AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alice in Wonderland [Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Kronos
Confrériste expérimenté de catégorie 3
avatar

Masculin
Nombre de messages : 125
Age : 30
Camp + groupe : Confrérie
Pouvoirs : Chronokinésie
Date d'inscription : 05/05/2008

Mutant life
Métier: Chômeur
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Alice in Wonderland [Libre]   Ven 30 Mai - 13:15

Ah, la télé! Cette invention fantastique qui permet à toutes les générations de s'abrutir sans même s'en rendre compte, de se vider complètement la caboche et de réduire le cerveau en une masse gélatineuse et dégoulinante. James n'avait jamais perdu beaucoup de temps devant la télé, il faut dire qu'entre deux braquages et quelques poursuites, il avait eu peu de temps à lui, et même depuis qu'il s'était reconvertit dans le travail légal, quand il retournait chez lui, il tombait généralement de sommeil et filait se coucher.

Aujourd'hui, les choses étaient légèrement différentes, il n'avait plus de boulot, donc devait trouver de quoi occuper son temps libre jusqu'à ce que les agences pour l'emploi lui trouve quelque chose, ensuite, sa propre télé avait littéralement implosé hier, alors qu'il tentait d'y brancher un lecteur DVD. Il avait faillit faire cramer tout son appart', mais heureusement son pouvoir lui avait été bien utile, pouvoir stopper l'avancer d'un feu par la simple pensée peu s'avérer particulièrement pratique pour éteindre un incendie. Alors que les flammes étaient à l'arrêt, il avait eut tout le loisir de verser un bac d'eau sur les flammes gelées.
Pourtant, il n'avait pas pu sauver sa télé, ni son lecteur DVD, d'ailleurs, une partie de sa moquette étaient noircie, ainsi qu'un pan de mur entier.

Résigné, il s'était rendu à la Confrérie pour profiter des nombreuses installations Hi-Tech dont disposait les lieux, il s'était collé dans le canapé, allongé de tout son long, et avait allumé le gigantesque écran plat accroché au mur, en zappant, il était tombé sur le début d'Alice au Pays des Merveilles, il avait toujours adoré ce film, même s'il n'avait compris que bien plus tard les allusions relativement explicites de certaines métaphores. Il se décida donc pour le dessins animé.
Un quart d'heure, voilà exactement le temps qu'il réussit à tenir avant de s'endormir, il faut dire que la position couchée n'était pas la plus efficace pour rester éveillé.

Il fit un rêve de Pays des Merveilles, mais pour l'occasion, il était Alice et le Pays des Merveilles ressemblait plutôt au Pays des Cauchemars, partout des arbres morts, tordus, noueux, aux postures menaçantes, les animaux qu'il pouvait voir du coin de l'oeil se réfugier dans l'ombre de la forêt ne lui inspirait rien qui vaille, et il se retournait sans cesse pour apercevoir des yeux jaunes aux pupilles fendues l'observer d'un air gourmand.
Chaque personnage qu'il rencontrait semblait plus fou que le précédent, et tous finissait par vouloir le tuer, le Chapelier Taré avait décidé de le noyer dans du thé, quant au Chat, il était couturé de partout et ses cicatrices luisaient d'une lueur rouge malsaine, son sourire carnassier, rempli de dents pointues était loin d'être rassurant. Et puis, il y avait le lapin, toujours en retard, mais beaucoup moins attendrissant que le Lapin Blanc, celui-ci devait être blanc à une époque, mais la fumée de cigarette avait jauni son poil, et l'acool lui avait fait perdre toute notion du temps.

Quand il arriva au château des cartes, et que la Reine voulut qu'on l'eviscère, il se mit à courir dans le labyrinthe de haies, poursuivit par des centaine de cartes à l'air menaçant, et quand enfin elles lui mirent la main dessus, il se vit ouvrir le ventre et retirer les boyau comme on déroule une bobine de fil.
C'est alors qu'il se réveilla en sursaut, étouffant un cri. En sueur, le regard affolé, il souleva sa chemise pour vérifier que son ventre n'avait aucune ouverture, il tâta même, histoire de se rassurer.
Satsifait, il laissa lourdement retomber sa tête sur le coussin, avec un soupir de soulagement.
Décidément, il ne verrait plus Alice au Pays des Merveilles comme avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/confreristes-f40/james-nogan-a
Isatys
Modératrice
Confrériste de catégorie 3
avatar

Féminin
Nombre de messages : 244
Age : 30
Camp + groupe : Confrérie
Pouvoirs : Création d'électricité
Date d'inscription : 15/05/2008

Mutant life
Métier:
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Alice in Wonderland [Libre]   Lun 2 Juin - 4:00

Isa était incapable de dormir, cette nuit-là. Elle était couchée dans son lit, mais ne cessait de se tourner et de se retourner dans tous les sens. Elle avait même tenté de mettre l'oreiller par-dessus sa tête, mais ça n'y avait rien changé. De toute façon, ce n'était pas le lit, le problème, mais cette tête, justement. Isabel pensait à trop de choses en même temps, et cela l'empêchait de relaxer assez pour finir par s'endormir. Et les pensées de la jeune blonde n'étaient pas des plus heureuses. Elle revoyait sans cesse les visages de tous les médecins qu'elle avait tués quelques jours plus tôt. Elle les revoyait au moment de leur mort, avec leurs globes oculaires plein de sang en raison les veines qui avaient explosées, et de la salive partout au coin de leur bouche. Morts par électrocution, ça devait être horrible... Essayez de dormir après ça. Puis apparaissait le visage de Ian, le X-Men qu'elle avait rencontré au centre commercial. Les mêmes paroles ne cessaient de revenir en boucle dans l'esprit de la mutante. « C'est la volonté qui fait la différence, Isa... » « C'est en agissant ainsi que les mutants sont devenus des monstres aux yeux des humains...»

Isabel ouvrit les yeux. Elle vécut ce moment désagréable où l'on ne sait pas si on dormait ou pas, et qu'on s'en veut d'avoir ouvert les yeux juste au cas où on aurait finalement réussi à s'endormir. La blonde tourna la tête vers le cadran : 23h23.


*Allez, fais un voeu Isa... Non, je dois dormir ! ... ... ... Ne pense à rien. Ne pense à rien. Ne pense à rien...*

À force de se répéter les mêmes mots, Isabel était désormais bel et bien réveillée. Foutu Marchand de Sable qui ne voulait pas passer ! Toujours couchée dans son lit, la mutante se retourna une x-ième fois, dans l'espoir que celle-ci serait la bonne. Elle tenta de faire le vide dans son esprit, sans succès. Au moins les médecins étaient partis... Merde ! Pourquoi y avait-elle pensé, maintenant ils étaient de retour ! Bon, faire le vide...

Isabel se tortilla dans son lit pendant ce qui lui parut une éternité. Elle ouvrit alors seulement le coin d'un oeil, juste assez pour regarder vers le cadran. 23h26. Cette fois, c'en était trop ! D'un geste agacé, la blonde repoussa les couvertures et se leva. Tant pis, elle dormirait une autre fois. Elle fouilla rapidement dans ses affaires pour trouver quelque chose à se mettre sur le dos. Elle dormait en sous-vêtements et ce n'était vraiment, mais alors vraiment pas la tenue suggérée pour se promener dans la Confrérie en pleine nuit. Des plans pour se faire aggresser par un pervers immunisé à l'électricité... De toute façon, un peu de pudeur ne faisait jamais de mal. Heureusement, Isabel était allée faire un nouveau tour au centre commercial, la veille, histoire de se ramasser un peu plus de vêtements que sa mini-jupe et son corset. Et cette fois, elle avait suivi le conseil de Ian : aucun mort ou blessé, elle avait seulement paralysé les vendeurs avant de s'enfuir... Oui bon, elle avait un peu interprété les paroles du X-Men, mais c'était déjà une amélioration... C'est ainsi que la mutante dénicha une paire de jeans et un long chandail noir stylisé muni d'une capuche. Elle s'habilla rapidement, puis sortit dans le corridor complètement vide. Celui-ci avait des airs lugubres, ainsi, mais rien pour impressionner la blonde.

Elle marcha un instant dans la Confrérie, sans but précis, jusqu'à ce qu'elle capte une lumière diffuse sous une porte. Pour avoir exploré le bâtiment, elle savait que cette pièce était une sorte de grand salon. Sans bruit, Isa poussa la porte. La lumière provenait de la télévision, mais celle-ci ne projetait plus que la même image... "Fin de la diffusion. De retour demain matin à 6h." Levant les yeux au ciel, Isabel s'apprêtait à éteindre l'appareil visiblement oublié quand quelque chose bougea sur le divan. Le dossier était positionné vers elle, si bien qu'elle ne pouvait voir clairement ce qui venait de se passer, même si elle avait des doutes. La blonde s'avança un peu plus et contourna le divan, se retrouvant face à un jeune homme tout en sueur qui reposait à l'instant sa tête sur le coussin, avec un soupir. Un autre pour qui le sommeil n'était pas nécessairement synonyme de relaxation...


« Je t'aurais bien fait sursauter, mais apparemment tu le fais très bien toi même. Ce n'est jamais conseillé de s'endormir devant un film d'horreur, tu sais ? »

Isabel avait avancé cette hypothèse à ce qu'elle venait de voir, considérant que c'était sans doute l'option la plus probable. Tout en parlant, la blonde s'était rapprochée de lui, venant se placer juste devant le visage du jeune homme...

_________________
I'm Not As Innocent As I Look Like
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/confreristes-f40/isatys-t198.h
Kronos
Confrériste expérimenté de catégorie 3
avatar

Masculin
Nombre de messages : 125
Age : 30
Camp + groupe : Confrérie
Pouvoirs : Chronokinésie
Date d'inscription : 05/05/2008

Mutant life
Métier: Chômeur
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Alice in Wonderland [Libre]   Mar 3 Juin - 0:50

Il retint un nouveau sursautement quand la voix d'une jeune femme se fit entendre alors qu'elle apparaissait dans son champ de vision. Une sacrée belle blonde, à l'air un peu perdue. Pour le coup, il était sous le charme, et c'était un réveil plutôt agréable finalement, merci Alice! C'était étrange, parce qu'il ne l'avait encore jamais vu entre les murs de la Confrérie, une nouvelle recrue?

Il détailla son visage, et ne pouvait s'enlever de l'idée qu'il avait déjà vu ce visage quelque part, il en était quasiment certain. Bah, peut-être dans les rues de New York, ou Dieu sait où...
Se reprenant en main, il décida d'abandonner la position couchée pour s'asseoir, libérant de l'espace pour la jeune femme, si elle désirait s'asseoir à côté de lui.
Se frottant le visage, il essaya d'enelver comme il pouvait les traces de sommeil, les canapés de la Confrérie étaient vraiment très confortable, il envisagerait peut-être d'autres excursions sieste dans le repaire, même si ça ne valait pas la châleur de son lit.
Avant Alcatraz, il logeait ici, mais les chambres étaient bien trop étroites et spartiates à son goût, et puis, s'il voulait trouver un travail stable, il lui fallait un domicile officiel et si possible vide de tout criminel mutant.
Des criminles, il y en avait des tas ici, certains comme lui étaient des tueurs par obligations, d'autres par plaisir, d'autres encore par besoin d'argent.
Chacun avait sa propre vision de la chose...

D'un geste, il invita la jeune femme à s'asseoir à côté de lui. Elle n'avait pas l'air très à l'aise dans ces murs, et il la comprenait. Si la Confrérie pouvait paraître rassurante le jour, quand le soleil inondait les couloirs, elle était bien moins avenante la nuit, presque glauque en fait. Ca avait pas mal motivé son départ à l'époque, et ça continuait de le convaincre.
Alors qu'elle lui balançait une gentille vanouillette sur ses programmes télévisuels, il eut un sourire à la fois gêné et amusé.
Considérer Alice au Pays des Merveilles comme un film d'horreur donait une toute autre dimension au Walt Disney, mais ce n'était pas totalement inenvisageable.


"Si seulement ç avait pu être un film d'horreur, je crois que j'aurais mieux dormi que ça...
Figures-toi que c'était Alice au Pays des Merveilles. Qui l'eut cru, hein?"


Il évitait de jeter de trop longs regard à la nouvelle venue, il ne voulait pas paraître impoli, et le fait qu'elle n'ait pas l'air plus à l'aise que ça ne l'incitait pas à la chiffoner, certains pensionnaires de la Confrérie n'hésitaient pas à frapper pour moins que ça. Il lui tendit une main, se rappelant à ses devoirs civiques primordiaux.

"Au fait, moi c'est James..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/confreristes-f40/james-nogan-a
Kashmir Ashkelon
Confrériste expérimenté de catégorie 2
avatar

Féminin
Nombre de messages : 53
Age : 26
Camp + groupe : Confrérie.
Pouvoirs : Décharges Electro-Magnétiques.
Date d'inscription : 01/05/2008

Mutant life
Métier:
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Alice in Wonderland [Libre]   Mar 3 Juin - 1:11

(Finalement, je m'incruste, Espérant que cela ne vous dérange pas ^^)



Tic-Tac faisait l'horloge dans la chambre noire. Tic-Tac faisait le temps dans la tête de Kashmir. Un bruit si simple si pur, si cadencé et si lent. Un mouvement inaltérable. On pouvait toujours croire que soudain le prochain coup ne viendrait pas, et que le temps s'arrêterait enfin, comme on l'avait toujours rêvé. Mais toujours il revenait, inéluctable destin, inéluctable mort au bout de la pointe en fonte. C'était la roue du temps qui faisait tourner son aiguille sur les pensées de la jeune mutante. Elle ne pensait pas à la mort, pas encore. Ou peut-être y avait-elle déjà trop pensé, et qu'elle s'était finalement décider à vivre sans ne plus jamais y penser. Mais le Tic-Tac allègre des aiguilles, comme le bruit feutré du sable coulant dans un sablier, ne la quittait pas. Partout où elle allait, elle ne pouvait s'empêcher de penser à ce temps qui passe. De ne penser qu'à la fin. Puis de ne plus penser qu'à vivre. Et cette nuit, il ne la lâchait pas. D'habitude, ce compte du temps se dissipait alors que sa perception du monde se fondait dans le sommeil. ais cette nuit, était différente. Kashmir avait beau lire, se retourner dans son lit, compter les moutons bêlant où n'importe quel idée saugrenue, le tic-tac restait imperturbable. Alors elle finit par se résilier à se lever, et se dirigea comme un fantôme vers la fenêtre, qu'elle ouvrit sans plus tarder.
L'air de New York s'engouffra dans son corps. Un doux parfum de bois frais lui chatouilla le nez. La nature lui revenait. La nature qu'elle avait toujours aimée, et qui l'avait un jour abandonnée. Peut-être avait-elle quittée la nature le jour où ses pouvoirs technologiques s'étaient révélés? Surement. Et aujourd'hui elle regrettait cette éloignement, dans cette chambre de la Confrérie où l'horloge faisait sonner doucement les onze coups d'avant Minuit. Kashmir aurait voulu redevenir un enfant. Un enfant découvrant le monde, les yeux ouverts comme des billes de couleur, le regard guettant la moindre beauté du monde. Au fond, Kashmir était toujours cet enfant. Mais les gens autour d'elle avait tellement essayé de la faire grandir, en tentant de l'éveiller aux horreurs du monde, ou de la responsabiliser, rien n'y faisait. Comme le mouvement des aiguilles restait ancré dans sa tête, son enfance ne semblait jamais vouloir se détacher d'elle. Enfance... Douce période.
Soudainement, l'envie d'y retourner plus profondément vint s'insinuer dans ses pensées. Jusqu'à l'obsession. Kashmir eu soudain le besoin de redevenir totalement enfant. Elle eut envie de se refondre dans son enfance. Courant dans son armoire, elle se jeta sur la première robe de poupée quelle avait : Une robe noire à pois blancs, avec jupon en tulle. Elle s'y était toujours sentit admirablement bien. C'était le retour aux jeux de poupées et à cette innocence jamais vraiment perdue. Puis, elle eut envie de manger son enfance, d'en retrouver le gout et le parfum d'insouciance. Se jetant sur sa valise à peine défaite et laissant s'échapper des gerbes de tissus et chaussettes, elle y remua tout le contenu jusqu'à tomber sur une de ces grandes sucettes à spirale, rouge et jaune pour celle-ci. Beaucoup de gens se seraient demandé ce qu'une fille de son âge faisait avec de telles enfantillages, mais Kashmir ne pouvait comprendre ce regard étrange qu'on posait sur elle, mais refusant ce sentiment si présent chez les autres, cette envie de la faire grandir. Mais là n'était pas le sujet. Kashmir eut enfin l'envie de voir son enfance, et d'en retrouver toutes les douces images perdues. A cette heure-là, ce n'était plus vraiment les programmes pour enfants. Mais avec cet espoir innocent et ce désir imperturbable, la jeune fille se lança dans un périple nocturne à travers la Confrérie, vers la fée télévision.
Arrivée devant la porte, elle ne put manquer la faible lumière qui en filtrait. Le plus doucement possible, elle poussa la porte et se faufila à l'intérieur du salon. Face à l'écran plat, elle resta figée dans un sourire enfantin en reconnaissant Alice Au Pays des Merveilles. Elle avait raté le début, mais les images pouvait quand même l'enthousiasmer. Se rapprochant du canapé, afin de s'y asseoir, elle remarqua qu'elle n'était pas la seule à regarder le si célèbre dessin animé. Mais le jeune homme ici affalé ne semblait pas remarqué sa présence, ni vraiment suivre le film d'ailleurs. Il dormait. Décidant de ne pas le déranger, Kashmir, sa sucette géante à la main, s'assit juste devant le canapé et ne décolla pas les yeux de l'écran. La sorcière et son Armée de Cartes défilaient leurs traits sur la télévision, fascinant totalement Kashmir. Deviendrait-elle subitement Alice, en se fondant dans ce pays des Merveilles? C'était une idée farfelue, mais la demoiselle se demanda si, grâce à ses pouvoirs, elle ne pouvait pas y arriver. Bondissant soudain, elle courut hors de la pièce, manipulant la porte avec moins de précaution qu'à son entrée et courant vers sa chambre.
Mais arrivée en haut de l'escalier, elle hésita. Ne valait-il pas mieux conserver le film et ses illusions d'enfants comme elles étaient? près tout, c'était comme ça qu'elle aimait Alice, tout simplement, avec son petit minois blond et ses rêves d'enfants. Kashmir revint donc vers le salon, lentement, savoureux chaque image du film qui lui revenait, ne se doutant nullement que la diffusion était presque terminée. Sans trop faire attention à ce qui se passait, perdue dans les jeux d'enfants, danses et rêveries sur le parquet de la Confrérie. De nouveau devant la fameuse porte, Kashmir du bien remarquer qu'elle était ouverte, et qu'une grande blonde y était entrée. Etait-ce Alice? Sortie de l'écran de la télé? A l'évidence, quand elle dit au jeune homme précédemment endormi et brusquement réveillé :



    « Je t'aurais bien fait sursauter, mais apparemment tu le fais très bien toi même. Ce n'est jamais conseillé de s'endormir devant un film d'horreur, tu sais ? »


Visiblement, aucun des deux n'avait encore remarquée la gamine attardée qui tenait la porte, une sucette en spirale dans la main. Kashmir resta un peu plantée, n'osant bougée. Toujours persuadée de voir la petite Alice échappée de la prison de la télévision. Ses yeux bleus était devenus comme vides de sens, figée dans une expression de rêve et de surprise entrecroisé. Les deux autres protagonistes se lancèrent dans une conversation, un peu gênée peut-être, sans toujours avoir remarqué la jeune mutante. Elle n'entendait pas leurs voix. les seuls sons qui jouaient dans son oreille était les musique intérieurs de son rêve, et toujours, au fond, le Tic-Tac incessant de la roue du temps.
Et soudain, ses lèvres la trahirent, et soudainement audible, sa voix mal assurée fit :



    -A... Alice...?


Elle avait l'air d'une enfant perdue, dans sa robe-tutu et avec son air hagard. Surement on la prendrait pour quelqu'un qui n'avait pas sa place ici. La Confrérie n'était pas pour les enfants. Mais Kashmir ne se souciait plus depuis longtemps à ce qu'on pensait d'elle, même si malheureusement, les autres ne s'empêchait pas de la juger.
La brusque intervention de Kashmir avait posée une sorte de voile gêné sur la scène. Qui réagirait en premier? Qui ferait retomber les illusions enfantines provoquées par Alice au Pays des Merveilles?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isatys
Modératrice
Confrériste de catégorie 3
avatar

Féminin
Nombre de messages : 244
Age : 30
Camp + groupe : Confrérie
Pouvoirs : Création d'électricité
Date d'inscription : 15/05/2008

Mutant life
Métier:
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Alice in Wonderland [Libre]   Mar 3 Juin - 4:10

Tranquillement, le jeune homme semblait quitter les bras de Morphée pour revenir vers le monde réel. Il fixait Isa, essayant sans doute de déterminer s'il la connaissait ou pas. Pour la mutante, en tout cas, la réponse était non. Elle n'était arrivée à la Confrérie que depuis un très court moment, en fait à peine plus de 48 heures. Et elle n'avait parlé à personne de l'organisation, sinon son chef, Mister Magnéto lui-même, revenu d'une année de convalescence qui n'avait pas due être plus relaxante que celle de la mutante. Oh, bien sûr elle avait essayé d'entamer la conversation avec quelques personnes, mais elles s'étaient toutes révélées être des brutes sans cervelle. Pratique pour organiser une attaque, mais adieu les conversations palpitantes...

Le jeune homme bougea alors, quittant sa position couchée pour s'asseoir sur le divan. Il lui offrait ainsi une place à ses côtés. Isa hésita un instant, ne sachant pas trop si elle voulait rester là ou pas. Finalement elle haussa les épaules. Tant qu'à rester éveillée, autant être en bonne compagnie. Et l'inconnu semblait justement être quelqu'un de sympathique. Un vrai oiseau rare, en quelque sorte. Finalement, Isabel allait accepter l'invitation du jeune homme quand celui-ci parla, lui annonçant la raison de son cauchemard... Alice au Pays des Merveilles ! Sur le coup de la surprise, Isa se retrouva figée. Puis, retenant un fou rire qui menaçait d'éclater, la blonde siffla d'un air faussement impressionné.


« Tough Guy... Si tous les Confréristes sont aussi courageux que toi, il n'y aura plus aucun problème ! » Prenant un air de totale empathie, Isatys s'assit finalement sur le divan aux côtés de... James, puis elle plaça une main sur l'épaule de l'homme, comme si elle compatissait. Mais la réalité était toute autre... « Faire un cauchemard sur Alice au Pays des Merveilles, je crois que ça mérite quelques explications, non ? »

Quittant tous ses artifices, Isa adopta un air narquois, à la limite d'être moqueur. Ce n'est pas tous les jours que l'on se retrouve dans une situation pareille, autant en profiter un peu.

« Moi on m'appelle Isatys. »

Petite subtilité dans sa présentation, qui laissait sous-entendre qu'elle venait de lui donner son nom de code, et non son véritable prénom. Mais de toute façon, Isa s'était accoutumée à être désignée ainsi. C'étaient les Confréristes qui lui avaient donné ce nom, un an auparavant, la désignant sous le sobriquet d'une des filles de Lilith. Et la raison d'un tel surnom était assez évident... Isabel utilisait souvent ses charmes pour arriver à ses fins, le plus souvent avec des hommes, même s'il lui était arrivé à quelques occasions de jouer de ses atouts avec d'autres femmes.

Soudain, une troisième voix se fit entendre. Sous le coup de l'instinct, Isatys mit moins d'une seconde à réagir. Des éclairs apparurent au creux de sa main alors qu'elle se retournait vers l'entrée de la pièce. Elle eut tout juste le temps d'apercevoir une forme habillée de façon assez étrange, donc inoffensive, mais déjà son bras se tendait dans cette direction. Au dernier moment, Isatys arqua légèrement la paume de sa main, envoyant les éclairs à moins d'un mètre de l'autre fille. Heureusement, contrairement au bureau de Magnéto les murs n'étaient pas faits de métal et la charge se dissipa rapidement.


« On cogne avant d'entrer ! Un peu plus et je te grillais ! »

S'excuser ? Non, ce n'était pas son genre. N'empêche qu'elle avait peut-être réagi de façon un peu excessive. Encore le stress de son évasion, sans doute, qui lui faisait craindre l'arrivée d'un ennemi à chaque coin de rue ou, dans ce cas-ci, à chaque cadre de porte. Mais elle avait retrouvé la Confrérie. Elle était en terrain ami ici, et personne n'allait lui faire de mal... Même si la nouvelle arrivée avait un look des plus étranges. Est-ce que c'était un suçon géant qu'elle avait dans la main !?

« Eum, moi c'est Isa... Joli costume... »

_________________
I'm Not As Innocent As I Look Like
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/confreristes-f40/isatys-t198.h
Jared Wilcott
Confrériste expérimenté de catégorie 3
avatar

Masculin
Nombre de messages : 36
Age : 33
Camp + groupe : Confrériste
Pouvoirs : Contrôle le sang
Date d'inscription : 28/04/2008

Mutant life
Métier: Criminel recherché
Jauge de pouvoirs:
5/100  (5/100)
Relations:

MessageSujet: Re: Alice in Wonderland [Libre]   Mer 4 Juin - 7:07

( Je m'incruste...)

Courrir dans les rues de New York n'est point un sport tant convoité. Surtout quand le but de cette course est dû à une perte d'un objet précieux; quasi-indispensable.

Étant dans le Central Park, Sinner venait de passé une bonne partie de la soirée dans un des bars achallantés du coin. Buvant quelques verres, cela lui permis de calmer certaines ardeurs qui le tenaillaient. Ces gens qui l'entourent. Ces hommes...aussi idiot qu'irrespectueux. Tous ces animaux le rendaient complètement agressif. En les observant, il constatait avec rapidité que la race masculine était totalement soumis à leur appétit de présence féminine. Toujours en chasse, regardant les proies facile, le jeune confrériste en était dégoûté. Ses oreilles recevaient quelques brides de conversation entre deux mortels masculins qui était en train de miser sur leur capture de ce soir.

Ne pouvant plus supporter ces animaux en chaleur, Sinner quitta le bar en prenant ,par la même occasion, une bouteille de rhum laissé sur la table sans surveillance.

En buvant sa consommation gratuite, il se rendit au parc; endroit où l'inspiration est plus propice. Étant témoin de d'autres âneries humaines, Sinner voulu les exprimer. Alors, en sortant son calepin....

En sortant son calepin....

Son calepin n'était pas dans sa poche habituelle. Une grande tension habita Sinner. Une recherche hâtive ce fit dans toutes les poches de son manteau ainsi que sa veste. Il prit même le temps de véritifier sa chemise blanche et ses pantalons noir, mais en vain.

Son calepin de pensées avait disparue. La panique ce fit plus hâtive. La tête vers le sol, il se mit à retracer ses déplacements depuis le dernier moment qu'il le possédait.

Il ne l'a point sortie dans le bar...

Alors...

C'est ainsi que Sinner fit une grande course, aussi vite que sa fuite de la prison....

Tout était à l'intérieur. Depuis plus de 2 ans que Sinner entretient différent moment avec ce calepin. Des crises de rage à la tristesse, ce calepin à long à racontrer. Seulement le fait de ne plus le posséder le chavirait.

Il se hâta coupant au travers des routes achallandées ainsi que des passants aussi lent qu'un escargot.

Il ne pouvait qu'être là...

Un bruit violent surgit....

Sinner venait d'ouvrir la porte de la grande salle avec la bouteille de rhum dans sa main gantée droite.

Sa chevelure ébène couvrait une grande partie de son visage. On ne pouvait que voir sa cigarette pendouillant au coin de ses lèvres blanches Il était essoufflé.

Ignorant la présence de d'autres confréristes, Sinner se mit à sa la recherche de son bien précieux. Déposant la bouteille sur la table à café, il se permit de fouiller le sofa innocupé en retirant les coussins violement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/confreristes-f40/jared-wilcott
Kronos
Confrériste expérimenté de catégorie 3
avatar

Masculin
Nombre de messages : 125
Age : 30
Camp + groupe : Confrérie
Pouvoirs : Chronokinésie
Date d'inscription : 05/05/2008

Mutant life
Métier: Chômeur
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Alice in Wonderland [Libre]   Sam 7 Juin - 1:25

Kronos lança un regard quelque peu éteint vers l'écran affichant le message de fin de programmation. Un rapide coup d'oeil alentour lui indiqua qu'il avait dormit bien plus longtemps qu'il ne le pensait. Décidément, il fallait vraiment qu'il reprenne un rythme de vie normal, s'il ne trouvait pas du boulot rapidement, c'était la porte ouverte à tous les vices. Déjà que la luxure le tançait ardemment pour qu'il se vautre sur la jeune femme à ses côtés.
Isatys... Elle n'aurait pas eu besoin de sous entendre que ce n'était pas son vrai nom pour qu'il le devine. On n'appelait pas consciemment en enfant comme ça, ou alors il fallait être de sacrés tarés, ou des hippies...
Certainement des hippies...

Il sourit pauvrement à sa moquerie. Ca commençait bien, elle n'était pas arrivé depuis deux minutes qu'elle lui balançait déjà des vannes. Il savait qu'il n'était pas le meilleur élément de la Confrérie, ni le plus utile, il n'avait jamais charché à être autre chose qu'un simple mutant à la recheche de la reconnaissance. La célébrité ne lui importait pas plus que la richesse, et encore moins le pouvoir, tout ce qu'il demandait c'était de vivre tranquillement, sans qu'on l'embête, de pouvoir discuter avec ses amis sans avoir à se fâcher sur le sujet des Humains.
Et puis, Isatys était bien gentille, mais il était certain que si elle avait été à sa place dans son rêve, elle l'aurait certainement moins ramenée.

Lui donnant un gentil coup d'épaule, il se défendit sans trop de conviction. Elle le titillait un peu, c'était pas bien méchant.


-Eh, c'est ça moque toi... N'empêche que t'as pas vu à quoi ressemblait les personnages dans mon rêve. Franchement nimporte quel zombie à côté passe pour une gamine en tutu...

L'image lui était venue comme ça, et alors qu'une voix s'élevait derrière le canapée, il vit Isa faire crépiter un éclair qui zebra l'obscurité relative de la pièce vers une jeune fille, justement habillée en tutu. Elle était jeune, très jeune et l'espace d'un isntant James ne put réprimer un sentiment de chagrin. Jusqu'où pouvait aller la Confrérie pour recueillir des adolescents. Si l'Institut n'était pas l'école idéale, il était néamoins beaucoup approprié pour une jeune âme qu'une repaire de truands et de tueurs. Il ne l'avait jamais vu dans les environs, certainement une nouvelle venue elle aussi. Alors qu'Isa commençait à lui faire la morale sur les formalités d'usage quand on entre dans une pièce, Kronos remarqua l'air étrangement absent de la jeune fille, comme si elle marchait dans un rêve, ne voyant pas vraiment les individus qui l'entouraient, mais plutôt... Autre chose.
Cette sensation était assez étrange, et pas vraiment agréable.

Poussant gentillement Isatys pour qu'elle se décale sur la canapé, il invita la petite à venir s'installer à côté de lui.


-Viens assied-toi... Dit-il avec un sourire. Je m'appelle James, et toi?

Mais à peine remit de l'épisode halentant des éclairs, une ombre entra à son tour avec fracas dans la pièce. Faisant sursauter James pour la deuxième fois. Décidément, il ne se souvenait pas que la Confrérie soit tellement fréquentée la nuit. Généralement les Confréristes se regroupaient en deux partis distincts, les couches-tôt, et les couches-tard.
Les Couches-tôt étaient au lit vers 22h, et se levaient aux aurores, frais et dispos, les couches-tard faisaient la fête dans des bars où traînaient en ville en se saoûlant, ils rentraient rarement le soir, et revenaient le lendemain après-midi, l'air encore plus mauvais que d'habitude et la tronche enffarinée, sans oublier la vieille odeur d'alcool, mêlé de vomi pour les plus avinés.

Celui pénétra ne semblait faire partie d'aucun groupe, pour le peu que James pouvait en voir, il ne lui pre^ta aucune attention, ainsi qu'à ses deux camarades de canapés, et entreprit de s'acharner sur l'autre sofa, libre de toute occupation.


-Tu cherche quelque chose?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/confreristes-f40/james-nogan-a
Jared Wilcott
Confrériste expérimenté de catégorie 3
avatar

Masculin
Nombre de messages : 36
Age : 33
Camp + groupe : Confrériste
Pouvoirs : Contrôle le sang
Date d'inscription : 28/04/2008

Mutant life
Métier: Criminel recherché
Jauge de pouvoirs:
5/100  (5/100)
Relations:

MessageSujet: Re: Alice in Wonderland [Libre]   Lun 16 Juin - 6:51

( Voyant que les autres ne poursuivent pas, je continue donc..)

Tout était inscrit. Absolument tout...Les moindres mots qui traversaient son esprit jusqu'à des actions qui aura la chance de produire lorsque le bon moment sera choisie. Cependant, ayant perdue ce petit calepin, tout sa vie venait de disparaître. Un moment d'innattention l'a complètement annéantie.

Concentré dans ses songes, Sinner franchissait les rues en heurtant certains passant tant jeunes que vieillards. Il ne prenait aucunement attention à son environnement puisque la chose qui lui est tant précieux avait disparue entre ses mains.

L'endroit fixé; la Confrérie. Ce fut le dernier moment où ses mains avaient transcrit quelques pensées philisophiques.

Arrivant dans la Grande Salle, Sinner se jetta sur le long fauteuil afin de retrouver son calepin noir. ll retira avec fougue chacun des coussins sans prendre le soin d'apercevoir des confrères et consoeurs..

Puis, d'un seul coup, il se fait interrompre...

Tu cherches quelques chose ?

Il s'arrêta tenant le dernier coussin dans sa main gauche. Cette voix se trouvait derrière lui. Un confrère curieux...

Tranquillement, Sinner se redressa prenant le temps de créer une situation inconfortable.

Puis, d'un seul coup, il se retourna vers son interlocuteur. Son geste vif fit retirer ses cheveux noirs ébènes contre son visage. Donc, Sinner dévoila son visage.

Un visage blanc pur.La pâleur de sa peau fesait en sorte d'observer certaines veines qui se démarquaient.Cependant, ce qui effrait au premier coup d'oeil ce sont ses yeux.Une maladie a créer autour de ses yeux, une rougeur intense ce qui fait resortir avec vigueur son regard. D'ailleurs, l'expression faciale de Sinner n'inspirait aucune joie.

Retirant sa cigarette entre ses lèvres, il prit le temps d'observer tout le monde dans la pièce avant de se concentré, de nouveau sur son confrère:

'' Où il est....??? ''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/confreristes-f40/jared-wilcott
Isatys
Modératrice
Confrériste de catégorie 3
avatar

Féminin
Nombre de messages : 244
Age : 30
Camp + groupe : Confrérie
Pouvoirs : Création d'électricité
Date d'inscription : 15/05/2008

Mutant life
Métier:
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Alice in Wonderland [Libre]   Mar 17 Juin - 18:34

[HJ: J'attendais que Kashmir réponde, mais bon... Tant pis]

La Confrérie peut être un endroit vraiment étrange. Isatys était habituée à vivre dans la rue, là où les mutants craignaient souvent de dévoiler leurs pouvoirs. Ici, au contraire, tous s'affichaient sans gêne et, parfois, cela pouvait mener à des situations un peu troublante. En seulement quelques jours, Isa avait rencontré plus de personnes à la peau bleue ou verte que dans toute sa vie. Et ce n'étaient pas les pires. Beaucoup portaient un attirail spécial, adapté à leurs pouvoirs. Cela pouvait aller de lance-flammes pour les pyrokynétistes à des costumes dignes des pires super-héros de BD. Et, une fois encore, Isatys ne pouvait s'empêcher de penser que le hasard fait drôlement bien les choses. La fille qui venait d'entrer portait un genre de tutu, comme si elle sortait directement de l'expression que venait d'employer James. "Un zombie passerait pour une gamine en tutu..."

Et, justement, cette fille était une gamine. En tout cas, elle n'avait sûrement pas la majorité. Au premier coup d'oeil, Isa lui donnait seize, dix-sept ans maximum. Mais ce qui la marqua, surtout, fut son regard absent. C'était comme si elle était perdue dans ses pensées, très loin de la réalité... Et de toute façon, il ne faut pas être très sain d'esprit pour revêtir un tutu en plein milieu de la nuit. Il y a quand même des limites à la bizarrerie. Isabel en était encore là, à observer la fille qu'elle avait failli électrocuter, quand elle sentit qu'on la poussait. Surprise, elle se retourna vers la source de ce contact, James, qui offrait maintenant une place sur le canapé à cette fille.

« Non mais t'es malade ? Si ça se trouve, cette fille est complètement cinglée... Regarde seulement comment elle est habillée. »

Isabel avait simplement murmuré, pour que seul James l'entende. Bien sûr, elle-même souffrait d'une maladie mentale, mais elle se considérait comme apte à vivre en société. La seule conséquence, c'était qu'elle s'attachait beaucoup plus facilement aux autres et qu'elle aimait voir une personne souffrir... Pas de quoi revêtir un tutu. Mais de toute façon, Isabel se doutait que la fille puisse les entendre. Elle semblait partie dans un autre monde, elle était complètement détachée de cette réalité où elle se trouvait.

Mais, quelques instants plus tard, la porte s'ouvrit à nouveau... Et là, le mot est faible. On aurait dit qu'une tornade venait de s'abattre dans lla grande salle. La source de tout ça était un homme habillé de noir qui venait d'entrer sans même un regard vers eux. D'où elle était, Isa ne pouvait pas voir son visage, seulement un peu de fumée s'échappant de derrière une chevelure aile-de-corbeau, signe qu'il fumait. Il déposa la bouteille qu'il avait à la main, puis s'attaqua au divan à côté du leur, ôtant tous les coussins d'une manière plutôt violente.

James dit alors la seule chose sensée dans une telle situation : "Tu cherches quelque chose?" Une phrase plutôt banale, mais qui fit réagir l'autre homme. Celui-ci s'arrêta, un coussin dans la main, et se releva lentement. Puis, d'un coup sec, il tourna la tête vers eux. Isatys ne put retenir un frisson en voyant son visage. Celui-ci était extrêmement pâle, presque blanc, mais le contour de ses yeux était rouge... tout comme ces derniers d'ailleurs. Une seule idée vint à l'esprit de la Confrériste : zombie. Bon, d'accord, tout ça devenait un peu trop irréel. D'abord la fille en tutu, et maintenant le zombie, qui d'ailleurs n'avait vraiment pas l'air amical.

« Euh... James... Est-ce que ton pouvoir c'est de matérialiser ce que tu dis ? Parce que là, ça devient carrément étrange... »

Isabel essayait tant bien que mal de se calmer, mais, il fallait l'avouer, elle commençait à avoir la chair de poule. "Un zombie passerait pour une gamine en tutu..." Voilà que les deux étaient présents dans la pièce, désormais. Mais c'était le regard du zombie qui la troublait le plus. Elle avait beau se dire qu'il était sans doute un Confrériste, donc un allié, elle ne voyait absolument rien d'amical dans ces yeux. Elle n'aurait même pas été surprise s'il s'était mis en tête de les égorger. Apparemment, il cherchait quelque chose... Logique, après ce qu'il venait de faire subir au divan.

« Bon, allez, on se calme Mister. De toute façon je suis sûre que mon cerveau n'a pas très bon goût... Et si tu commençais par nous dire ce que tu cherches ? »

_________________
I'm Not As Innocent As I Look Like
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/confreristes-f40/isatys-t198.h
Kashmir Ashkelon
Confrériste expérimenté de catégorie 2
avatar

Féminin
Nombre de messages : 53
Age : 26
Camp + groupe : Confrérie.
Pouvoirs : Décharges Electro-Magnétiques.
Date d'inscription : 01/05/2008

Mutant life
Métier:
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Alice in Wonderland [Libre]   Jeu 19 Juin - 0:21

Réalité. Quel doux mot pour une telle idée. Qu'était-ce au fond? La limite entre le possible et l'impossible, le monde interne est externe? Un concept abrupt peut-être. On pouvait passer des heures à poser des questions débattre sur la grande frontière entre le rêve et le réel, pour au final arriver à une seule conclusion, que cette limite était bien mince. Inversion de la réalité? aurait peut-être dit un psychologue en regardant de loin la jeune Kashmir. Il est vrai que son air perdu dans l'enfance, son refus obstiné de grandir, faisait penser qu'elle était dans un rêve constant. Seulement, ce rêve, la jeune fille l'assumait totalement comme sa seule réalité, et jamais elle ne voulait le quitter.
Et ce soir, c'était une sorte d'apogée du phénomène, une crise d'enfant. Dans son tutu généreux, et face à deux adultes - ou presque -, elle était la petite fille aux yeux vagues. Les gestes, les mots échappait à son contrôle, et elle se surprit à laisser échapper son enfance entre ses lèvres. Alice? Etait-ce elle? Kashmir aurait voulu le croire, dans son beau rêve. Mais le brusque éclair bleu en sa direction fit changer sa perception. Nettement, c'était la non-Alice qui l'avait envoyé, d'un mouvement du bras, et Nettement, c'était Kashmir qu'elle visait. L'éclair, dévié au dernier moment, ne provoqua aucune réaction visible et soudaine chez la jeune fille. Cette expression vague ne la quitta pas quand, lentement, comme si elle eut tout son temps en cette fraction de seconde, elle leva les doigts vers la lumière bleue. Electricité, elle la connaissait si bien après tout. C'était celle qu'elle manipulait pour s'infiltrer partout, pour s'informer, détruire ou modifier des données n'importe où dans le monde. Un vrai jeu d'enfant pour elle. La fée électricité? Etait-ce elle? Jeu de rôle enfantin, elle ne s'y attarda pourtant pas. De ses doigts elle espérait sentir la douceur de cet éclair. Sans le toucher, un fil d'énergie électro-magnétique s'échappa de ses doigts, et pianotant imperceptiblement, effleura l'éclair d'Alice. Mouvement invisible, mais la douce sensation de ce frisson s'empara de Kashmir, sans affecter l'expression absente de ses yeux.


    « On cogne avant d'entrer ! Un peu plus et je te grillais ! » Lança assez violement l'auteur de l'éclair, définitivement loin d'Alice.


Mais Kashmir ne réagit pas. Sa main, à demi redescendue était toujours parcourue du frisson électrique. Cette sensation était bien différente de tout ce qu'elle pouvait faire, il y avait toute la force d'un orage concentré en l'éclair d'une seconde. La jeune mutante, elle, ne pouvait y arriver, que ce soit à cause de son jeune âge, ou de la nature profonde de son pouvoir. Elle avait cependant toujours rêvé de cracher ainsi des éclairs, ce qui serait bien plus pratique en certaines circonstances fâcheuses. Mais son don était d'agir ans la finesse, de doser l'énergie, de s'adapter à l'usage complexe de l'électronique et de l'informatique.

    « Eum, moi c'est Isa... Joli costume... » Ajouta celle qui n'était définitivement pas l'héroïne du Pays des Merveilles, devant peut-être le manque de réponse de Kashmir.


Pour seule réponse, Kashmir fit le plus innocent de ses sourires, avec comme un air de « Tout est pardonné ». De toute façon, et de tout temps, les marques d'agressivité ne l'avait jamais atteinte, qu'elle ne les comprenne pas ou préfère les ignorer. Ça n'avait aucune importance, et elle n'était surement pas dans l'état d'esprit pour se mettre sur le dos une colonie de mutants plus grands et plus puissants qu'elle.

    « Viens assied-toi... Je m'appelle James, et toi? » Dit le second occupant du canapé, avec un sourire.


Toujours en souriant, un peu bêtement, il faut le dire, Kashmir s'avança vers le canapé, en passant devant la télé. Elle détailla à la fois rapidement, et attentivement les deux protagonistes. La jeune femme était bien blonde, plutot grande mais au regard plus dur que ce qu'on aurait attendu d'une Alice. Le jeune homme semblait à peine sorti du lit, et encore un peu dans un rêve ou un cauchemar. Kashmir, trop occupée à imaginer de quel cauchemar il s'était échappé, n'entendit pas le murmure d'Isa à James. Et tant pis ce qu'on disait sur elle, ce n'était qu'une enfant, elle ne cherchait pas à savoir.
Kashmir se souvint qu'elle ne s'était pas présentée, et fit sortir de ses lèvres les sons appropriés.


    - Moi, c'est Kashmir! Dit-elle avec une certaine joie, le sourire augmenté encore d'un cran.


Eh, ça deviendrait pas un peu trop gentillet cette scène? Ce n'est pas digne de la Confrérie! Il vaut mieux que ça dérape avant de devenir un remake de Rox et Rouky. Mais voici que la porte s'ouvre brusquement et efface instantanément les derniers mots de Kashmir. La tête enfin transformée, elle observa le spectacle de l'entrée intempestive d'un autre personnage dans la scène. Et il ne semblait pas les avoir vu.
Alors que Kashmir restait résolument bloquée dans l'air, à un mettre du canapé ou une place lui criait de venir s'assoir, ses yeux ne purent s'empêcher de s'itriguer devant le visible affairement du nouveau venu.


    « Tu cherches quelques chose ? » Entendit-elle du coté de James.


C'était la seule chose qui lui serait venu à l'esprit, mais jamais elle n'aurait pu le dire. Kashmir n'aurait pas oser déranger quelqu'un, même si lui même la dérangeait. C'était comme ça, elle préférait l'observer assez visiblement pour qu'il se rende compte de sa présence, mais souvent cette acte de fixation était inconscient. Le jeune homme interrogé prit tout son temps pour se retourner, mutique, et observer les trois autres. Kashmir ne put manquer la blancheur de sa peau, et la rougeur de ses yeux. Il avait l'air d'un zombie, sanglant peut-être, ou inondant le monde du sang de ses yeux.
Presque inconsciemment, Kashmir recula. Ce n'était pas un signe de faiblesse, bien qu'il puisse être interprété comme tel, mais un simple besoin de s'asseoir enfin, ou que ce soit, sans quitter des yeux le zombie aux yeux rouges. Sa main trouva le rebord de la télévision, et elle se laissa tomber contre elle. La sucette gigantesque de son autre main lui échappa et toucha assez souplement le sol. Mais Kashmir n'y fit pas attention. Son air semblait toujours relativement vague et imperturbable, mas le froncement de ses yeux indiquait bien son intérêt intrigué pour la scène devant elle. Sans sourciller, elle suivit l'agitation et l'énervement d'Isatys,qui visiblement n'aimait pas être ignorée, surprise ou méprisée.
Elle s'effaça. Mais son accoutrement, lui, ne pouvait la faire oublier. Mais simplement, elle fixait. Perdue dans sa propre et unique réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kronos
Confrériste expérimenté de catégorie 3
avatar

Masculin
Nombre de messages : 125
Age : 30
Camp + groupe : Confrérie
Pouvoirs : Chronokinésie
Date d'inscription : 05/05/2008

Mutant life
Métier: Chômeur
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Alice in Wonderland [Libre]   Mer 25 Juin - 1:19

[HRP: donc, petit rappel, après moi postent, dans cet ordre: Isatys, Kashmir, et Jared]


James se demandait s'il n'aurait pas mieux fait d'éviter la jeune blonde qui l'avait abordé. Isatys semblait amener avec elle toute une floppée de satellites, comme une gamine en tutu et un type à l'air pas frais. Quand elle lui fit remarquer qu'il avait fournit des descriptions très proches des deux nouveaux arrivants, il ne put s'empêcher de douter...
Un nouveau pouvoir? Ce serais trop beau, surtout un pouvoir qui créer tout ce à quoi on pense, enfin autant éviter de trop penser à des trucs moches, comme des monstres, ou des zombies, justement.
L'attitude du nouveau venu était à la fois exaspérante et faussement impressionnante, quand celui-ci rajouta un effet très théâtral à son mouvement pour se retourner, Kronos ne retint pas un sourire moqueur, il avait le sens du spectacle ce type.

Il fallait savoir aussi que James en avait vu plus d'un avec une gueule franchement de traviole, ou pas dans les bonnes couleurs, alors un type un peu blanchâtre avec des yeux rouges, c'est sûr que c'est pas très rassurant, mais y'a plus impressionnant. Devant l'agressivité du revenant, James commença pourtant à s'impatienter. Il avait fait un cauchemar, avait été réveillé par une super blonde, quand une gamine en tutu et un fantôme aux yeux rouge étaient venus lui casser son coup, fallait pas chercher trop loin pour comprendre que mister Kronos avait un peu les boules.
Isa fut pourtant plus rapide que lui, et harponna plutôt vertement l'inconnu désagréable, lui demandant d'expliquer sa situation. James eut un regard pour la petite en tutu, qui avait à peine eu le temps de se présenter. Kashmir, un prénom aussi joli qu'énigmatique, c'est pas vraiment le genre de prénom qu'on donne à un enfant d'ordinaire...

Quoi qu'il en fut, Kashmir s'était adossée à la télé désormais éteinte, le regard rivé sur le zombie dans une sorte de contemplation absente. Décidément cette gamine n'était pas connectée au mondre réel. Elle devait avoir un problème, genre autisme, ou un truc du genre. Pourtant, quand elle s'était présenté, elle avait l'air saine d'esprit.
Bref, mystère complet.

Il décida de rajouter son grain de sel dans la conversation avec "monsieur-je-retourne-toute-la-pièce-et-j'engueule-tout-le-monde-sans-raison" c'est vrai quoi, lui il n'avait rien demandé à personne, tout ce qu'il avait fait c'était piquer un somme, et alors qu'il avait cru la situation dans la poche avec Isa, voilà qu'il se retrouvais dans une scène directement tirée du théâtre de boulevard.
C'était le pompon!


"Elle a raison, t'as intérêt à te calmer, j'suis pas d'humeur à me faire rembarrer par un mec qu'évite le soleil comme la peste...
Alors dis-moi comment tu t'appelles, et ensuite dis nous ce que tu cherches."


Kronos sentait l'air s'épaissir légèrement autour de lui, il était le seul à pouvoir le sentir, c'était la manifestation de son pouvoir. Inconsciemment il l'avait libéré, pour autant qu'il le jugeau, toute la pièce marchait au même rythme, autrement un observateur extérieur aurait simplement eut l'impression qu'ils étaient un peu lents. Reprenant le contrôle, il stoppa immédiatement son pouvoir, remettant le temps au bon rythme dans la Grande Salle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/confreristes-f40/james-nogan-a
Jared Wilcott
Confrériste expérimenté de catégorie 3
avatar

Masculin
Nombre de messages : 36
Age : 33
Camp + groupe : Confrériste
Pouvoirs : Contrôle le sang
Date d'inscription : 28/04/2008

Mutant life
Métier: Criminel recherché
Jauge de pouvoirs:
5/100  (5/100)
Relations:

MessageSujet: Re: Alice in Wonderland [Libre]   Sam 28 Juin - 7:05

Impossible. C'est impossible...

Il devait le trouver, c'est vital...

Ce petit cahier contenait des éléments précieux auxquels il a retranscrit tous ces pensées et ces intentions au courant des années. Il le considérait même comme un compagnon fidèle, toujours prêt à l'écouter; à le lire...

Cependant, ce compagnon fidèle avait disparue de ses poches. Habituellement, c'est l'endroit unique où il se trouvait. Jamais il était ailleurs. Malheureusement, pas cette fois-ci.

Depuis plusieurs heures, Sinner tentait de le retrouver en imaginant tout le parcours qu'il avait franchit avant de constater sa disparition. Le dernier endroit est la grande salle.

Dès qu'il a entré dans la pièce, il se rua avec rage sur le canapé en retirant tout les éléments qui le dérangeaient dans sa recherche sans tenir compte des autres individus. En effet, d'autres mutants se trouvaient dans la grande salle. Sinner ne s'en préoccupait pas jusqu'à ce que l'un d'entre-eux leva la voix.

Dans sa panique, Sinner sauta au conclusion. Il prit la question de ce jeune homme comme un affront. Comme s'il détenait son calepin en otage. Sans attendre, il passa à la menace dévoilant sa colère ainsi que son visage repoussant.

Dès qu'il dégagea son visage, les réactions furent habituelles; un certain dégoût, presque une frayeur s'affichèrent dans leurs yeux. Pourtant,ce qu'il ne s'attendait pas était le genre de réplique qu'une d'entres-elles osa dire:

« Bon, allez, on se calme Mister. De toute façon je suis sûre que mon cerveau n'a pas très bon goût... Et si tu commençais par nous dire ce que tu cherches ? »

Elle le prenait pour qui ??? Ces mots étaient concluant pour lui. Elle le prenait pour un zombie. Un être sortie de sa tombe. D'un côté, Sinner pouvait en rire et considérer cela comme une certaine peur non-affiché, mais d'un autre point de vue, il prenait cela pour une insulte; une terrible insulte.

Sa colère ne fit que s'accroître tout en regardant cette demoiselle...

Puis de regard en regard, il prit le temps de les observer un à un afin de déchiffrer certains de leurs caractèrent.Ses yeux malades entrèrent dans chacun de ces pupilles pour terminer par le jeune homme; celui qui semblait le dissuader, de le calmer:

"Elle a raison, t'as intérêt à te calmer, j'suis pas d'humeur à me faire rembarrer par un mec qu'évite le soleil comme la peste...
Alors dis-moi comment tu t'appelles, et ensuite dis nous ce que tu cherches."


Toujours ces insultes reliées à son apparence physique. Décidemment, Sinner éveillait en eux une certaine frayeur, ce qui ne détestait pas.

Il retira donc sa cigarette entre ses lèvres pouvant ainsi s'exprimer avec précision. Il jetta un dernier coup d'oeil aux autres près de lui avant de regarder l'autre homme de la pièce.

Malgré la théâtralité de son attitude, Sinner était direct :

'' Ce n'est pas en insultant les gens que tu vas être respecter ici, mon cher....Crois-tu qu'en me disant cela que je vais te répondre avec gentillesse...? ''

Après un léger silence sans plus, il se permit de faire quelques pas vers le jeune mutant:

'' Mais, étant ton confrère, je vais devoir te montrer l'exemple...Mon nom est Jared Wilcott, mais ici, c'est Sinner...Cela fait plus d'un an que je demeure ici...et ce que je déteste par-dessus tout, c'est qu'on tente de me contrôler....''

Il est évident que Sinner fesait allusion à ce jeune confrériste qui tentait de diriger la conversation par le fait même, son attitude.En regardant les demoiselles:

'' Si je fous le bordel c'est parce que je cherche mon calepin noir. Un objet précieux qui est vital pour moi...Et je sais qu'il est ici....''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.1fr1.net/confreristes-f40/jared-wilcott
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alice in Wonderland [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alice in Wonderland [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [WINX CLUB] -La reine 2 coeur (Alice in Wonderland) p11 21/7
» Alice in Wonderland (2010)
» johnny depp, Alice in wonderland.
» Alice in Wonderland
» Alice in Wonderland : le roman de Lewis Carroll.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{ X-Men : The Cure :: { Confrérie :: Rez de chaussée :: Grande Salle-
Sauter vers: