout. Tu as eu tords, je ne savais absolument pas ce que je faisais !"

La voilà qui était de l'autre côté de la barrière de sécurité, regardant avec un sourire innocent les gardiens se diriger vers elle, espérant stupidement qu'ils ne se soit aperçu de rien. Mais leur tête en disait long et Joan perdit vite son sourire.
Elle n'avait pas du tout l'intention de se laisser arrêter gentiment. Elle doutait fortement que cette fois ci, la bonne foi ne la sorte des ennuies. Un coup d'oeil à droite et à gauche, elle ne savait pas trop quoi faire mis à part fuir.


"Tu comprendras que je n'ai pas tellement envie de m'éterniser ici ... Peut être que tu devrais en faire autant ... Avec toute cette psychose ... Enfin ..."

Un dernier regard sur les animaux qui commençaient à s'énerver dans leur cage et Joan s'engouffra dans les allées du parc à vive allure, non sans avoir laissé quelques ronces en travers du chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/acceptation-de-vos-personnages
Lewis Mackoy
Neutre de catégorie 3
avatar

Masculin
Nombre de messages : 33
Age : 28
Camp + groupe : Neutre pour l'instant...
Pouvoirs : Rainbow Eyes et Technique de la légerté.
Date d'inscription : 02/06/2008

Mutant life
Métier:
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Barbe à papa et compassion... [completly free !]   Mar 10 Juin - 2:08

Il arqua un sourcil et fit un léger sourire en coin à la réplique de la jeune téméraire. Effectivement, du point de vue de Lewis, un animal dans une cage était sauvage. Ce n'était sûrement pas pour rien qu'on les mettait dedans. Si ces deux félins étaient des animaux civilisés, on les laisserait se balader dans la ville sans rien dire. De plus, il ne serait sûrement pas en train de traiter une charmante demoiselle de folle. Ce n’était pas dans ces habitudes. Mais d'un autre côté, ces animaux pouvaient être considérés domestiques puisque les hommes et femmes de cette fête foraine devaient bien les nourrir, les approcher, les laver... Mais bon, ce n’était peut-être pas le cas, mais dans la tête de Lewis il était sauvage. Il n'était pas le seul qui pensait comme ça. À preuve du contraire, son point de vue ne changerait pas.

« Et bien oui ils le sont, sinon on ne les mettrait pas en cage, non? Mais bon, tu sembles familier avec ces derniers... Alors, il peut être gentil, qui sait... Je ne ferais pas le test cependant. »

Comme suite, un petit rire s'échappa de sa bouche. Cette femme avait peut-être un peu plus de jugeote qu'il le pensait. En effet, il venait de la comparer avec une malade mentale. À part eux, il ne voyait pas qui rentrait flatter des animaux de la sorte sans protection. Néanmoins, il avait oublié les mutants. Il est vrai qu'un mutant pouvait le faire sans protection. Cependant, il ne savait pas si cette dernière en était une. Il devrait utiliser son pouvoir pour avoir une confirmation, sauf que c'était de l'énergie de gaspiller pour rien. Il lui poserait sûrement la question plus tard. Il ne comptait pas la laisser filer sans avoir un nom ou un numéro de téléphone. Cette femme était intéressante, alors il comptait sans faire une « amie ».

« Et bien, euh... Oui. Une grande erreur de ma part. Je ne crois pas que tu sois malade en faîte. Une si belle femme ne le serait pas, je me trompe? »

Ensuite, son regard fut surpris par la déclaration de l'inconnu. Si elle n'était pas une folle, pourquoi était-elle rentrée dans la geôle? De plus, elle venait de lui révéler qu'elle n'avait pas vraiment toute sa tête en entrant dans cette cage. Pour une surprise ça s'en était une bonne. Il ne pensait vraiment pas rencontrer une personne qui courait le risque d'aller flatter des animaux comme ceux-ci. Il n'était pas petit et leur dent en disait long sur leur intention. Une morsure et vous perdez quelques choses. Un sourire amusé se dessina finalement sur ces lèvres.

Puis au moment où une réplique digne de lui arriva pour s'échapper de sa bouche, elle le devança. Elle n'avait pas tort sur ces points, rester ici serait sûrement un problème pour elle et il serait difficile de parler avec une femme dans une situation pareille. Sans oublier que lui aussi devrait filer avant que ces deux gardes se jettent sur lui. D'un point de vue, il était complice puisqu'il parlait avec cette inconnue. Par contre, il tenta le coup quand cette dernière disparue aux pas de course. Quand les gardes arrivèrent à sa hauteur, il leva la main pour leur faire signe d'arrêter pour entreprendre un terrain d'entente.


« Je ne la connais pas et je ne suis pas rentré dans cette cage... J'ai le droit de m'en aller sans problème? »

— Qui nous dit que tu ne nous mens pas?

« Euh... ma bonne foi? »

À ce moment précis, quand il finit de parler, celui de droite bondit sur lui pour rencontrer le sol les jambes en l'air. Lewis avait, au passage vers la vitre de sécurité, tiré la jambe droite et avait plaqué son visage contre le sol. Derrière le deuxième, étonné par ce mouvement surhumain, il était accoté sur la vitre de protection avec deux ceintures dans les mains. Lewis les laissa tomber et disparut au pas de course en laissant la poussière voler derrière lui. Les deux hommes avaient leurs pantalons baissés et les visages rouges de honte. Pour Lewis? Il avait un grand sourire amusé et une personne à retrouver.

Maintenant, il devait la rattraper. Ces yeux bleus verts devinrent vert feuille et le futur se dressa devant lui. Un futur qui lui révéla ce qu'il voulait savoir. Il allait la couper en pleine course. Il tourna à droite, fit un sauf par-dessus une cage, il se faufila entre les gens, passa à travers une tente et au dernier moment, il sauta dans un arbre. Tout ça, sans qu'une personne est le temps de comprendre d'où venait ce vent. Un vent qui en théorie ne devrait même pas être là puisqu'il n'était pas sensé en avoir aujourd'hui. Il souffla un peu essoufflé de courir et au moment où elle arriva pour passer sous l'arbre, il se laissa tomber devant elle avec un grand sourire aux lèvres.


« Et bien... On se revoit dans une situation bizarre... S'enquit-il de dire avant de lui faire signe de le suivre. »

Il repartit aux pas de course sachant que d'autres gardes se pointeraient, mais sans utiliser son pouvoir de légèreté. En faîte, il resta au niveau de la jeune femme sans rien dire en contournant toutes les gardes avec son pouvoir vert feuille. Le futur lui montrait tous les endroits où il devait passer sans se faire prendre. Finalement, il s'arrêta un moment épuisé par son pouvoir et non pas par la course. Il marcha lentement regardant de droite à gauche.

« On devrait se fondre dans la foule, on aura moins de problèmes à sortir ensuite, dit-il en se retournant vers elle. Ça te va? Ajouta-t-il avec un sourire des plus rassurants. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/autres-f41/rainbow-alias-lewis
Joan Brading
Confrériste expérimenté de catégorie 3
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15
Age : 29
Camp + groupe : Confrérie
Pouvoirs : Contrôle de la faune et de la flore
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Re: Barbe à papa et compassion... [completly free !]   Mar 10 Juin - 20:41

C'était devenu clair. Elle avait le mauvaise oeil. La poisse, la shkoumoun. Quelqu'un lui avait balancé une malédiction. Et elle ne serait pas surprise que ca soit son ex belle mère qui ai eu l'idée. Il ne pouvait se passer plus de trois ou quatre jours sans que sa mutanité lui pause des problèmes. Non, rectification. Etre mutante ne lui posait aucun problème. Ca pausait problème aux humains et par conséquence les humains lui pausaient problème. Voilà comme il fallait voir les choses. Les stars de la musique ne cachaient pas qu'ils avaient un don pour le chant ou pour jouer d'un instrument. Michel Ange n'a jamais démenti son talent, Victor Hugo ou Baudelaire non plus ... Ils ne faisaient de mal à personne, au contraire. Alors pourquoi Joan devait cacher qu'elle pouvait faire pousser des plantes et qu'elle pouvait parler aux animaux ? C'était son don à elle.

Bougonnant toujours plus et de plus en plus farouchement contre ce monde qui ne semblait pas lui correspondre et vouloir d'elle, elle trouva un moyen de sortir un peu d'entre les stands. La vue d'un peu de verdure la rassura tout de suite et c'est la qu'elle se dirigea naturellement. Elle n'eut cependant pas le temps de se caler contre lui et de réfléchir à ce qu'elle devait faire. Une silhouette tomba littéralement devant elle, sortie de nulle part. Elle fit un bon en arrière pour s'apercevoir que c'était le même jeune homme qui l'avait surprise dans la cage quelques minutes plutôt.


"Tu te rends compte que c'est la deuxième fois que tu me fais sursauter en moins de quatre minutes ?" Dit elle en mettant une main sur sa poitrine, comme si elle avait peur que son coeur ne s'arrête pas de battre la chamade.

Elle regarda derrière elle pour voir un binôme de gardien passer dans une des allées. Ils ne les avaient visiblement pas vu. Du moins pas encore.

La jeune femme reporta alors son attention sur le jeune homme avec un air un peu interrogatif. Elle ne savait pas trop si elle devait lui demander ce qu'il lui voulait ou si elle devait le demander comment il fallait faire pour se sortir de là. Si il était apparu là, c'était que quelque part, il avait eu à faire aux gardes ou qu'il n'avait pas envie d'y avoir à faire. En tout cas une chose était sûr. Son apparition soudaine n'avait rien d'humain.
Joan n'eut pas tellement le temps de se retourner le cerveau avec toutes ces questions puisque le signe qu'il lui fit était assez explicite. Un petit moment d'hésitation et elle lui courut après. Il semblait savoir exactement où il allait ce qui lui fit dire qu'il n'était pas totalement paumé et qu'ils avaient des chances d'éviter les gardes. Ils parcoururent quelques mètres au pas de course, la jeune femme un peu perplexe au vu des tours et des détours qu'ils firent. Mais après tout ... Il finit par s'arrêter, Joan, dans son élan se cognant contre lui. "Pardon" Fut ce qu'elle chuchota un peu stupidement puisque avec le brouhaha qu'il y avait autour d'eux, ca ne servait pas à grand chose.


"Se fondre dans la foule ... On dirais qu'ils ont un détecteur de gêne X sur eux ..."

Un peu de mauvaise foi ? Peut être. Des gardiens du parc avec des pisteurs de mutants. C'était un peu gros - quoi que... Mais la jeune femme était trop remontée pour avoir une point de vu objectif sur ce qu'il venait de se passer.

"Non, ca ne me va pas ... Mais a-t-on le choix ?" Dit elle en haussant les épaules avant de l'entraîner dans la foule.

Une fois encore, elle n'avait pas à se cacher. Si elle avait un peu plus de cran, elle affronterait en face à face les gardiens. Histoire de leur remettre les idées en place. Histoire de montrer qui domine. Un jour, elle en était sur, il y aura une goutte de trop.


"Je m'excuse de t'avoir embarqué la dedans ... Pas top comme après midi, hein ? Mais après tout, si tu ne m'avais pas parlé, tu n'en serais pas là !"Conclua-t-elle finalement avec un sourire ironique.

Se mêler des affaires qui nous regarde pas menaient parfois loin. Parfois bien plus loin qu'une simple course poursuite au travers d'un parc d'attraction. Mais, comme on dis, avec de si on mettrait Paris en bouteille !
Un sourire satisfait se dessina sur ses lèvres lorsqu'elle vit enfin au bout d'une allée la sortie du parc. Ils y étaient presque. Mais c'était sans compter sur la gourmandise de la jeune femme. Avec tout ça, elle n'avait pas eu le temps de finir sa barbe à papa ! Tirant par la manche le jeune homme, elle se présenta au premier stand qui en vendait, passant sans vraiment de gêne devant un couple avec un Berger Allemand. La préposé aux barbes à papa ne semblait pas d'une grande amabilité et d'une grande efficacité. Alors quand Joan vit se pointer deux gardes, elle trépigna un peu.


"Vous pouvez accélérer le mouvement?" Dit elle en ignorant délibérément les protestations du couple.

Elle n'eut pour seule réponse qu'un regard en biais. Non décidément, ce n'était pas son jour. Et ce chien qui se collait à elle ! Joan se tourna vers Mister "jemepointen'importequand" avec un sourire gêné.


"Je la veux vraiment ma barbe à papa ... "

Comme si cela pouvait excuser sa prise de risque un peu inconsidérée. Son regard passait de sa friandise, de la bonne femme qui s'en occupait aux gardes qui arrivaient. Fort heureusement, la foule les empêchaient d'avancer rapidement. Pour une fois, les humains lui donnaient un coup de main. Même si ils en étaient complètement inconscients.
La barbe à papa finie, Joan l'arracha presque des mains en échange de quelques billets. Il était temps puisque les gardiens n'étaient plus qu'à quelques mètres. La jeune femme s'accroupit alors face au Berger Allemand qu'elle força à la regarder dans les yeux. Un bisou sur la truffe trois secondes plus tard, la laisse détachées et le chien se mit au milieu de l'allée, grognant, babines relevées, manifestement prêt a attaquer.
Joan, elle, était déjà partie, poussant devant elle le jeune homme d'une main et de l'autre tenant sa barbe à papa avec un petit air de triomphe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/acceptation-de-vos-personnages
Lewis Mackoy
Neutre de catégorie 3
avatar

Masculin
Nombre de messages : 33
Age : 28
Camp + groupe : Neutre pour l'instant...
Pouvoirs : Rainbow Eyes et Technique de la légerté.
Date d'inscription : 02/06/2008

Mutant life
Métier:
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Barbe à papa et compassion... [completly free !]   Dim 15 Juin - 18:16

Un simple sourire amusé se dessina sur ces lèvres. Si elle savait comment il aimait ça, s'amuser avec les filles. Pour aujourd'hui, sa cible était cette dernière. Cette jeune femme qui était en partie la cause de tous les problèmes qu'il avait en ce moment. Il est vrai qu'il en avait juste un, mais il sentait qu'il en avait d'autre qui allait lui tomber sur la tête. À savoir quoi? Il s'en fichait un peu, car il comptait bien les contourner avec ces yeux. Lui qui était venu pour se détendre, s’était raté. Il faisait le gamin pour aider une femme inconnue. Il la regarda un moment sachant très bien à quoi elle pensait. L'évidence se dessinait dans son visage interrogatif qui voulait tout dire. Mais il ne s'attarda pas sur ce point et partit au pas de course en contournant tout obstacle sur son chemin.

Quand il s'arrêta plusieurs minutes plus tard, elle lui rentra dedans lui murmurant un petit « Pardon » ensuite. Ne portant pas son attention sur elle, à sa réplique son corps se retourna tout entier et la fixa un moment. Devait-il lire l'avenir ou même le passé pour la comprendre? La tentation était forte, mais il se retint. Ça lui ferait un sujet de conversation, à quoi bon savoir les réponses à l'avance?


Ensuite, arrivant pour lui poser la fameuse question, elle le devança en laissant un commentaire. Un commentaire qui avait bien sa place dans cette situation des moins désastreuses à cause de lui. À cause de lui, car il montrait un chemin sûr. Quand il lui avait fait peur, elle semblait ne pas vraiment savoir où elle allait et courir à l'aveuglette. ET ne pas savoir où on va, c'est la meilleure façon pour se faire coincer. Connaissant bien le parc, il était facile de s’y diriger sans se faire prendre. De plus, son pouvoir lui permettait de voir les endroits sûrs.

Ils recommencèrent à marcher faisant comme il avait dit, se fondre dans la foule. Avec tout ce monde ici présent, c'était le meilleur moyen. En tout cas, le meilleur moyen, quand on n'avait pas de capacité comme lui. Lui, il aurait passé sous le nez des gardiens sans qu'ils s'en aperçoivent. Mais, son envie de connaître cette femme l'avait freiné et maintenant le voilà en train de se cacher. Se cacher devant des gardes qu'il immobiliserait, en moins de 5 minutes peu importe, le nombre. Il voyait la scène dans sa tête qui se dessinait, la façon donc... Et une voix familière le sortit de ces pensées. Il se retourna vers cette fameuse voix et la regarda avec ce même sourire qu'il aimait tant affiché, un sourire amusé.


« Non t'inquiètes. Ça ne me dérange pas plus que ça, malgré que j'étais venu pour me détendre. Mais bon... Au moins, je m'amuse un peu! Si je ne t’avais pas parlé, je n’aurais pas eu le plaisir de montrer à une foule de gens deux gardes en caleçon! Ce n’était pas beau à voir, mais plutôt comique, dit-il en connaissant très bien, qu'il fît ça que pour la charmer. »

Il était un charmeur avant tout. Un tombeur qui aimait les filles avant son job de voleur. Une si belle femme comme ça méritait toute son attention. Sans oublier, qu'il ne se ferait jamais attraper par des humains qui courent mille fois moins vites que lui, si ce n'est pas plus. Alors, c'était un simple jogging pour lui. Quand il voudrait s'en aller, il s'en irait sans l'avertir. De toute façon, parti comme c'est là, il commençait à se demander si elle allait lui donner son numéro ensuite. En plus, il ne savait même pas son nom. Une chose à lui demander, après ou pendant la poursuite.

Une main se posa alors sur son bras, le forçant à aller dans une direction pas trop sûre selon lui. Il ne le sentait pas. Elle l'arrêta devant un stan... de friandise.

« Ce n’est pas vraiment le moment, reprocha-t-il à la jeune femme sur un ton pas très joyeux. »

Son regard se laissa tomber sur elle jusqu'à ce que la tête de cette dernière se tourne vers les gardes. Décidément, il commençait vraiment à se demander s'il n'avait pas vraiment un détecteur de gêne « x » sur eux. Ça serait ridicule, mais peut-être vrai. Après tout, les humains inventaient toute sorte de choses pour irradier les mutants de cette planète, rien le surprendrait. Son regard se reporta vers la femme inexpérimentée qui servait de la barbe à papa à l'inconnue. Une inconnue sur qui, il commençait sérieusement à se poser de grande question. À un moment pareil, la seule chose à quoi elle pensait, c'était de la barbe à papa. C'était sûrement une mauvaise blague, songea-t-il en lui jetant un regard songeur. Pour ensuite lui répondre avec un sourire en coin :

« Je vois ça. Tu commences vraiment à devenir de plus en plus intéressante! Prend ton temps, je suis sûr qu'on “va” se faire prendre à cause de ça. »

Son corps était accoté sur le comptoir et fixé sur les gardes. Ils étaient si proches... Il aurait dû utiliser son pouvoir avant de venir chercher cette friandise qui obnubilait la jeune femme. Ensuite, remarquant qu'elle avait eu sa commande, il ouvrit le pas pour l'arrêter après un pas. Elle s’était penchée vers le chien et le fixait comme si elle lui communiquait quelque chose. Il faillit répéter sa question et ce qu'il vit le laissa un peu étonné. Était-ce ça son pouvoir? Communiquer avec les animaux pour les faire faire ce qu'elle veut par la suite? Intéressant comme pouvoir, en tout cas, si c'était le cas. Elle le poussa le faisant remettre au pas. Il devait quitter cette place, mais quelques questions s'imposaient en cour de route vers la sortie.

« C'est ça ton pouvoir? Télépathie avec un animal pour le contrôler ensuite? dit-il en marchant rapidement. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/autres-f41/rainbow-alias-lewis
Joan Brading
Confrériste expérimenté de catégorie 3
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15
Age : 29
Camp + groupe : Confrérie
Pouvoirs : Contrôle de la faune et de la flore
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Re: Barbe à papa et compassion... [completly free !]   Dim 22 Juin - 23:40

[Encore pardon pour le retard ...]


Ignorant délibérément la question du jeune homme, du moins pour l'instant, Joan tendait l'oreille pour entendre les grognements du chien qu'elle venait d'apprivoiser naturellement. Brave bête. C'était un jeune chien. Ils étaient toujours prêt à se jeter dans n'importe quoi tant que Joan le leur demandait gentiment. Ce qui était moins facile avec les plus âgés. Elle s'était même vue un jour entrain de marchander avec l'un d'entre eux. Mais quoi qu'il en soit, les animaux domestiques étaient tout de même plus influençables que les autres.
Elle reporta son attention sur sa fameuse barbe à papa. La jeune femme chopa un bout du nuage rose avant de le manger avec délice. Cette prise de risque en avait valu le coup, finalement. Un coup d'oeil derrière eux et elle bifurqua à gauche toute, en sortant du parc, poussant volontairement par la même occasion le jeune homme pour l'obliger à prendre également cette direction.


"Je crois oui ...Répondit elle finalement à la question concernant ses capacités. Disons que j'ai un certain feeling avec eux ... "

Joan ne savait pas trop si on pouvait décrire son pouvoir comme une véritable télépathie animale. Et encore moins un contrôle. Elle se contentait juste de leur demander, en l'occurrence, de lui donner un coup de main. A leur manière. Si elle les contrôlait, elle serait d'une certaine façon leur maître et eux les esclaves. Et elle ne le sentait pas du tout ainsi. Ils gardaient leur libre arbitre, si on peut y faire référence en parlant d'animaux.

"Je m'appelle Joan." Lâcha-t-elle après avoir avalé un nouveau nuage rose.

Il était peut être temps de se présenter, non ? Ce n'était franchement pas ses priorités lorsqu'elle rencontrait quelqu'un, mais c'était toujours bien vu.
Maintenant qu'ils n'étaient plus dans le feu de l'action, Joan put observer celui qui l'accompagnait un peu plus en détail et sans vraiment de gêne. Un garçon dans ses âges, peut être plus jeune qu'elle, de beau yeux bleus et certainement une confiance en lui assez importante. Sa tenue signifiait clairement qu'il ne sortait pas de sous le premier carton au coin d'une rue et qu'il prenait plutôt soin de lui.


"Tu vois qu'on a eu le temps, dit elle en montrant la barbe à papa qui diminuait a vue d'oeil. Tu en veux ?"

Il n'était visiblement pas dans le besoin et par conséquent, Joan considérait qu'elle ne lui redevait rien. Mais elle pouvait tout de même lui proposer un certain réconfort. A savoir ici, lui donner le droit de piquer dans sa friandise. Quel honneur !

"Alors comme ça, je suis intéressante ... Reprenat elle de manière légère. C'est bien la première fois qu'on me la fait, celle là !"

Qu'on lui ait dis cela de but en blanc ne la gênait pas vraiment. C'était une technique de drague plutôt surprenante, voilà tout. Surtout qu'elle ne se considérait pas réellement comme une personne intrigante. Agréable, à la limite. Il faut dire qu'on ne lui avait pas jusqu'ici fait comprendre qu'elle était plus qu'une simple fille un peu bizarre, a l'étonnante main verte.

"Si je le suis, alors tu l'es tout autant que moi ... Tu es doué en quoi ? Pouvoir de déshabiller n'importe qui ? Demanda t elle en plaisantant, bien qu'inconsciemment elle mit des distances de sécurité entre eux. D'apparaître n'importe où ? D'éviter les ennuis ... Mais ca, j'en doute ... Même si il y en a des plus doués que d'autres ..."

Tout mutants avaient un don en commun, celui d’attirer justement les ennuis. Mais la faute à qui ?

"Ou peut être les cherchais tu … ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/acceptation-de-vos-personnages
Lewis Mackoy
Neutre de catégorie 3
avatar

Masculin
Nombre de messages : 33
Age : 28
Camp + groupe : Neutre pour l'instant...
Pouvoirs : Rainbow Eyes et Technique de la légerté.
Date d'inscription : 02/06/2008

Mutant life
Métier:
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Barbe à papa et compassion... [completly free !]   Ven 18 Juil - 3:52

Il fit qu'un petit signe affirmatif de la tête sachant maintenant la capacité de cette femme mystérieuse. Une femme bizarre d'un point de vue, mais plutôt intéressante d'un autre. Elle savait comment s’y prendre pour mettre des couleurs vives à sa journée qui s'annonçait monotone. Le shopping c'est divertissant sur un certain point, mais pas comme cette situation que Lewis prenait goût. C'était petit comme truc, néanmoins c'était suffisant pour lui. Il n'était pas un jeune qui aimait la violence, mais bien épate la galerie avec ces mouvements, il adorait.

À son nom, il détourna légèrement son regard de son point fixe en face de lui, pour la regarder. Elle se nommait Joan... Quoi? Il n'aime pas le blanc dans ce nom, un saut dans le passé... Pourquoi pas? Ces yeux devinrent orange et le temps recula devant lui à une vitesse hors du commun. Le son, l'environnement et le monde se mirent à reculer jusqu'à la fameuse naissance de cette femme plus vieille que lui de trois ans d'après le temps et les date sur le calendrier de cet hôpital. Le temps s'arrêta et il regarda le bébé dans les bras de la mère. Comme elle était mignonne... Enfin, il n'était pas retourné dans le passé pour ça. Il remit le temps à la normale et le passé défila devant lui à vitesse régulière. Il entendit ce qu'il voulait entendre et revint à la réalité. Une seconde, c'était écouler mettant son corps dans une courte de pause qui passa inaperçue aux yeux de Joan Brading, 25 ans. C'est alors que ces yeux revinrent bleu vert et qu'il ouvrit enfin la bouche, après quelques secondes à se remettre dans la bonne période temporelle. Il marchait, sans vraiment marcher puisqu'il venait de faire un bond dans le passé et d'en revenir très rapidement. C'était toujours aussi déroutant.


« Enchanter miss Brading. Dit-il sur un ton des plus poli avec un sourire amusé. Mackoy.. Lewis Mackoy. »

Maintenant, la réaction. Il avait toujours un malin plaisir à baver les gens ou les mettres mal à l'aise et regarder leur réaction avec attention ensuite. C'était toujours bien drôle de voir leur tête surpris ou apeurée qui cherche à s'enfuir vers une sortie invisible.

Regard posé dans le sien, c'est à ce moment qu'il prit le temps de la regarder pour de vrai. D'une taille assez grande, les cheveux brun et longs, yeux d'un noir pénétrant et d'un style vestimentaire correct. Elle semblait être le genre de femme qui se soucie peu de l'avis de son entourage et qui cherche à se plaire à elle-même avant les autres. Il détourna son regard vers l'avant voyant qu'il pouvait passer pour un petit curieux qui veut que mater une belle femme. C'était en partie le cas, mais bon.

À son commentaire, il fit un petit sourire qui reflétait son accord. Et à son offre, il déclina poliment.


« Ouais, un coup de chanceux... s'enquit-il de répondre sans perdre son sourire qui est constamment dans son visage. Non, merci. Répondit-il simplement à l'offre.»

La barbe à papa ça colle entre les dents et de plus ce n'est assez sucré comme truc. Honnêtement, ça n'a pas de goût ce truc. Un ramassis de sucre sans goût qui nous colle entre les dents... Pas son genre. Il préfère le petit bonbon "gummy".

« Et bien, on peut dire ça comme ça... Murmura-t-il avant d'ajouter : il est bien rare que je croise des femmes qui parlent à des animaux dans une cage habituellement fermée aux touristes... C'est plutôt intéressant et ça capte bien vite mon attention. Ça prouve que tu n'as pas froid aux yeux.. Et ça c'est accrochant. En tout cas, c'est un point de vue... »

En réalité, il était allé la voir sans se douter que ça allait finir comme ça. Il voulait que parler et les gorilles s’étaient pointés. Il aurait pu aller voir le futur pour voir où allait se terminer cette rencontre, mais ce n'est pas toujours plaisant faire ça. La surprise est un atout majeur pour obtenir le plaisir.

« En faîte, je ne me considère pas comme intéressant... Toutefois, c'est vrai que j'aime bien les ennuis. Ça, mais un peu de piquant dans ma vie, lâcha-t-il sur un ton amusé. De plus, je suis mutant, ajouta-t-il en baissant légèrement la voix pour reprendre un ton normal ensuite. C'est dans nos gênes les ennuis, alors je ne cherche pas à les éviter, je m'en crée des amusants.»

Il fit une courte de pause pour éviter un passant sans même le regarder.

« Mais, je pourrais en dire autant que toi... Moi, je le fais subtilement, mais toi tu n’y vas pas de main morte pour chercher les ennuis... je me trompe? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/autres-f41/rainbow-alias-lewis
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Barbe à papa et compassion... [completly free !]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Barbe à papa et compassion... [completly free !]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Barbe a papa miniature
» machine à barbe à papa
» Pate à sucre / Pate d'amande au sucre à barbe à papa
» Papa
» anniversaire chez mac d* ou autre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{ X-Men : The Cure :: { Whole World :: New York :: Autres-
Sauter vers: